Programmes Journées d’étude : cycle de rencontres sur les perspectives de professionnalisation pendant et après la thèse

Le Réseau des jeunes chercheurs en sciences sociales sur le VIH/Sida (RJCSS VIH/Sida), en partenariat avec le RJCSS Santé & Société, participe à l’organisation d’un cycle de rencontres sur les perspectives de professionnalisation pendant et après la thèse. Cette journée portera sur les retours d’expérience de personnes passées par le RJCSSVIH ou le Réseau S/S et qui ont trouvé un poste après leur thèse  (campus Condorcet).

JE La recherche après le doctorat. Parcours professionnels dans et hors l’académie : 25 février 2022 

Programme : Présentation demi-journée 25.02 – RJCSS 

JE Construire son parcours de doctorat et post-doctorat : enjeux deprofessionnalisation et financements : 25 mars 2022 

Programme: Présentation demi-journée 25.03 – RJCSS

 

 

Assemblée générale 2022 du Réseau des Jeunes chercheur.e.s en sciences sociales sur le VIH/sida et les hépatites

Lieu et date : en ligne, le 2 février 2022

Personnes présent.e.s : Cyriac Bouchet-Mayer, Isaora Rivierez, Clark Pignedoli, Karna Coulibaly, Daddy Lumbungu, Théo Sabadel. 

Personnes excusé.e.s : Marina Silva Duarte, Cécile Loriato, Iris Condamine-Ducreux

Personne invité.e : Yoann Allier

Bilan 2021

L’année a été particulière, à la fois du fait du contexte sanitaire et d’une période de flou avec l’ANRS due à sa fusion avec Reacting. Le flou concerne notamment la question de la poursuite du soutien financier du Réseau ainsi que de son affiliation à l’ANRS. La situation générale n’a donc pas permis l’organisation de la traditionnelle journée « Montage de projet » qui est l’événement qui ouvre l’année pour le réseau. Toutefois, cela n’a pas été une année à blanc. Il y a eu un maintien de certaines activités, notamment la valorisation du colloque organisé à l’ENS de Lyon en octobre 2020, ainsi que l’organisation de la JE sur l’éthique d’octobre 2021 et sa valorisation.

Pour le colloque « Gouverner les corps et les conduites » : Engagement d’un processus de publication dans la revue Terrains/ Théories (en ligne). Cette valorisation se fait en partenariat avec certains membres du groupe Traitements et Contraintes qui, au même titre que le réseau VIH, fait partie du réseau Santé/société (sous-groupes). La valorisation de ce colloque par la coordination d’un numéro de revue a constitué le premier gros projet mené par le réseau en 2021.

La JE d’octobre 2021 qui traitait des enjeux éthiques de la recherche en sciences sociales sur le VIH/Sida a été le second gros événement du réseau cette année. Cette JE a eu lieu sur le site Condorcet. Une grande partie des membres du réseau ont présenté leurs travaux de recherche avec d’autres personnes retenues à l’issue de l’AAC. Il est envisagé la valorisation de cette journée à travers la publication d’un ouvrage collectif dans la collection ANRS (« Sciences sociales et VIH ») ou sous la forme d’une coordination d’un numéro de revue. La décision n’est pas encore prise et cela dépendra, en partie, des possibilités offertes par l’ANRS avec sa collection interne. 

Parallèlement à ces deux grosses activités, certains membres du réseau ont continué à gérer les activités courantes (intégration de nouvelles personnes sur la liste de diffusion, diffusion/relais d’information, veille de courriels etc.).

Projets pour 2022

Collaboration avec le Réseau Santé/Société pour mener des activités en commun. Organisation de deux demi-journées (les programmes ont été ou seront diffusés sur les listes à cet effet) :

25 février 2022 (campus Condorcet) : cette journée portera sur les retours d’expérience de personnes passées par le RJCSSVIH ou le Réseau S/S et qui ont trouvé un poste après leur thèse. 

25 mars 2022 : cette journée portera sur les modalités de financement des contrats doctoraux et post-doctoraux. 

Renouvellement des membres du comité de coordination

C’est une page qui se tourne pour de nombreu.x.es membres du réseau, qui y sont engagé.e.s de puis plusieurs années ! En fin de thèse ou sur le départ vers d’autres horizons professionnels, ces membres souhaitent se désengager progressivement. Si vous souhaitez prendre part ponctuellement ou de manière stable aux activités du réseau, n’hésitez pas à nous contacter ! 

Nous vous rappelons qu’il n’est pas nécessaire de faire partie du comité de coordination pour participer à l’organisation des évènements présentés ci-avant, ou proposer l’organisation d’autres évènements.

 

 

 

Retour sur la JE “Éthique de la recherche en sciences humaines et sociales sur le VIH/sida” (8/10/21)

La journée d’étude “Éthique de la recherche en sciences humaines et sociales sur le VIH/sida” s’est déroulée au Campus Condorcet le 8 octobre 2021.

Vous pouvez consulter ci-dessous le programme de la journée. Merci à toustes les participant.e.s et organisateur.ice.s !

Appel à communication

Journée d’étude : L’éthique de la recherche en sciences humaines et sociales sur le VIH/Sida

Le comité d’organisation de la journée d’étude est heureux de vous annoncer la publication de l’appel à communication de l’événement qui se tiendra à Paris le 8 octobre 2021.

Vous trouverez l’argumentaire de cette journée attaché à ce post → Argumentaire_FR. Merci par avance de bien vouloir faire circuler cet appel dans vos réseaux ainsi qu’aux personnes susceptibles d’être intéressées !

Modalités pratiques :

Les propositions de communication, de 3 000 signes (espaces compris), sont à envoyer au plus tard le 7 juillet 2021 à l’adresse je.ethique2021@gmail.com

Le document devra comporter :

  • Le titre de la communication
  • Le nom de la/du/des communicant.e.s ainsi que leur(s) affiliation(s) institutionnelle(s) complète(s)
  • Une adresse mail, ainsi qu’un résumé exposant le contenu de la communication proposée
  • Le résumé devra préciser le matériau et l’enquête sur laquelle porte la proposition

Les décisions seront rendues début août. 

Comité d’organisation : Cyriac Bouchet-Mayer  (SantÉSIH), Iris Condamine-Ducreux (Cermes3), Karna Bakary Coulibaly (Ceped), Marina Duarte (LEGS), Cécile Loriato (Céditec), Clark Pignedoli (Ined).



Retour sur le colloque international “Gouverner par les corps et les conduites” du 15 et 16 octobre 2020

Le colloque international “Gouverner par les corps et les conduites” co-organisé par le Réseau jeunes chercheurs en sciences sociales sur le VIH et le groupe de travail Traitements et contraintes s’est tenu en présentiel  sur le campus de l’Ecole Normale Supérieure de Lyon (et à distance en ligne) les 15 et 16 octobre 2020. 

La première journée a été inaugurée par un panel de présentations intitulé “Gérer les espaces, réguler les conduites” au cours duquel les espaces institutionnels d’hébergement ont été interrogés au prisme de l’analyse sociologique. Adrien Primerano (IRIS) a présenté les stratégies de légitimation des pratiques d’enfermement en “salle de détente” au sein de centres médico-éducatifs recevant des adolescents atteints de troubles du spectre autistique et Vianney Schlegel (CLERSE) a offert une analyse des pratiques professionnelles d’encadrement de l’usage d’alcool et de stupéfiants par les travailleurs sociaux exerçant en centre d’hébergement et de réinsertion sociale. 

Le 2ème panel pluridisciplinaire “Qualifier, déqualifier, requalifier” a été ouvert par une présentation de l’asile d’Anjanamasina à Madagascar par l’historien Raphaël Gallien (CESSMA) ayant pour objet la mise en avant de la subjectivité du quotidien asilaire colonial au début du du 20ème siècle. Ivan Garrec (IRIS) a donné, à partir d’un matériau ethnographique, un aperçu des enjeux reposant sur le placement de patients dans la catégories des troubles de la personnalité borderline en offrant une double perspective : celle de l’institution psychiatrique hospitalière et celle de patients souvent auto-diagnostiqués. Enfin, Rémi Rouméas (CMW) s’est attaché à analyser l’asymétrie des rapports de pouvoir entre professionnel.les du droit et victimes dans le contexte des procédures de correctionnalisation. 

Les 3ème et 4ème panels de l’après-midi ont tous deux été consacrés au thème “Se dire et être dit” en laissant une large place aux travaux sur les terrains juridiques et psychiatriques dans une perspective socio-anthropologique.  Les présentations de Maureen Clappe (Pacte) et Naoual Mahroug (Cerlis) ont toutes deux abordé l’objet de la demande d’asile en interrogeant d’une part l’injonction au récit biographique comme outil d’un gouvernement des publics et d’autre part l’espace physique des préfectures comme théâtre de corps tantôt disciplinés, tantôt résistants en portant une attention particulière au rôle des agents de sécurité. Les analyses en termes de gouvernement par le récit ont été poursuivies d’abord par Aubrie Jouanno (CRESPPA) qui a décrit le rôle des rapports institutionnels dans l’entreprise de placement des mineurs “en danger” ; puis par Audrey Linder (THEMA) qui a présenté un travail original sur les récits de rétablissement en donnant à voir le rôle de la sélectivité des profils à la convalescence considérée comme réussie dans la construction de modèles injonctifs en santé mentale.  Léo Farcy-Callon (ESO Rennes) a proposé une analyse des tensions entre perceptions éducatives et disciplinaires qui s’exercent autour du “projet de sortie”, précédant la remise en liberté des mineurs détenus au sein d’institutions socio-judiciaires.  Dans une perspective sociohistorique, Joris Guillemot (TEMOS) s’est intéressé aux marges de manœuvre des patientes internées dans l’asile breton de Plouguernével et aux enjeux reposant sur leur catégorisation par les psychiatres. Enfin, Guillaume Teillet (GRESCO) a conclu la journée avec une communication analysant le temps du récit comme un espace socialisateur – un apprentissage corporel autant que normatif – à partir de données issus d’une enquête ethnographique en unité éducative de milieu ouvert de la protection judiciaire de la jeunesse. 

La seconde journée du colloque a débuté par le 5ème panel intitulé “Organiser l’action publique”. Firmin Kra (LPED) est entré dans le vif du sujet en abordant l’entretien social de la peur – poro –  en Côte d’Ivoire sous l’angle des politiques publiques de santé à partir de la monographie d’un groupe Sénoufo. Sarah Perret (King’s College of London) a ensuite traité la question du gouvernement par les traces (data) laissés par les migrants ou créées par les organismes chargés de la sécurité aux frontières de l’Union européenne. Pour ce faire, elle a présenté les résultats d’une étude européenne traitant notamment des pratiques et des techniques de recueil de données aux frontières par le Bureau européen d’appui en matière d’asile (EASO). Faouzia Perrin (Pacte) a clôt cette session par une présentation sur l’apport du concept de “gouvernementalité” dans l’analyse de la régionalisation des politiques publiques de santé en France. 

L’organisation d’une session posters concluant cette matinée a été l’occasion d’échanges supplémentaires entre auteurs, communicants et auditeurs. 

L’après-midi s’est ouverte sur le 6ème panel  “Normaliser les corps, contraindre le genre” au cours duquel les objets de recherche en lien avec la santé et le gouvernement des corps féminins ont eu une place centrale. Les présentations de Sinem Gunes (IHRIM) et de Cindy Louchet (CMW) se sont faites écho. La première a proposé une réflexion originale sur la place prépondérante accordée à la corporéité féminine dans la prévention des cancers du sein. La seconde, sur le terrain des salles de remise en forme, a (re)mis en lumière que le corps féminin était l’endroit privilégié de l’imposition de normes genrées en matière de beauté. Gaëlle Larrieu (OSC) a montré que l’acceptation ou les résistances des parents d’enfants intersexes face au corps médical, s’agissant des traitements visant à leurs assignations à un genre, étaient fonction de leurs propriétés sociales. La dernière présentation du panel par Laurine Thizy (CRESPPA) a analysé l’accompagnement offert par les conseillères conjugales et familiales exerçant en centre d’orthogénie pour démontrer que la psychologisation observée du recours à l’avortement pouvait être lue au prisme d’une sociologie du travail de ces conseillères. 

Un dernier panel pluridisciplinaire “Inciter au gouvernement de soi, façonner les subjectivités” a vu Elsa Boulet (ESO Rennes) analyser la moralisation genrée de la responsabilité maternelle par le corps médical hospitalier sous l’angle de la sanitarisation des grossesses et Alexandre Michel (Cermes3) a proposé une typologie des registres d’actions des psychiatres travaillant en institution hospitalière.  A partir d’une comparaison franco-américaine et dans une perspective foucaldienne, Guillaume Périssol (CESDIP) a exposé la notion de soft government appliquée aux sujets jeunes et considérés comme déviants au cours de la première moitié du vingtième siècle. Mathilde Perray (GREPS) a enfin présenté les résultats de l’enquête Gundo-So qui porte sur l’autonomisation des personnes vivant avec le VIH au Mali en laissant une large place à la réflexivité sur la notion. 

Cette seconde et dernière journée du colloque a été conclue par Dominique Memmi (CNRS) qui a offert aux auditeurs une synthèse fouillée des échanges scientifiques tenus lors de ces deux jours, émaillée de ses réflexions personnelles sur l’évolution de la notion de “gouvernementalité”.

Programme du colloque “Gouverner les corps et les conduites”, le 15-16 octobre 2020 à l’ENS de Lyon

Vous trouverez ci-dessous le programme des deux journées du colloque “Gouverner les corps et les conduites” du 15 et 16 octobre 2020.

En raison du contexte épidémique, la capacité d’accueil des salles sera réduite pour respecter les règles de distanciation physique et l’accès à l’événement sera limité aux personnes qui se seront préalablement inscrites.

Si vous souhaitez assister à l’ensemble du colloque ou à une des deux journées, nous vous remercions de remplir le formulaire d’inscription disponible sur le site du colloque à l’adresse suivante : https://gouverner.sciencesconf.org/ avant le 6 octobre

Pour toute autre question, contactez le comité d’organisation à l’adresse suivante : colloque.gouvernement@gmail.com

Appel à communications – Colloque “Gouverner les corps et les conduites” – Lyon – octobre 2020

Le comité d’organisation du colloque international « Gouverner les corps et les conduites » est heureux de vous annoncer la publication de l’appel à communication de l’événement qui se tiendra à Lyon les 15 et 16 octobre 2020 avec la participation de trois chercheur.e.s invités :

  • Dominique Memmi (Directrice de recherche au CNRS, CRESPPA),
  • Cindy Patton (Professor in Faculty of Sociology and Anthropology, Simon Fraser University),
  • Ranabir Samaddar (Distinguished Chair in Migration and Forced Migration Studies, Director of Calcutta Research Group).

Le choix a été fait de poursuivre l’organisation du colloque, malgré les oppositions à la réforme des retraites et à la loi pluriannuelle de programmation de la recherche, affichées par voie de motion par le « Réseau des Jeunes Chercheurs en Sciences Sociales sur le VIH/Sida » et le groupe « Traitements & Contraintes ». Si cette décision n’empêche pas les mobilisations au sein de nos universités respectives, elle est motivée par la somme de travail gratuit et volontaire investie depuis septembre 2019 en vue de favoriser notre insertion professionnelle en tant que jeunes chercheur·e·s.

Vous trouverez l’argumentaire du colloque attaché à ce post → Argumentaire_FR. Merci par avance de bien vouloir faire circuler cet appel dans vos réseaux ainsi qu’aux personnes susceptibles d’être intéressées !

Chercheur.e.s et jeunes chercheur.e.s sont invités à transmettre leurs propositions d’ici le 2 mai 2020 à l’adresse : colloque.gouvernement@gmail.com. Celles-ci ne devront pas excéder 500 mots, hors titre, nom(s) du ou des auteur.e.s et affiliation(s) et devront s’insérer dans au moins un des axes de l’appel à communication ci-joint et préciser le matériau utilisé.

Le comité d’organisation,

Cyriac Bouchet-Mayer (SantÉSIH), Iris Condamine-Ducreux (Cermes3), Laura Delcourt (CeRIES), Marina Duarte (LEGS), Julia Legrand (Cermes3), Lara Mahi (Centre Max Weber), Alexandre Michel (Cermes3), Isaora Rivierez (Cerlis), Théo Sabadel (Triangle).

Mobilisation contre la LPPR

Motion adoptée par le Réseau des Jeunes Chercheurs en Sciences Sociales sur le VIH/Sida

Les membres du comité de coordination du Réseau des Jeunes Chercheurs en Sciences Sociales sur le VIH/Sida (RJCSS-VIH) se sont réunis le mardi 11 février 2020 afin de statuer sur les mobilisations sociales en cours. A l’unanimité, le RJCSS-VIH affirme son entière opposition au projet de Loi pluriannuelle de programmation de la recherche (LPPR) ainsi qu’au projet de réforme des retraites et se déclare solidaire des luttes sociales en cours en France

C’est pourquoi il a été décidé de suspendre l’ensemble des activités courantes du réseau à l’exception du suivi de l’organisation du colloque international ayant pour thème « Gouverner les corps et les conduites » prévu les 15 et 16 octobre 2020 à Lyon. En effet, alimenter les discussions autour de la gouvernementalité et de ses instruments nous paraît être en cohérence avec la mobilisation actuelle sur la décomposition du service public dans son ensemble qui résonne avec force dans le champ de la santé publique et de l’accompagnement des plus vulnérables (migrants, usagers de drogues, personnes incarcérées, travailleurs-ses du sexe, travailleurs publics et associatifs, usagers et exclus des systèmes de soins, etc.) qui sont au coeurs de nos travaux. Le maintien de cette activité restreinte pourra être révisé à l’aune de l’appel à la grève illimitée du 5 mars prochain.

De fait, le RJCSS-VIH, fort de ses ancrages disciplinaires diversifiés – sociologie, histoire, science politique, santé publique, épidémiologie, etc. – réaffirme son soutien à l’ensemble des mobilisations en cours, quelles que soit leurs formes (grèves, assemblées générales, universités populaires, manifestations…) et encourage vivement l’ensemble de ses membres à s’y joindre dans leurs universités respectives.

Le comité de coordination.

Source : https://www.agoravox.fr/actualites/article/lppr-comprendre-et-faire-gagner-221417

Journée “Montage de projet” 2020

Date : 24 janvier 2020

Lieu : Salle Dominique Dormont dans les locaux de l’ANRS : 101 rue de Tolbiac, 75013, Paris. 

Comité d’organisation : Liam Balhan, Cyriac Bouchet-Mayer, Iris Condamine-Ducreux, Lara Mahi, Isaora Rivierez, Théo Sabadel, Marina Silva-Duarte.

Contact : jeune.chercheur.sida@gmail.com

Comme chaque année, le Réseau de Jeunes Chercheur-e-s en Sciences sociales sur le VIH/Sida, propose aux futur-e-s doctorant-e-s, doctorant-e-s, post-doctorant-e-s et professionnel-le-s de venir échanger à propos des diverses modalités de financement de la recherche.

La découverte du monde de la recherche est une plongée vers l’inconnu, parfois source d’inquiétude pour les futur-e-s doctorant-e-s et/ou futur-e-s chercheur-se-s. La recherche des financements apparaît comme un passage obligé, plus ou moins long, plus ou moins complexe, ouvrant la porte à la conduite d’une thèse ou d’un projet de recherche dans de bonnes dispositions. Encore faut-il en avoir les codes.

Il s’agit de sensibiliser les jeunes chercheur-se-s en sciences sociales au financement de la recherche par projet qui prend une place de plus en plus importante et nécessite bien souvent une spécialisation du docteur dans la recherche de financement. Celle-ci suppose une connaissance des organismes qui financent la recherche ainsi que leurs attentes respectives. La journée s’organisera autour d’un partage d’expériences des membres du réseau, invité-e-s à présenter la diversité des modes de financement, des inscriptions institutionnelles, et des parcours professionnels à la suite d’un doctorat à sciences sociales sur le VIH/Sida.

Vous êtes convié-e-s à venir échanger avec les professionnel-le-s présent-e-s vendredi 24 janvier 2020 entre 9h00 et 17h00. Le réseau prend en charge le repas du midi et peut aussi prendre en charge les frais de transport sous réserve que les demandes soient adressées au plus tard deux semaines avant l’événement (contact : bouchetcyriac@gmail.com).

Merci de remplir le formulaire d’inscription suivant afin que nous puissions prendre les dispositions nécessaires pour proposer la meilleure organisation possible.  

Formulaire d’inscription

Les membres du comité de coordination du réseau des jeunes chercheur-se-s en sciences sociales sur le VIH/Sida et les hépatites.




Programme de la journée

 

Accueil Café – entre 8h30 et 9h00

 

8h30 – 9h00 : Présentation de la journée et des différent.e.s intervenant.e.s par les membres du comité de coordination du réseau.

Présentation des différents financements doctoraux

9h00 – 9h30 : Les financements ANRS – Yoann Allier

9h30 – 10h15 : Attentes des jurys ANRS – Joseph Larmarange

10h15 – 10h30 : Pause

10h30 – 11h00 : Les financements Sidaction – Vincent Douris

11h00 – 11h30 : Faire un post-doc à l’étranger – Maxime Inghels

11h30 – 12h00 : Les concours de chercheur de la fonction publique – Joseph Larmarange

 

Déjeune – entre 12h00 et 13h30

 

La professionnalisation à l’issue de la thèse

13h30 – 14h00 : Retour sur expérience d’un financement CIFRE – Isaora Rivierez

14h00 – 14h30 : Devenir ATER – Lucille Gallardo

14h30 – 15h00 : Les concours de Maitre de Conférence – Lara Mahi

15h00 – 15h30 : Pause

15h30 – 16h15 : Les financements région – Gabrielle Costa

16h15 – 17h00 : Diversification des instances de recherche – Juliana Castro

 

Clôture de la journée autour d’un verre

 

Recherche en sciences sociales sur la prophylaxie pré-exposition

Le Réseau des Jeunes Chercheur.e.s en sciences sociales sur le VIH et les Hépatites remercie chaleureusement tou.te.s les participant.e.s à la journée d’étude organisée le 07 juin dernier dans les locaux de la Région Île-de-France, au 33 Rue Barbet de Jouy, Paris VII. Cet événement a reçu le soutien de l’Agence Nationale de la Recherche contre le Sida (ANRS) et de la Région Île-de-France.

Cette journée a été l’occasion pour les chercheur.re.s travaillant sur la PrEP en sciences sociales de venir présenter des travaux en cours ou déjà partiellement aboutis et d’en discuter au cours de moments d’échanges qui se sont révélés riches et constructifs. Le succès a pu se mesurer tout au long de la journée avec un auditoire d’une quarantaine de personnes au cours de l’après-midi, ce qui témoigne de l’intérêt porté à une approche par les sciences sociales d’un objet jusqu’ici majoritairement étudié au prisme de l’épidémiologie, des sciences exactes et expérimentales

Le comité de coordination du Réseau : Liam Balan, CyriacBouchet-Mayer, Lara Mahi, Isaora Rivierez, Théo Sabadel, Marina Silva Duarte.