“Actualité de la recherche en sciences sociales sur la prophylaxie pré-exposition au VIH (PrEP)”

Le Réseau des Jeunes ChercheurEs en Sciences Sociales sur le VIH/SIDA organise une journée d’étude “Actualité de la recherche en sciences sociales sur la prophylaxie pré-exposition au VIH (PrEP)”, le 7 juin 2019 à Paris.

Face à la stratégie des « 3×90 » (90% des personnes vivant avec le VIH connaissant leur statut sérologique, 90% des personnes infectées dépistées recevant un traitement anti rétroviral, 90% des personnes sous traitement ayant une charge virale indétectable) initiée par l’ONUSIDA, quelle peut-être la place de la prophylaxie préexposition (PrEP) dans la stratégie de réduction des risques sexuels ?

La PrEP permet à tout individu sous traitement de bénéficier d’une protection efficace au regard du risque d’infection par le VIH lors de rapports sexuels (Molina et al., 2018). Autorisée depuis 2012 aux Etats-Unis, elle a d’abord fait l’objet d’une diffusion à titre expérimental en France au sein de l’essai Ipergay (Molina et al., 2017) et elle bénéficie désormais d’une autorisation et d’un remboursement total par la Sécurité sociale.

Dans un contexte caractérisé par un moindre recours à la prévention traditionnelle et une action associative devenue moins lisible (Girard, 2014), quel est le rôle et la place de la PrEP comparativement aux stratégies préventives préexistantes et eu égard aux objectifs précités ? Représente-t-elle une solution pour réduire significativement les risques sexuels ? A quelle(s) stratégie(s) cette innovation médicale obéit-elle ? Quels sont ses effets socio-politiques ?

Cette journée d’études propose de réfléchir à cette actualité socio-politique et médicale à travers cinq axes principaux :

  • Le déploiement de la PrEP au prisme de l’analyse sociologique/ épidémiologique ;
  • La PrEP dans une perspective Nord/Sud et selon une configuration post-coloniale ;
  • La PrEP face à la catégorisation ;
  • Le rôle des associations dans la (re)médicalisation de la prévention ;
  • La PrEP, une panacée enfin trouvée ? La place des contre-discours.

L’appel à communication est ouvert aux chercheuses et chercheurs en sciences sociales (anthropologie, démographie, histoire, santé publique, sociologie…) et aux professionnelles et professionnels de la recherche interventionnelle (associations communautaires de santé par exemple).

Les propositions de communication (une page maximum) préciseront les noms, fonctions et
coordonnées de leurs auteur.e.s, ainsi que la méthodologie et le contexte de la recherche. Elles devront être adressées par mail au plus tard le 12 mai 2019 : jeunechercheursida@gmail.com

L’inscription pour les participants (hors-interventions) est obligatoire : cliquez ici

L’argumentaire intégral ainsi que la bibliographie indicative sont disponibles ci-dessous:


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.