Pierre-Marie David: Le traitement de l’oubli, Epreuve de l’incorporation des antirétroviraux et temporalités des traitements du sida en Centrafrique

Pierre-Marie David soutiendra sa thèse en Sociologie intitulée :

Le traitement de l’oubli: Épreuve de l’incorporation des antirétroviraux et temporalités des traitements du sida en Centrafrique

Date & lieu :

  • Jeudi 5 décembre 2013, 9h00
  • Pavillon Roger Gaudry (salle S-116), Université de Montréal,2900 Boul. Édouard-Montpetit, Montréal
  • vidéoconférence avec une partie du jury à Paris le 5 décembre à 15h: salle J402, bât Jacob au 4ème étage, Cermes, 45 rue des Saints-Pères.

Le jury sera composé de :

  • Président-rapporteur : Anne Calves
  • Directeur : Johanne Collin
  • Codirecteurs: Vinh-Kim Nguyen, François Locher
  • Membre du jury : Frédéric Le Marcis
  • Membre du jury: Tamara Giles-Vernick
  • Examinateur externe : Fred Eboko
  • Représentant du doyen de la FESP : à confirmer

Résumé:

Cette thèse propose une description ethnographique et une analyse sociologique de l’arrivée des traitements antirétroviraux (ARV) à Bangui, c’est-à-dire de cette rencontre singulière entre un programme international à l’ampleur inédite et une société locale durement touchée par l’infection. S’appuyant sur trois années de terrain entre 2005 et 2011, la démarche qualitative vise à répondre à la question suivante : de quoi les antirétroviraux sont-ils vraiment l’incorporation ?

Les programmes d’accès au traitement constituent un pouvoir thérapeutique qui se structure comme une «politique de la vie» s’articulant autour de réseaux mettant en lien des médicaments, des ONG privées, des consultants internationaux et une histoire postcoloniale. L’affirmation de ce pouvoir est majeure et structurante dans un contexte centrafricain de postconflit faisant suite à une décennie de troubles militaro-politiques. Les ressources accompagnant cette prise en charge renforcent une sociabilité et une individuation fondée sur cette différence biologique que représente l’infection à VIH.

Pour rendre des comptes aux contribuables occidentaux et gouverner localement l’intervention, des techniques et pratiques d’inscription sont mises en place (indicateurs de performance, taux de décaissement, mesures biologiques, etc.). Ces «pratiques scriptuaires» contribuent ainsi à réduire la distance entre un pouvoir global et de lointains sujets. Elles constituent le cœur d’une traduction sociale entre le global et le local qui alimente ce que nous appelons, en nous référant à Michel de Certeau, une «économie scriptuaire» qui tient les comptes d’un projet biopolitique global pour satisfaire aux Objectifs du Millénaire.

Une autre distance, celle-là entre les prétentions et les réalités du pouvoir thérapeutique explique les ambivalences ressenties lors de l’incorporation biologique et sociale des ARV. Finalement, le pouvoir thérapeutique dans le contexte social centrafricain se caractériserait alors moins par des formes exclusivement biomédicales de subjectivité, que par un processus d’individuation fragmenté basé sur des pratiques biomédicales souples, démonstratives et oublieuses.

Il apparaît alors plus clairement que les programmes internationaux de traitement de l’infection à VIH contribuent à produire de l’oubli ou plus précisément à écrire l’oubli à partir des «pratiques scriptuaires»: l’oubli des histoires individuelles enchâssées dans des inégalités sociales insurmontables, mais aussi l’oubli d’une Histoire plus longue qui montre que l’infection à VIH est l’incorporation d’un passé colonial.

Finalement, dans cet oubli se jouent plusieurs recommencements en santé publique internationale: celui de venir (et revenir) sauver des vies, de montrer que c’est possible et de proposer un futur qui façonne le présent. Prendre un temps pour reconnaître ces temporalités du traitement paraît alors de plus en plus nécessaire pour construire un présent qui émancipe, plutôt qu’il ne répète.


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.