Convocation à l’AG du Réseau

L’AG 2014 de Réseau des Jeunes Chercheurs en Sciences Sociales VIH/Sida aura lieu le samedi 5 juillet de 15h à 19h dans les locaux de SIS Association

190, boulevard de Charonne
Paris, 20e,
Metro Ligne 2 Stations Phillipe Auguste
Bus 76 arrêt Charonne-Bagnolet

Après l’AG nous vous invitons à un apéro au bord du Canal Saint Martin au niveau du Quai de Jemmapes.

Posted in Non classé | Leave a comment

Félicitations à Fabienne Héjoaka – Prix scientifique jeune chercheur 2014 Sidaction

Fabienne Héjoaka est anthropologue, elle a réalisé sa thèse de doctorat sur la gestion du secret de leur séropositivité par les enfants au Burkina Faso. Elle est actuellement en post-doctorat à l’Institut de Recherche pour le Développement – IRD, UMI 233/TransVIHMI, où elle est responsable d’un projet sur les enfants et le VIH/sida au Sénégal.

Fabienne était parmi les fondateurs du Réseau en 2008, elle a tenu à remercier le Réseau lors de sa remise de Prix à a la Convention Nationale de Sidaction le 6 juin.

Les membres du Réseau des Jeunes Chercheurs en Sciences (Humaines et) Sociales sur le VIH/sida se réjouissent de cette distinction pour Fabienne, d’autant plus que grâce à elle, le prix scientifique est décerné pour la première fois à un jeune chercheur en sciences sociales. Nous espérons que cette reconnaissance de la valeur des travaux sur le VIH/sida en sciences sociales ne soit qu’un premier pas et qu’elle puisse inspirer d’autres jeunes chercheurs sur cette voie. Félicitations et merci beaucoup à Fabienne pour sa participation dans le réseau à travers les années, nous lui souhaitons bonne continuation dans ses futurs travaux de recherche!

Posted in Non classé | Leave a comment

14 février: Atelier montage de projet recherche sur le VIH/sida

Comme chaque année, le Réseau des Jeunes Chercheurs en Sciences Sociales sur le VIH/sida organise une journée « atelier montage de projet de recherche ». Celle-ci se déroulera le vendredi 14 février 2014 à SIS Association, 190 bd de Charonne, Paris, 20e.

La matinée sera consacrée à une présentation des principaux financements de doctorats et de post-doctorats en sciences sociales en lien avec la thématique du VIH/sida par Véronique Doré (pour l’ANRS), Veronica Noseda et Paola De Carli (pour Sidaction). L’après-midi sera dédiée à des ateliers de travail (thèmes à définir en fonction des attentes de chacun-e) permettant l’échange et le partage de nos expériences et pratiques respectives. Le programme détaillé de la journée vous sera transmis prochainement.

N’hésitez pas à faire suivre l’info dans vos labos, entourages et étudiant-e-s en master susceptibles d’être intéressé-e-s.

Les billets de train sont pris en charge par le réseau (me contacter pour plus d’informations) aussi nous espérons recevoir des étudiant-e-s de toute la France.

Pour vous inscrire ou pour avoir plus d’informations, nous contacter à l’adresse suivante : melanie.perez.pro@hotmail.fr

En espérant vous y voir nombreu-ses-x!

Posted in Atelier | Tagged , , , , , , , , | Leave a comment

82é congrès de l’ACFAS: “Les sciences sociales à l’épreuve des nouveaux enjeux de la lutte contre le VIH/sida”

Elhadji Mbaye et Gabriel Girard organisent dans le cadre du prochain congrès de l’Association Francophone pour le Savoir (ACFAS) à Montréal en mai prochain un colloque destiné aux jeunes chercheurs, intitulé : “Les sciences sociales à l’épreuve des nouveaux enjeux de la lutte contre le VIH/sida”.

Cliquer sur ce lien pour télécharger l’appel à communication

Posted in Appel à com | Tagged , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a comment

« Les négligé(e)s de la marge » au Québec : retour sur un colloque

par Élise Marsicano, Gabriel Girard

En Europe comme en Amérique du Nord, les personnes Lesbiennes, Gays, Bi-e-s et Trans restent très fortement concernées par le VIH/sida et les IST. Difficile de comprendre cette situation sanitaire sans envisager les contextes sociaux, légaux et culturels dans lesquels évoluent ces minorités diverses. Une démarche rendue d’autant plus nécessaire à l’heure où l’accès à égalité formelle (le « mariage pour tou-te-s ») ne doit pas masquer les combats qui restent à mener pour l’égalité réelle.

C’est tout l’intérêt du colloque sur les « négligé-e-s de la marge »,organisé à Québec début novembre 2013, d’avoir mis la lumière sur ces enjeux[i]. En effet, au Québec, l’égalité des droits est une réalité depuis près de dix ans, du moins pour les couples de même sexe. Mais dix ans après où en sont les combats LGBT ? Et quelle est la situation des « négligé-e-s de la marge » que sont les minorités au sein des communautés LGBT ? Ces questions étaient au cœur du colloque organisé par l’association GLBT-Québec.

Égalité ?

Premier constat partagé : les avancées sociales pour les gays et les lesbiennes ne se traduisent pas mécaniquement pour toutes les populations. Et l’égalité des couples, acquise depuis dix ans, n’épuise pas, loin s’en faut, la question des droits des minorités. Les enjeux trans illustrent bien les limites de ces avancées : pour elles et eux, les enjeux de reconnaissance sociale et juridique ne se structurent pas uniquement autour du couple[ii]. Et les sessions portant sur les aîné-e-s LGBT et sur les minorités racisées se sont faites l’écho des inégalités d’âge et de race en invitant à les considérer comme des lignes de fractures au sein des communautés.

Un autre type d’inégalités, plus rarement appréhendées, sont celles liées au territoire. Si de nombreux LGBT migrent vers les grandes villes, qu’en est-il de celles et ceux qui restent? De ceux et celles qui s’installent dans des régions rurales ? Une session était consacrée à ces questions. Les intervenant-e-s ont souligné les nombreux aspects positifs de leur situation, sans occulter pour autant les difficultés propres à ces espaces. Devenant parfois des gays et des lesbiennes « de références », susceptibles de constituer une aide pour des personnes en questionnement sur leur orientation sexuelle, ils et elles jouent alors un rôle à ce titre dans leur communauté locale, loin de représentations souvent négatives associées au fait de vivre en région.

Quelles visibilités ?

La visibilité constitue toujours un enjeu politique et de santé sexuelle central – que l’on pense à ce qu’elle représente pour les trans, absent-e-s des enquêtes de santé publique. Mais la visibilité doit néanmoins être interrogée. À travers les expériences des minorités racisées, se pose par exemple la question de l’injonction au coming-out qui est très forte dans le mouvement gai : présentée comme un facteur d’émancipation et de construction d’une homosexualité épanouie, cette norme du dévoilement peut être très complexe pour les personnes concernées. Pour certains, les formes d’affirmation prennent d’autres voies : une intervenante d’origine haïtienne racontait ainsi le succès des réunions dans des espaces privés, par exemple, dans des appartements. Pour beaucoup de personnes LGBT issus des Caraïbes vivant à Montréal, ces réunions combinent la nécessité de se retrouver entre soi, la rupture de l’isolement et la discrétion. Une stratégie pas toujours bien comprise au sein du mouvement LGBT, mais qui permet d’accueillir plus de monde, et constitue pour certain-e-s, une première étape avant l’affirmation auprès de sa communauté d’origine.

Une population particulièrement invisible, c’est celle des aînés LGBT, qui pose plus généralement la question de la place des personnes âgées dans la société. Les constats tirés d’une enquête et d’une expérience de terrain auprès d’aîné-e-s LGBT ont permis de caractériser des situations souvent inacceptables: le déni des acteurs de santé, la violence et les discriminations, l’homophobie… qui ont des conséquences très négatives sur le bien-être des ainé-e-s, qui renoncent parfois à parler de leur orientation sexuelle, leur genre ou qui cachent leur parcours. Dans des sociétés caractérisées par des discriminations âgistes et homophobes, comment vieillir en tant que gay ou lesbienne ? Le grand intérêt de cette session a été d’aborder le vieillissement comme le résultat d’une socialisation antérieure et pas seulement comme une situation de vulnérabilité. Comme l’ont rappelées intervenants, un gai ou une lesbienne né-e en 1940a vécu 20 ans en étant considéré-e comme criminel-le, 30 ans considéré-e comme malade mentale… et n’a vu sa relation de couple légalement reconnue qu’à l’âge de 60 ans. La notion d’homophobie intériorisée trouve ici toute sa pertinence. Et d’ailleurs, un certain nombre d’ainé-e-s ne se définissent même pas comme gays ou lesbiennes et/ou ont vécu une partie de leur vie en tant qu’hétérosexuel-le-s. Le vieillissement constitue bien un enjeu transversal, trop souvent délaissé au sein des communautés LGBT.

Quelle(s) communauté(s)?

Ces différents constats invitent à interroger la notion de communauté et sa cohésion présupposée. Qui y est inclus, qui en est exclu? Quelles solidarités sont possibles ? Pour les personnes âgées, il s’agit d’une question très concrète : faut-il se lancer dans des projets de maisons de retraite LGBT-friendly ? Dans les débats, un consensus émerge : il est nécessaire d’élargir l’offre actuelle, pour que les personnes aient plus de choix. Pour s’en convaincre, le parallèle avec d’autres minorités, culturelles en l’occurrence, est éclairant. À Montréal, il existe par exemple des maisons spécifiques pour les ainé-e-s de la communauté issue de l’immigration italienne. Pour autant, certaines personnes âgé-e-s italophones n’ont simplement aucune envie de se retrouver dans cet entre-soi !

La question de la communauté soulève aussi celle des solidarités entre L, G, B et T. Quelles alliances sont possibles ? Qui est légitime pour parler ? À quelles conditions ?Dans ce contexte, la notion « d’allié-e » – les personnes n’appartenant pas au groupe concerné mais pouvant constituer des appuis ponctuels ou durables – était au cœur des discussions. Les groupes minoritaires sont pris dans un mouvement complexe, entre la nécessité de se retrouver autour d’une expérience commune et celle de créer des ponts avec les autres réalités.

Le constat des discriminations multiples vécues par les minorités racisées a fait consensus parmi les représentants des associations concernées, et ce au-delà de la diversité de leurs origines géographiques (Liban, Amérique Latine et Haïti) et de leurs vécu au Québec. Il est loin d’être évident de se sentir appartenir à une communauté LGBT, dans laquelle existent et se reproduisent différentes formes de racisme qui vont de l’exotisation des corps non-blancs au rejet en passant par les stéréotypes ethnosexuels.

Sortir des modèles de la sexualité et de la conjugalité ?

En filigrane de cette journée sur les minorités des communautés LGBT, un modèle d’homosexualité se dessinait en creux, calibré par l’homme gay blanc, trentenaire, de classe moyenne. Un modèle dominant qui semble délimiter les identités acceptables de l’homosexualité contemporaine, et ce dans sa version conjugalisée (le mariage, la parentalité) comme dans sa version plus sexualisée (le célibataire actif sur le marché sexuel).

À en croire les différents intervenants, cette normativité gaie participe à la marginalisation et l’invisibilité des « autres » que sont une partie des lesbiennes, les trans, les ainé-e-s, les plus pauvres, les personnes migrantes… Quelle reconnaissance en effet pour ceux et celles qui ne veulent pas se marier, pour ceux et celles qui sont hors du marché du sexe, parce qu’ils en sont sortis ou qu’ils n’y ont jamais été ?

Cette journée se caractérisait à la fois par la diversité des sujets appréhendés, la richesse des interventions et la qualité des débats. Deux sujets n’ont pu être traités, le handicap et les populations autochtones, faute d’avoir trouvé des intervenant-e-s pour animer ces sessions. Un seul regret à la fin de cette journée : la faible prise en compte des inégalités de genre. Cela aurait probablement permis d’affiner certains questionnements, que l’on pense à la sexualisation différentielle des communautés gays et lesbiennes, de l’articulation du racisme et du sexisme (et de l’homophobie, bien-sûr), et des combats, pas toujours convergents, des femmes et des hommes trans.

Si la question de la santé sexuelle et de la prévention du VIH n’était abordée que dans un atelier[iii], ce colloque est riche d’enseignement pour la santé publique. Car comprendre l’évolution des contextes sociétaux des personnes LGBT est une clé de lecture indispensable pour comprendre leurs situations de santé.

Élise Marsicano, Gabriel Girard

 


[i] http://www.glbtquebec.org/colloque.html

[ii]Au Québec, pour obtenir le changement d’état-civil, les personnes trans doivent être majeur-e et détenir la citoyenneté canadienne et, jusqu’à très récemment, être stérilisées (et subir une hystérectomie pour les hommes trans). Plus d’infos :    http://www.cqgl.ca/uploads/files/Plan%20de%20revendication%20trans%20final%20%283%29.pdf

[iii] http://www.gabriel-girard.net/2013/11/13/les-neglige-e-s-de-la-marge-retour-sur-un-colloque/

Posted in Compte rendu | Tagged , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a comment

Enfants et VIH/sida au Cameroun. Construction et implications de l’agenda politique

Soutenance de thèse, le 17 décembre 2013, Salle Copernic, Sciences Po Bordeaux

larissakojoue

Diplômée en science politique, Sciences Po Bordeaux Jeune chercheure en sciences sociales Santé, VIH/sida, OMD, politiques publiques, globalisation

More Posts

Posted in Soutenance | Tagged , , , , | Leave a comment

Kévin Jean (INSERM): Mise à l’épreuve de la stratégie de prévention du VIH «Tester et Traiter» : l’exemple de la Côte d’Ivoire

Kévin Jean (INSERM) soutiendra sa thèse en Épidémiologie et Santé Publique intitulée :

Mise à l’épreuve de la stratégie de prévention du VIH « Tester et Traiter » :

l’exemple de la Côte d’Ivoire.

Date & lieu :

  • Mercredi 18 décembre, 15h00
  • Salle de conférence du CESP,Hôpital Paul Brousse,  Bât. 15/16, Porte D,16 avenue Paul Vaillant Couturier,94800 Villejuif (Métro 7, arrêt Villejuif-Paul Vaillant-Couturier)
  • La soutenance se fera également en visio-conférence avec l’ISPED (Bordeaux) et le site PAC-CI ANRS (Abidjan)
  • La soutenance sera suivie d’un pot auquel vous êtes chaleureusement invité∙e∙s. Afin de le préparer au mieux, je vous remercie de me confirmer votre présence à kevin.jean@inserm.fr

Le jury sera composé de :

  • Laurence Meyer : INSERM-U1018 CESP, Le Kremlin-Bicêtre (Présidente)
  • Marie-Claude Boily : Imperial College, Londres (Rapporteure)
  • François Dabis : INSERM-U897 ISPED, Bordeaux (Rapporteur)
  • Eugène Messou : Programme PAC-CI/ANRS, Abidjan (Examinateur)
  • Yazdan Yazdanpanah : Hôpital Bichat-Claude Bernard, Paris (Examinateur)
  • France Lert : INSERM-U1018 CESP, Villejuif (Directrice de thèse)
  • Rosemary Dray-Spira : INSERM-U1018 CESP, Villejuif (Co-directrice de thèse)

Résumé :

Depuis plusieurs années, les résultats d’études diverses convergent pour montrer que l’initiation précoce du traitement antirétroviral (ARV) chez les personnes infectées par le VIH pourrait présenter des bénéfices, tant au niveau individuel que populationnel. En conséquence, la stratégie de prévention Tester et Traiter suscite un vif espoir quant à son potentiel à infléchir l’épidémie de VIH, en particulier dans le contexte de l’Afrique subsaharienne. Cette stratégie repose sur un dépistage universel du VIH couplé à une initiation immédiate du traitement ARV pour les personnes diagnostiquées VIH-positives. Elle soulève différents enjeux, en particulier en ce qui concerne ses dimensions socio-comportementales.

À partir de deux études réalisées en Côte d’Ivoire, l’objectif de cette thèse est d’appréhender certains des enjeux socio-comportementaux de l’extension du dépistage VIH et du traitement ARV. Sur la base d’un essai d’intervention d’une part, nous avons étudié l’impact d’un traitement ARV précoce sur les comportements sexuels et le risque de transmission du VIH au sein d’une population d’adultes engagés dans divers types de partenariats sexuels. D’autre part, l’analyse des données d’une enquête représentative à l’échelle nationale nous a permis d’identifier les principales barrières socio-comportementales et contextuelles au dépistage VIH au sein de la population générale ivoirienne.

Les résultats de cette thèse mettent en évidence les bénéfices préventifs importants, à la fois comportementaux et biologiques, d’une entrée précoce dans les soins et d’une initiation précoce du traitement ARV. Les analyses conduites en population générale ont également permis de mesurer les efforts qu’il reste à fournir en termes de dépistage VIH pour potentialiser ces bénéfices. L’ensemble de ce travail permet de mieux appréhender les conditions de succès et l’efficacité en situation réelle de la stratégie Tester et Traiter dans le contexte ouest-africain.

Posted in Soutenance | Tagged , , , , , , , , , , , , , | Leave a comment

Pierre-Marie David: Le traitement de l’oubli, Epreuve de l’incorporation des antirétroviraux et temporalités des traitements du sida en Centrafrique

Pierre-Marie David soutiendra sa thèse en Sociologie intitulée :

Le traitement de l’oubli: Épreuve de l’incorporation des antirétroviraux et temporalités des traitements du sida en Centrafrique

Date & lieu :

  • Jeudi 5 décembre 2013, 9h00
  • Pavillon Roger Gaudry (salle S-116), Université de Montréal,2900 Boul. Édouard-Montpetit, Montréal
  • vidéoconférence avec une partie du jury à Paris le 5 décembre à 15h: salle J402, bât Jacob au 4ème étage, Cermes, 45 rue des Saints-Pères.

Le jury sera composé de :

  • Président-rapporteur : Anne Calves
  • Directeur : Johanne Collin
  • Codirecteurs: Vinh-Kim Nguyen, François Locher
  • Membre du jury : Frédéric Le Marcis
  • Membre du jury: Tamara Giles-Vernick
  • Examinateur externe : Fred Eboko
  • Représentant du doyen de la FESP : à confirmer

Résumé:

Cette thèse propose une description ethnographique et une analyse sociologique de l’arrivée des traitements antirétroviraux (ARV) à Bangui, c’est-à-dire de cette rencontre singulière entre un programme international à l’ampleur inédite et une société locale durement touchée par l’infection. S’appuyant sur trois années de terrain entre 2005 et 2011, la démarche qualitative vise à répondre à la question suivante : de quoi les antirétroviraux sont-ils vraiment l’incorporation ?

Les programmes d’accès au traitement constituent un pouvoir thérapeutique qui se structure comme une «politique de la vie» s’articulant autour de réseaux mettant en lien des médicaments, des ONG privées, des consultants internationaux et une histoire postcoloniale. L’affirmation de ce pouvoir est majeure et structurante dans un contexte centrafricain de postconflit faisant suite à une décennie de troubles militaro-politiques. Les ressources accompagnant cette prise en charge renforcent une sociabilité et une individuation fondée sur cette différence biologique que représente l’infection à VIH.

Pour rendre des comptes aux contribuables occidentaux et gouverner localement l’intervention, des techniques et pratiques d’inscription sont mises en place (indicateurs de performance, taux de décaissement, mesures biologiques, etc.). Ces «pratiques scriptuaires» contribuent ainsi à réduire la distance entre un pouvoir global et de lointains sujets. Elles constituent le cœur d’une traduction sociale entre le global et le local qui alimente ce que nous appelons, en nous référant à Michel de Certeau, une «économie scriptuaire» qui tient les comptes d’un projet biopolitique global pour satisfaire aux Objectifs du Millénaire.

Une autre distance, celle-là entre les prétentions et les réalités du pouvoir thérapeutique explique les ambivalences ressenties lors de l’incorporation biologique et sociale des ARV. Finalement, le pouvoir thérapeutique dans le contexte social centrafricain se caractériserait alors moins par des formes exclusivement biomédicales de subjectivité, que par un processus d’individuation fragmenté basé sur des pratiques biomédicales souples, démonstratives et oublieuses.

Il apparaît alors plus clairement que les programmes internationaux de traitement de l’infection à VIH contribuent à produire de l’oubli ou plus précisément à écrire l’oubli à partir des «pratiques scriptuaires»: l’oubli des histoires individuelles enchâssées dans des inégalités sociales insurmontables, mais aussi l’oubli d’une Histoire plus longue qui montre que l’infection à VIH est l’incorporation d’un passé colonial.

Finalement, dans cet oubli se jouent plusieurs recommencements en santé publique internationale: celui de venir (et revenir) sauver des vies, de montrer que c’est possible et de proposer un futur qui façonne le présent. Prendre un temps pour reconnaître ces temporalités du traitement paraît alors de plus en plus nécessaire pour construire un présent qui émancipe, plutôt qu’il ne répète.

Posted in Soutenance | Tagged , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a comment

Revue “Genre, sexualité & société” n°9

Le numéro “VIH/sida” coordonné par Cécile Chartrain, Vincent Douris, Gabriel Girard, Elise Marsicano et Veronica Noseda, tou-te-s membres ou partenaires du Réseau, vient de paraître en ligne, à l’adresse suivante : http://gss.revues.org/2728

Crédits : Grand Fury / New Museum, New York

Dossier:

  • Cécile Chartrain, Vincent Douris, Gabriel Girard, Elise Marsicano et Veronica Noseda : VIH/sida : anciennes approches, nouveaux regards
  • Dennis Altman: Sida : la politisation d’une épidémie [1984]
  • Michael Voegtli: La politisation d’une épidémie : les mécanismes de construction d’une cause
  •  Paula Treichler: Le sida, l’homophobie et le discours biomédical : une épidémie de signification [1987]
  • Guillaume Lachenal: Donner sens au sida
  • Paul Farmer: « Envoyer la maladie ». Entre sorcellerie et politique, l’évolution des conceptions du sida dans les zones rurales d’Haïti [1990]
  • Dolorès Pourette: Paul Farmer : élaboration d’une représentation collective du sida en zone rurale d’Haïti au prisme du contexte historique et géopolitique haïtien (1983-1990)

Varia:

  • Randall M. Packard et Paul Epstein: Les épidémiologistes, les chercheurs en sciences sociales et l’organisation de la recherche médicale sur le sida en Afrique [1991]
  •  Frédéric Le Marcis: Permanence des impensés de la lutte contre le sida et nécessité d’une pensée critique
  • Cindy Patton: L’industrie des services sida : la construction des « victimes », des « volontaires » et des « experts » [1990]
  •  Sandrine Musso et Vinh-Kim Nguyen: D’une industrie… l’autre ?
  • Francis Dupuis-Déri: Les anarchistes et la prostitution : perspectives historiques
  •  Milena Jakšić: La souffrance faite cause. L’entrée de la traite des êtres humains dans l’arène publique
Posted in Publication | Tagged , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a comment

Gabriel Girard, “Les homosexuels et le risque du sida”

Vient de paraître :

Gabriel Girard, “Les homosexuels et le risque du sida: Individu, communauté et prévention”, Presses universitaires de Rennes, Rennes, 2013, 410 p. 20 euros. ISBN: 978-2-7535-2664-8

L’irruption du phénomène bareback dans l’espace public français, en juin 1999 a donné à voir comment se façonne la perception du risque VIH parmi les hommes gais. Cet ouvrage veut apporter un éclairage historique et sociologique sur la fabrication des discours de prévention et sur la manière dont les acteurs de ces débats ont pensé les situations de risque. Gabriel Girard, en s’appuyant sur des points de vue tant théoriques que méthodologiques, développe un éclairage original sur les enjeux contemporains de la santé publique. Avec une préface de Geneviève Harrous-Paicheler.

Posted in Publication | Tagged , , , , , , , , | Leave a comment