Flux migratoire et VIH/SIDA à Kinshasa en RDC

« Flux migratoire et VIH/SIDA à Kinshasa en RDC : analyse de la crise congolaise ».

Par KWILU LANDUNDU Hubert, Doctorant en sociologie

Laboratoire d’Etudes et de Recherches en Sociologie et en Ethnologie de Montpellier (LERSEM), Composante : Institut de Recherche Sociologiques et Anthropologiques – Centre de Recherches sur l’Imaginaire (IRSA/CRI)

Université Paul Valéry (UM3), Route de Mende 34199 Montpellier

Cedex 5, Téléphone : 04 67 14 20 92, 046714 26 67

INTRODUCTION

Le phénomène d’urbanisation des villes africaines lié à la colonisation s’est substitué à l’ancienne configuration de ces dernières, notamment avec l’apparition de nouvelles agglomérations caractérisées par une diversité des fonctions à savoir : politiques, économiques, religieuses et intellectuelles.

Ces villes ont crée en outre une coupure à la fois ethnique et culturelle, car elles sont habitées en majorité d’une part par des étrangers et d’autres part ; la portion des africains qui rode tout autour de la ville, mais ils ne s’intègrent pas facilement. Cette dernière est soit repoussée par le manque d’occupation ou encore par les mesures drastiques héritées de l’administration coloniale.

Cependant, dans ces villes coloniales africaines, le besoin de main-d’œuvre et de personnel subalterne pour un certain nombre des tâches s’est fait sentir. Il avait pour effet d’ouvrir progressivement ces centres urbains aux africains. Et comme les travailleurs urbains ont bénéficié en ville d’un réseau étoffé de services (écoles, hôpitaux, etc.), un phénomène d’immigration urbaine s’est amorcé avec une ville « qui apparaît comme synonyme de promotion ».

Ce phénomène migratoire est resté une des caractéristiques particulières des villes africaines depuis l’indépendance jusqu’à nos jours. Ainsi, Kinshasa n’est pas épargnée par ce phénomène. Pour souligner cet aspect de fait, Jean-Marie Ribaucourt déclare : « la population de Léopoldville va doubler en quelques années : le renouvellement du pouvoir colonial met fin aux restrictions à l’immigration dans la capitale et le reste du pays. Mais curieusement, de 1961 à 1967, la capitale ne connaîtra quasiment pas d’extension en superficie[1]».

De ce qui précède, l’objectif poursuivi est, en effet, celui de poser de manière aussi objective que possible un certain nombre de questions, pour mieux saisir l’ampleur souvent insoupçonnée et pour mettre en lumière la complexité de flux migratoire, ainsi que ses corollaires : le VIH/SIDA et la désorganisation du pouvoir politique.

Dans la collecte des informations relatives à cette étude, nous avons recouru à la littérature existante sur les villes africaines et quelques interviews organisées auprès de 20 personnes, qui représentent notre échantillon d’enquête.

Ainsi, l’utilisation de toutes ces techniques a été soutenue par l’approche analytique, qui en tant que phase et moment de la recherche, assouplie par la présentation des données ainsi que leur agencement tout au long de cette étude.

Nous osons croire qu’on ne peut appliquer des remèdes appropriés et efficaces au flux migratoire sans élaborer d’abord un diagnostic correct qui tient compte aussi de l’état de ce phénomène. Une sémiologie superficielle comme une fausse étiologie, entraîneraient forcément une thérapie inadaptée et proposent des remèdes souvent pires que le mal, l’expérience nous l’apprend.

La présente étude est organisée en cinq points. D’abord, le premier porte sur ; la ville, un phénomène social total, ensuite le second traite les origines des migrations internes au Congo-Kinshasa, le troisième parle du risque d’implosion à Kinshasa. Enfin, le quatrième et le dernier sont axés respectivement sur le VIH/SIDA à Kinshasa et au Congo et l’absence d’un pouvoir politique fort et organisé.

Lire la suite

Soutenance de thèse Anne Bekelynck

Anne Bekelynck soutien sa thèse de sociologie, le vendredi 13 mars 2015 à 14 h, intitulée

« Les entreprises privées dans l’action publique de lutte contre le VIH/sida en Côte d’Ivoire : un acteur comme les autres ? »

 

Elle aura lieu à :

Université Paris Descartes – Salle des conférences R.229
45, rue des Saints-Pères
Bâtiment Principal 2ème étage
75006 PARIS

 

Le jury sera composé de :

Dominique DARBON, professeur à Sciences Po Bordeaux (LAM), rapporteur
Annabel DESGRÉES DU LOÛ, directrice de recherche à l’IRD (Ceped), directrice de thèse
Fred EBOKO, chargé de recherche à l’IRD (Ceped), co-directeur de thèse
Mamoudou GAZIBO, professeur à l’Université de Montréal, président
Laurent VIDAL, directeur de recherche à l’IRD (Sesstim), rapporteur

 

Résumé. A la fin des années 1990, en Afrique subsaharienne, des grandes entreprises privées mettent en œuvre des programmes pionniers d’accès aux antirétroviraux (ARV) pour leurs employés. A partir des années 2000, elles sont invitées à poursuivre leurs efforts et à devenir des partenaires de cette action publique, de la prévention et de la prise en charge thérapeutique. Dans ce contexte, elles interviennent aux côtés d’autres acteurs : Etats, organisations internationales, organisations non gouvernementales (ONG), réseaux de professionnels de santé et associations. Ces initiatives des entreprises privées sont communément relatées comme des stratégies rationnelles de préservation du « capital humain » et de la productivité des entreprises. Cette thèse de sociologie politique vise à explorer l’articulation des logiques bioéconomiques, politiques, sociales et symboliques qui ont été au cœur de la mobilisation du secteur privé dans la lutte contre le VIH/sida en Côte d’Ivoire. Les modalités et les effets de cette « publicisation » inédite d’un acteur privé lucratif au sein d’une action publique de santé sont explorés à un niveau local. Cette recherche s’appuie sur une enquête qualitative conduite en Côte d’Ivoire auprès des acteurs de 30 entreprises privées. Des entretiens ont été réalisés avec des membres du personnel médical des entreprises, des cadres, des employés vivant avec le VIH, des responsables de politiques publiques, professionnels de santé et acteurs associatifs. Une comparaison asymétrique avec le Cameroun a également été opérée afin de confirmer et de nuancer les hypothèses de recherche. La mobilisation des entreprises privées dans la lutte contre le VIH/sida est portée par une rhétorique mondiale, laquelle promeut  la synergie des partenariats public-privés. En proposant une sociologie politique de l’action publique au prisme des entreprises privées, cette recherche met en évidence les paradoxes des politiques multisectorielles. Elle montre la manière dont la politisation d’une action publique tend à « dé-différencier » les entreprises privées des autres acteurs, c’est-à-dire à gommer leurs spécificités (rôle de modèle, lieu de production de vulnérabilités, accès à la santé différencié).

Université des Jeunes chercheur.E.s 2015

Sidaction invite les jeunes chercheur(e)s travaillant sur le VIH à postuler à l’édition 2015 de l’Université des Jeunes chercheurEs qui aura lieu du 10 au 16 octobre 2015 à Carry-Le-Rouet (Marseille).

Il s’agit d’une formation francophone et multidisciplinaire sur le VIH. La date limite de candidature est le 20 mai 2015.

Infos et modalités de candidature ici:

https://www.sidaction.org/universite-des-jeunes-chercheurs

jobless_phd2

Fin de thèse! Tout ce que vous voulez savoir sur le chômage, pôle emploi, etc.

Synthèse sur « chômage et doctorat » (2011, remise à jour en février 2015)

Ce document synthétise les différentes réponses reçues suite à un mail sur le thème « chômage et doctorat » sur la liste du réseau des jeunes chercheurs sciences sociales et VIH/sida. Donc, pour commencer : merci à tous et toutes, ce texte est le reflet de nos expériences individuelles !

Il manque sans doute des choses, et il faut donc l’envisager comme un texte à compléter et faire évoluer. Il existe des sites plus complets et formels, notamment ceux-ci, que l’une de vous m’a recommandés :

http://ancmsp.com/Droits-au-chomage-Doctorat-ATER
http://cjc.jeunes-chercheurs.org/faq/rubrique.php?r=doctorat#23

On a choisi dans ce doc de garder des « verbatim » des mails, parce que les choses y étaient souvent très bien expliquées. En plus, cela permet de garder un côté humain à tout ça, face à des institutions/administrations qui ne le sont pas toujours. Certains passages issus de l’expérience de Gabriel (en 2011) sont indiqués comme tels, d’autres de la mise à jour 2015 de Anne, Maëlle et Larissa. Le reste, en italique et entre guillemets, ce sont des témoignages collectés en 2011.

D’abord pour partager l’un des premiers conseils reçus : « Le premier problème à résoudre est d’ordre psychologique je pense, travailler à plein temps pour sa thèse tout en étant censé rechercher un emploi… » 

Pour commencer…

Lire la suite

Compte rendu de la journée : « Atelier montage de projets de recherche »

La journée « Atelier montage de projets en recherche », organisée par le Réseau des Jeunes Chercheur-e-s en Sciences Sociales sur le VIH/sida a eu lieu le vendredi 16 janvier 2015, de 09h30 à 17h00 à la Maison des Sciences de l’Homme Paris Nord.

IMG_2501

L’atelier a réuni dix-huit participant-e-s, parmi lesquels dix voulaient des renseignements sur les financements de post-doctorat et huit sur le doctorat, pour des recherches en anthropologie, économie de la santé, santé publique, science politique, sciences de l’information et de la communication ou en sociologie.

Les intervenantes invitées pour la matinée étaient Véronique Doré et Dominique Fauveau pour présenter les financements ANRS, et Veronica Noseda pour les financements de Sidaction. Les intervenantes ont donné des conseils pour la préparation des dossiers et répondu aux questions des participants. En fin de matinée, plusieurs membres du réseau ont présenté d’autres sources de financement non spécifiques au VIH/sida comme les bourses CIFRE (Mélanie Perez), les financements universitaires et régionaux (Maëlle de Seze) et les financements européens (Alila Brossard Antonielli). D’autres membres du réseau ont témoigné de leur propre expérience : bourse ANRS (Hélène Lepinay) ou encore sur les missions de conseils régulières pour palier l’absence de bourse (Alice Servy)

En début d’après-midi, Mathilde Courderc et Moritz Hunsmann sont intervenus par skype, ainsi que Séverine Carillon présente sur place, en revenant sur leurs parcours et leurs démarches pour obtenir des financements de doctorat et de post-doctorat (présentation des financements AXA par Moritz).

En fin d’après-midi, les participant-e-s ont échangé autour des projets pré-doctoraux et post-doctoraux acceptés ou refusés par l’ANRS ou Sidaction lors de précédents appels d’offre. Ils ont pu poser des questions concernant leurs projets en cours ou futurs. À la fin de la journée, les participant-e-s se sont dits satisfaits des informations présentées dans la matinée par les invitées, de l’opportunité d’échanger avec les intervenant-e-s concernant leurs projets de recherche et des échanges informels autour des projets proposés en exemple. Lire la suite

Atelier montage de projet de recherche sur le VIH/sida

Comme chaque année, le Réseau des Jeunes Chercheur-e-s en Sciences Sociales sur le VIH/sida organise une journée “Atelier aide au montage de projets de recherche en SHS et VIH/sida et réponse aux appels d’offres de financement”. Celle-ci se déroulera le vendredi 16 janvier 2015 à la Maison des Sciences de l’Homme Paris Nord à La Plaine – Saint Denis.

La matinée sera consacrée à une présentation des principaux financements de doctorats et post-doctorats en sciences sociales en lien avec la thématique du VIH/sida par Véronique Doré et Dominique Faveau (pour l’ANRS) et Veronica Noseda (pour Sidaction). D’autres formes de financement de recherches seront également présentées par les membres du Réseau.
L’après-midi sera dédiée à des ateliers de travail (thèmes à définir en fonction des attentes de chacun-e) permettant l’échange et le partage de nos expériences et pratiques respectives.

N’hésitez pas à faire suivre l’info dans vos labos, entourages et étudiant-e-s en master susceptibles d’être intéressé-e-s.

Les billets de train sont pris en charge par le Réseau (me contacter pour plus d’informations), aussi nous espérons recevoir des étudiant-e-s de toute la France.

Les places sont limitées, alors n’hésitez pas à vous inscrire dès à présent à l’adresse suivante: alilantonielli@gmail.com

Nous espérons vous y voir nombreu-ses-x!

Save the date! Journée Aide au montage de projet, le 16 janvier 2015

Vous souhaitez faire une recherche sur une thématique liée au VIH/sida? La journée Aide au montage de projet(s) est faite pour vous. Elle aura lieu le 16 janvier 2015 à la Maison des Sciences de l’Homme (MSH) de Paris Nord. Des experts et des professionnels de la recherche interviendront sur différentes questions:

1. La qualité du projet (en fonction du niveau de recherche pré doctorat, post doc)

2. Les financements (les différents organismes financeurs en France et à l’étranger, les types de financements)

3. Le choix des équipes d’accueil

Au cours de cette journée, on travaillera aussi en petits groupes sur des aspects concrets de la rédaction d’un projet de recherche. Ce sera également l’occasion d’un retour d’expériences des personnes ayant reçu un financement pour leur travail de recherche.

Les billets de train seront remboursés, les pauses cafés et le déjeuner sont pris en charge par le réseau.

Vous pouvez déjà vous inscrire en envoyant un mail à jeune.chercheur.sida@gmail.com

Au plaisir de vous voir nombreux le 16 janvier 2015!

Brève sur la convention juin sidaction 2014

Lors de la 6ème Convention nationale de lutte contre le sida, les 6 et 7 juin dernier, les jeunes chercheurs du réseau étaient dignement représentés au sein des différents ateliers de la Convention.

→ Séverine Carillon est intervenue au sujet des freins au maintien dans le soin au Mali,

→ Elise Marsicano sur les discriminations multiples vécues par les personnes vivant avec le VIH en France

→ Stéphanie Tchombiano sur les experts effectuant des missions d’assistance technique pour le Fonds mondial

→ Marjorie Gerbier-Aublanc sur le parcours des femmes migrantes

→ Fabienne Hejoaka était modérateur de l’atelier sur « Adolescents et VIH en France et dans le monde »

Fabienne Hejoaka a reçu à cette occasion le prix jeune chercheur de sidaction, attribué pour la première fois à un chercheur en sciences sociales (voir billet Alila).

De nombreux autres chercheurs du réseau ont participé à l’événement en intervenant au sein des différentes tables rondes, et plusieurs ont proposé de transmettre leurs notes aux personnes intéressées n’ayant pas pu être présentes.

Ces deux jours ont illustré à quel point les thématiques des chercheurs du réseau sont diverses et actuelles, directement en lien avec les problématiques clés dans la lutte contre le sida. Les travaux présentés par les uns et les autres donnent matière à réfléchir à des thématiques pertinentes pour les journées d’étude à venir.

Prendre soin de sa population. L’exception botswanaise face au sida

Nous avons le plaisir d’annoncer la parution d’un nouvel ouvrage rédigé par Fany Chabrol, co fondatrice du réseau

Prendre soin de sa population. L’exception botswanaise face au sida

aux éditions de la Maison des Sciences de l’homme, dans la collection le (bien) commun, avec le soutien de l’IRD.

http://www.editions-msh.fr/livre/?GCOI=27351100216330

Au début des années 2000 le Botswana est le pays du monde qui connaît le plus haut niveau de séroprévalence du VIH. Dans ce pays qualifié d’exception en Afrique, pour son développement économique et son régime démocratique, la mobilisation face au sida est tôt érigée en modèle. Imprégnée par un nationalisme et une bienfaisance étatique, la politique d’accès aux médicaments antirétroviraux a été rendue possible par le soutien de l’industrie pharmaceutique, de la recherche biomédicale américaine et des fondations philanthropiques convergeant vers un pays qui offrait des opportunités et des garanties pour l’intervention biomédicale sur le sida.

Prendre soin de sa population analyse l’accès aux médicaments et l’organisation des soins au croisement entre les impératifs de santé publique, des priorités scientifiques et des enjeux de définition de l’État et de la citoyenneté dans l’Afrique contemporaine. Tout en octroyant une place centrale à la prise en charge biomédicale et aux essais cliniques, la politique de santé publique mobilise l’imagination nationale et redéfinit la population sous une forme restrictive en garantissant aux citoyens des droits qui sont refusés aux étrangers.

livre Fany