Retour sur le colloque international « Gouverner par les corps et les conduites » du 15 et 16 octobre 2020

Le colloque international “Gouverner par les corps et les conduites” co-organisé par le Réseau jeunes chercheurs en sciences sociales sur le VIH et le groupe de travail Traitements et contraintes s’est tenu en présentiel  sur le campus de l’Ecole Normale Supérieure de Lyon (et à distance en ligne) les 15 et 16 octobre 2020. 

La première journée a été inaugurée par un panel de présentations intitulé “Gérer les espaces, réguler les conduites” au cours duquel les espaces institutionnels d’hébergement ont été interrogés au prisme de l’analyse sociologique. Adrien Primerano (IRIS) a présenté les stratégies de légitimation des pratiques d’enfermement en “salle de détente” au sein de centres médico-éducatifs recevant des adolescents atteints de troubles du spectre autistique et Vianney Schlegel (CLERSE) a offert une analyse des pratiques professionnelles d’encadrement de l’usage d’alcool et de stupéfiants par les travailleurs sociaux exerçant en centre d’hébergement et de réinsertion sociale. 

Le 2ème panel pluridisciplinaire “Qualifier, déqualifier, requalifier” a été ouvert par une présentation de l’asile d’Anjanamasina à Madagascar par l’historien Raphaël Gallien (CESSMA) ayant pour objet la mise en avant de la subjectivité du quotidien asilaire colonial au début du du 20ème siècle. Ivan Garrec (IRIS) a donné, à partir d’un matériau ethnographique, un aperçu des enjeux reposant sur le placement de patients dans la catégories des troubles de la personnalité borderline en offrant une double perspective : celle de l’institution psychiatrique hospitalière et celle de patients souvent auto-diagnostiqués. Enfin, Rémi Rouméas (CMW) s’est attaché à analyser l’asymétrie des rapports de pouvoir entre professionnel.les du droit et victimes dans le contexte des procédures de correctionnalisation. 

Les 3ème et 4ème panels de l’après-midi ont tous deux été consacrés au thème “Se dire et être dit” en laissant une large place aux travaux sur les terrains juridiques et psychiatriques dans une perspective socio-anthropologique.  Les présentations de Maureen Clappe (Pacte) et Naoual Mahroug (Cerlis) ont toutes deux abordé l’objet de la demande d’asile en interrogeant d’une part l’injonction au récit biographique comme outil d’un gouvernement des publics et d’autre part l’espace physique des préfectures comme théâtre de corps tantôt disciplinés, tantôt résistants en portant une attention particulière au rôle des agents de sécurité. Les analyses en termes de gouvernement par le récit ont été poursuivies d’abord par Aubrie Jouanno (CRESPPA) qui a décrit le rôle des rapports institutionnels dans l’entreprise de placement des mineurs “en danger” ; puis par Audrey Linder (THEMA) qui a présenté un travail original sur les récits de rétablissement en donnant à voir le rôle de la sélectivité des profils à la convalescence considérée comme réussie dans la construction de modèles injonctifs en santé mentale.  Léo Farcy-Callon (ESO Rennes) a proposé une analyse des tensions entre perceptions éducatives et disciplinaires qui s’exercent autour du “projet de sortie”, précédant la remise en liberté des mineurs détenus au sein d’institutions socio-judiciaires.  Dans une perspective sociohistorique, Joris Guillemot (TEMOS) s’est intéressé aux marges de manœuvre des patientes internées dans l’asile breton de Plouguernével et aux enjeux reposant sur leur catégorisation par les psychiatres. Enfin, Guillaume Teillet (GRESCO) a conclu la journée avec une communication analysant le temps du récit comme un espace socialisateur – un apprentissage corporel autant que normatif – à partir de données issus d’une enquête ethnographique en unité éducative de milieu ouvert de la protection judiciaire de la jeunesse. 

La seconde journée du colloque a débuté par le 5ème panel intitulé “Organiser l’action publique”. Firmin Kra (LPED) est entré dans le vif du sujet en abordant l’entretien social de la peur – poro –  en Côte d’Ivoire sous l’angle des politiques publiques de santé à partir de la monographie d’un groupe Sénoufo. Sarah Perret (King’s College of London) a ensuite traité la question du gouvernement par les traces (data) laissés par les migrants ou créées par les organismes chargés de la sécurité aux frontières de l’Union européenne. Pour ce faire, elle a présenté les résultats d’une étude européenne traitant notamment des pratiques et des techniques de recueil de données aux frontières par le Bureau européen d’appui en matière d’asile (EASO). Faouzia Perrin (Pacte) a clôt cette session par une présentation sur l’apport du concept de “gouvernementalité” dans l’analyse de la régionalisation des politiques publiques de santé en France. 

L’organisation d’une session posters concluant cette matinée a été l’occasion d’échanges supplémentaires entre auteurs, communicants et auditeurs. 

L’après-midi s’est ouverte sur le 6ème panel  “Normaliser les corps, contraindre le genre” au cours duquel les objets de recherche en lien avec la santé et le gouvernement des corps féminins ont eu une place centrale. Les présentations de Sinem Gunes (IHRIM) et de Cindy Louchet (CMW) se sont faites écho. La première a proposé une réflexion originale sur la place prépondérante accordée à la corporéité féminine dans la prévention des cancers du sein. La seconde, sur le terrain des salles de remise en forme, a (re)mis en lumière que le corps féminin était l’endroit privilégié de l’imposition de normes genrées en matière de beauté. Gaëlle Larrieu (OSC) a montré que l’acceptation ou les résistances des parents d’enfants intersexes face au corps médical, s’agissant des traitements visant à leurs assignations à un genre, étaient fonction de leurs propriétés sociales. La dernière présentation du panel par Laurine Thizy (CRESPPA) a analysé l’accompagnement offert par les conseillères conjugales et familiales exerçant en centre d’orthogénie pour démontrer que la psychologisation observée du recours à l’avortement pouvait être lue au prisme d’une sociologie du travail de ces conseillères. 

Un dernier panel pluridisciplinaire “Inciter au gouvernement de soi, façonner les subjectivités” a vu Elsa Boulet (ESO Rennes) analyser la moralisation genrée de la responsabilité maternelle par le corps médical hospitalier sous l’angle de la sanitarisation des grossesses et Alexandre Michel (Cermes3) a proposé une typologie des registres d’actions des psychiatres travaillant en institution hospitalière.  A partir d’une comparaison franco-américaine et dans une perspective foucaldienne, Guillaume Périssol (CESDIP) a exposé la notion de soft government appliquée aux sujets jeunes et considérés comme déviants au cours de la première moitié du vingtième siècle. Mathilde Perray (GREPS) a enfin présenté les résultats de l’enquête Gundo-So qui porte sur l’autonomisation des personnes vivant avec le VIH au Mali en laissant une large place à la réflexivité sur la notion. 

Cette seconde et dernière journée du colloque a été conclue par Dominique Memmi (CNRS) qui a offert aux auditeurs une synthèse fouillée des échanges scientifiques tenus lors de ces deux jours, émaillée de ses réflexions personnelles sur l’évolution de la notion de “gouvernementalité”.

Isaora Rivierez

Doctorante en Sociologie, Centre de Recherche sur les liens sociaux

More Posts


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.