Flux migratoire et VIH/SIDA à Kinshasa en RDC

« Flux migratoire et VIH/SIDA à Kinshasa en RDC : analyse de la crise congolaise ».

Par KWILU LANDUNDU Hubert, Doctorant en sociologie

Laboratoire d’Etudes et de Recherches en Sociologie et en Ethnologie de Montpellier (LERSEM), Composante : Institut de Recherche Sociologiques et Anthropologiques – Centre de Recherches sur l’Imaginaire (IRSA/CRI)

Université Paul Valéry (UM3), Route de Mende 34199 Montpellier

Cedex 5, Téléphone : 04 67 14 20 92, 046714 26 67

INTRODUCTION

Le phénomène d’urbanisation des villes africaines lié à la colonisation s’est substitué à l’ancienne configuration de ces dernières, notamment avec l’apparition de nouvelles agglomérations caractérisées par une diversité des fonctions à savoir : politiques, économiques, religieuses et intellectuelles.

Ces villes ont crée en outre une coupure à la fois ethnique et culturelle, car elles sont habitées en majorité d’une part par des étrangers et d’autres part ; la portion des africains qui rode tout autour de la ville, mais ils ne s’intègrent pas facilement. Cette dernière est soit repoussée par le manque d’occupation ou encore par les mesures drastiques héritées de l’administration coloniale.

Cependant, dans ces villes coloniales africaines, le besoin de main-d’œuvre et de personnel subalterne pour un certain nombre des tâches s’est fait sentir. Il avait pour effet d’ouvrir progressivement ces centres urbains aux africains. Et comme les travailleurs urbains ont bénéficié en ville d’un réseau étoffé de services (écoles, hôpitaux, etc.), un phénomène d’immigration urbaine s’est amorcé avec une ville « qui apparaît comme synonyme de promotion ».

Ce phénomène migratoire est resté une des caractéristiques particulières des villes africaines depuis l’indépendance jusqu’à nos jours. Ainsi, Kinshasa n’est pas épargnée par ce phénomène. Pour souligner cet aspect de fait, Jean-Marie Ribaucourt déclare : « la population de Léopoldville va doubler en quelques années : le renouvellement du pouvoir colonial met fin aux restrictions à l’immigration dans la capitale et le reste du pays. Mais curieusement, de 1961 à 1967, la capitale ne connaîtra quasiment pas d’extension en superficie[1]».

De ce qui précède, l’objectif poursuivi est, en effet, celui de poser de manière aussi objective que possible un certain nombre de questions, pour mieux saisir l’ampleur souvent insoupçonnée et pour mettre en lumière la complexité de flux migratoire, ainsi que ses corollaires : le VIH/SIDA et la désorganisation du pouvoir politique.

Dans la collecte des informations relatives à cette étude, nous avons recouru à la littérature existante sur les villes africaines et quelques interviews organisées auprès de 20 personnes, qui représentent notre échantillon d’enquête.

Ainsi, l’utilisation de toutes ces techniques a été soutenue par l’approche analytique, qui en tant que phase et moment de la recherche, assouplie par la présentation des données ainsi que leur agencement tout au long de cette étude.

Nous osons croire qu’on ne peut appliquer des remèdes appropriés et efficaces au flux migratoire sans élaborer d’abord un diagnostic correct qui tient compte aussi de l’état de ce phénomène. Une sémiologie superficielle comme une fausse étiologie, entraîneraient forcément une thérapie inadaptée et proposent des remèdes souvent pires que le mal, l’expérience nous l’apprend.

La présente étude est organisée en cinq points. D’abord, le premier porte sur ; la ville, un phénomène social total, ensuite le second traite les origines des migrations internes au Congo-Kinshasa, le troisième parle du risque d’implosion à Kinshasa. Enfin, le quatrième et le dernier sont axés respectivement sur le VIH/SIDA à Kinshasa et au Congo et l’absence d’un pouvoir politique fort et organisé.

  1. La ville, un phénomène social total

Par « phénomène social total », nous désignons un ensemble de structures formant une entité spécifique dont toutes les parties, composantes, aspects, secteurs s’articulent les uns aux autres, dépendent les uns aux autres, s’influencent réciproquement et prennent leur sens par rapport à la totalité, celle-ci étant par définition irréductible à la somme des parties. Benoît Verhaegen déclare à propos : la ville est tout et son histoire n’est pas la juxtaposition d’une économie politique et administrative, etc[2].

Le statut de la capitale ou de métropole du Congo accordé à Kinshasa constitue le point capital qui le place en avant plan par rapport à d’autres grandes villes du pays et du continent africain. D’où Kinshasa constitue de ce fait le point central dans un réseau de communications entre villes congolaises, africaines et européennes de niveaux différents. Leurs relations de dépendance à l’endroit de Kinshasa et de l’influence qu’elle exerce sur celles, constituent une structure dynamique spécifique qu’il faut dégager. Kisangani et Lubumbashi qui hier paraissaient comme les seuls centres exportateurs des immigrés, s’ajoutent aujourd’hui Mbandaka, Bukavu, Goma, etc.

Cette migration est tributaire d’un passé historico-politique qu’a connu le Congo-Kinshasa. Dans cette perspective, souligne Jean-Marie Ribaucourt : les anciennes concessions mi-agricoles, mi-spéculatives des colons sont envahies, avec l’aval des politiciens, soucieux d’élargir leur soutien électoral. Ainsi, dans ces premières années après l’indépendance, la population construira surtout sur des parcelles acquises, parmi les nouveaux venus, beaucoup de Sud-kasaïens qui fuient la violence déchaînée par les luba et les autres ethnies voisines[3].

L’auteur veut montrer que, ce phénomène de flux migratoire est né avec l’accession du Congo à la souveraineté nationale et internationale et encouragé abusivement par les politiciens congolais de l’époque, qui privilégiaient leurs intérêts électoralistes.

En effet, de 400.000 habitants à l’indépendance en 1960, Kinshasa a atteint selon les estimations une population qui avoisine 12 millions d’habitants en 2015. Cette situation a demeuré dans la mesure où, après l’avènement de l’indépendance, la période qui suivit, a connu une débâcle surtout dans les domaines social et économique. Parmi les causes de flux migratoire, on note que c’est surtout ; la suppression du contrôle administratif (qui ne parvenait pas à refreiner l’immigration vers les villes d’une façon efficace) qui provoqua un exode rural massif.

Ainsi, à Léopoldville, on voit apparaître ça et là la construction d’habitations de fortune sur les collines avoisinantes, là où il n’y avait encore rien en 1960, sorte de témoignage de la croissance énorme de la ville. Il était difficile de connaître à cette même époque, le nombre des sans-emplois. Toutefois, on estime que le nombre des chômeurs avait atteint 50% de la population active et dépassait 100.000 personnes dans la cité elle-même.

Benoît Verhaegen soutient cette affirmation quand il dit : chaque ville a un temps historique spécifique qu’il faut découvrir. Il est distinct de celui des autres villes et de celui de l’ensemble national[4]. L’auteur veut dire que ce qui est dit de Kinshasa, est également de Lubumbashi ou de Kisangani.

Toutefois, la deuxième raison qui a développé le flux migratoire de la ville de Kinshasa, est politique. Ainsi, mitraillée par la dictature de la deuxième république défunte, la ville de Kinshasa est restée depuis belle lurette, le lieu par excellence où les jeux politiques se pratiquaient. Même avant l’indépendance, tout congolais rêvait visiter Léopoldville et goûter ses miels qui endoctrinent. La dictature « mobutienne » déboulonnée, l’Alliance des Forces Démocratiques pour la Libération du Congo (AFDL), conduite provisoirement par Laurent Désiré Kabila, a quitté les montagnes de l’Est du Congo avec une armée hétéroclite pour s’emparer du pouvoir politique à Kinshasa le 17 mai 1997. Cette aventure militaire plongea de nouveau le pays dans un cycle infernal, où les villes de l’intérieur se sont vidées de toutes leurs forces sociales sur qui elles comptaient. Toutes les populations de l’intérieur visaient Kinshasa, la capitale du Congo. Une année après, nous sommes le 02 août 1998, le Congo saigne de nouveau avec une nouvelle guerre qui s’allonge jusqu’en 2004, et grâce à un accord négocié entre toutes les factions rivales, se sont retrouvées à Kinshasa, pour partager le pouvoir politique.

  1. Origines des migrations internes au Congo-Kinshasa

Nous venons de démontrer que les fractures socio-économiques et politiques ont contribué grandement au flux migratoire dans la ville de Kinshasa, de Lubumbashi ainsi que celle de Kisangani. Maintenant, nous consacrons cette partie à déceler les tenants et les aboutissants de ce phénomène.

Le flux migratoire est compris comme une expansion démographique délimitée due au fait que, la vie politique qui se développe en milieu urbain, bouleverse rapidement les structures urbaines et à travers elles, l’ensemble du pays. En d’autres termes, l’instance politique a pris sa revanche et exerce une influence prépondérante sur les autres instances. La force centrifuge dans un tel flux migratoire reste l’avènement de l’indépendance, où l’on assiste à l’effondrement du système colonial en juin 1960 et les conflits politiques intérieurs qui ébranlèrent l’ordre urbain instauré par le colonisateur.

Au milieu de l’insécurité et de la crise économique, la petite bourgeoisie administrative s’empara des leviers de commande, mais elle ne peut empêcher ni l’éclatement de l’Etat en 3 blocs rivaux et en de multiples provincettes, 26 au total, ni la résurgence de la conscience ethnique, moins encore le flux des populations rurales vers les villes.

Et malgré la prise du pouvoir par l’armée en 1965, à Léopoldville de nouvelles forces sociales se mettent en place et c’est depuis toujours, d’un côté les déscolarisés, les travailleurs prolétarisés et de l’autre un embryon de bourgeois d’affaires, un nombre croissant de diplômés universitaires, un noyau de gouvernants et de hauts fonctionnaires.

Hormis les causes sus-évoquées, les pillages des années 1991 et 1993 ainsi que la crise économique qui s’en est suivie, ont provoqué de nouveau le flux des populations rurales vers Kinshasa, auxquelles il faut ajouter les conflits interethniques dans les provinces (géopolitique), les guerres de 1996, 1998-2014 et celles qui persistent encore en Ituri et à l’Est du pays, qui du reste présentent les statistiques ci-après pour les immigrés nationaux et les étrangers.

Tableau n°1 Effectifs de la population des immigrés nationaux et des étrangers dans la ville de Kinshasa

Année Immigrés Etrangers Total
1997 x x 3.911,177
1998 3.911,177 x 4152,045
1999 4.152,045 x 4.229,266
2000 4.229,266 x 3.993,788
2001 3.993,788 173,214 4.168,002
2002 4.096,654 176,654 4.272,856
2003 4.270,558 179,888 4.450,446
2004 4.563,003 174,726 4.737,729
2005 4.695,439 170,203 4.865,642
2006 4.828,432 170,387 4.999,319
2007 x x x

 Source : division de l’intérieur et de décentralisation, ville de Kinshasa, 2007.

Les données contenues dans ce tableau confirment l’hypothèse selon laquelle : de 1997 jusqu’à nos jours, la population des immigrés et des étrangers ne cesse de s’accroître, et cela est due aux diverses raisons, recherche de vie meilleure, marché d’affaires.

De ce qui précède, nous pouvons conclure que, la crise économique, le chômage, la hausse des prix, l’agitation universitaire forment la toile de fond sur laquelle se meuvent les nouveaux acteurs de l’histoire de Kinshasa et se succèdent les différents régimes politiques jusqu’à la naissance de la troisième république.

  1. Risque d’implosion à Kinshasa

Nous venons de décrire de façon détaillée, le contexte dans lequel le flux migratoire est né et a survécu à Kinshasa. Ce phénomène semble être étroitement lié, non seulement aux faits socio-économiques et culturels mais surtout aux violences politiques en milieu urbain, qui d’après notre interprétation est synonyme des débâcles économiques, sociales et culturelles dont le pays connaît actuellement. Ces violences sont vécues au quotidien par les habitants de Kinshasa et de l’arrière-pays. Elles apparaissent à travers les faits tels que : le logement, le transport en commun, les soins de santé, la scolarité, l’alimentation, etc.

A propos du logement, actuellement à Kinshasa la majorité des familles démunies des quartiers populeux, occupent une maison de deux pièces, et les structures médicales sont mal équipées avec un personnel médical mal formé. Pour la plupart de cas, les soins de santé sont monnayés sans aucune garantie de guérison. On assiste en outre, au dérèglement du système éducatif, dans la mesure où, ce sont les parents qui supportent le supplément de salaire des enseignants. Enfin, quant à l’alimentation, une famille de plus ou moins 8 personnes a droit à un repas par jour d’une valeur de 2.300 Francs congolais (2 $ USD).

Ainsi, cette situation est entretenue par d’innombrables discours politiques qui donnent l’espoir d’un lendemain meilleur. Philippe Joron écrit à propos : pendant la post modernité, les populations s’opposent aux politiques, leurs discours sont qualifiés d’être creux, sans fond et vides. Personne n’y croit aux vaines paroles des politiques et n’y fait encore attention[5].

Actuellement, à Kinshasa il n’est plus ahurissant d’écouter les gens dirent : « tokomi na suka, toteka kaka mboka ya ngo, Nzambe aya kaka » c’est-à-dire : nous sommes au bout de nos forces, vendons ce pays, que Dieu vienne nous sauver.

Ce discours populaire traduit l’amertume et les incertitudes, les inquiétudes généralisées et l’angoisse populaire synonyme de la débâcle organisationnelle d’une société « bloquée », mais surtout il traduit plus les attentes et les espérances d’un peuple assujetti par les lots de misère quotidienne.

Lors de la promulgation de la constitution de la 3éme République (le 18 février 2006), le président de la République a souligné : « le pays vient de rompre avec le provisoire qui le régissait depuis 1990. Les jalons sont posés, le chemin est totalement balisé. Il appartient maintenant aux acteurs politiques de démontrer leur génie pour que les souhaits du peuple se transforment en réalité [6]».

Ce message plein de bonne volonté s’est traduit dans les faits par l’organisation des élections quelques mois après, suivit de l’installation des institutions de la nouvelle république (Présidence, gouvernement, parlement). On y ajoutera également le brassage des forces armées, la réforme de l’Administration publique, etc. Mais ces institutions ne serviraient qu’à l’enrichissement de quelques individus et non à l’amélioration de conditions de vie des populations. Pour le peuple, ce faste aménagement du paysage politique, constitue l’utopie ou la désillusion, car leurs élus n’ont fait que s’enrichir grâce à leur électorat. Cela a crée de nouveau une psychose et beaucoup d’élus sont désavoués par leurs bases respectives. Quelle déconnexion ?

Autre fait qui mérite d’être signaler fut, l’installation du gouvernement dit d’ « espoir », qui n’a cessé de présenter des projets de budget non adaptés à la réalité sociale (budget qualifié chaque fois d’antisocial). A propos, nous avons emprunté la déclaration du sénateur Vincent Lunda Bululu, qui a fustigé le gouvernement en ces termes : « peut-on imaginer que dans un pays où de centaines d’entreprises dont quelques trois cents au Katanga s’adonnent à l’exploitation minière, les redevances minières s’élèvent à 548.157.607 Francs congolais soit 1.096.315, 21 dollars américains. C’est même ridicule et risible. Ce projet de budget 2008 est antisocial. Il est surprenant qu’avec un budget qui ne représente que : 11, 50% pour l’enseignement, 3,08% pour la santé, 27% pour la paie des agents et fonctionnaires de l’Etat, 0,45% pour la recherche scientifique, 0,99% pour l’agriculture, le gouvernement prétend répondre aux attentes du peuple »[7]. L’auteur veut montrer que la situation socio-économique du pays est désarticulée et que le projet du budget ne répond pas aux attentes du peuple congolais.

A côté du budget qualifié d’antisocial par la majorité d’observateurs, il faut noter : la flambée des prix sur le marché, le délabrement très avancé des infrastructures sociales dans la ville de Kinshasa et dans l’arrière-pays, occasionnant à cet effet la rareté des moyens de transport, l’insécurité dans les quartiers périphériques perpétrés par les militaires mal rémunérés, la hausse des prix de bail avec des cautions allant jusqu’à 10 mois, la présence des bandes des délinquants dans les quartiers populeux (communément appelés kuluna ou armée rouge), l’insalubrité publique source de nombreuses maladies, les grèves répétées des agents et fonctionnaires de l’Etat. Dans cette perspective, Benoît Verhaegen analyse l’implosion d’une ville quand il note : « si on modifie brutalement un élément important de l’ensemble urbain, celui-ci peut s’effondrer ou au moins subir une transformation structurale. A titre d’exemple symbolique, on peut citer les événements du 04 janvier 1959 à Kinshasa. Les manifestants en franchissant l’espace vert du parc de la révolution (ex-Deboeck) du jardin zoologique, portèrent un coup fatal. Non seulement à la structure de la ville coloniale, mais au système politique qui la sous-tendait[8]».

Ainsi, selon l’auteur, cette réponse collectivement farouche au système colonial, est l’expression d’un langage, lequel traduit un défoulement populaire lié aux multiples abus du colonisateur. Aujourd’hui, la population de Kinshasa se retrouve encore devant les mêmes enjeux, elle en a fait râle-bol entre les 19, 20 et 21 janvier 2015, occasionnant des dizaines des morts. Mais la menace qui semble cruciale, c’est l’expansion du VIH/SIDA à travers la prostitution des mineures et anciennes habituées du domaine, qui se livrent à la portée des « clients sexuels » avec un taux de risque de contamination très élevé.

  1. Le VIH/SIDA à Kinshasa et au Congo

En effet, les données fournies par l’Onusida indiquent que, le VIH/Sida pose aujourd’hui un grave problème de santé publique et constitue une menace au développement économique de la RDC. Depuis son apparition, le VIH/Sida a entraîné des pertes cumulées en vies humaines allant de 3 540 000 en 2006 jusqu’à 4 250 000 en 2010, soit une diminution de 6% de la population. Le nombre des personnes vivant avec le sida a atteint 1,23 millions en 2006 et 1,39 millions en 2010, sans tenir compte des cas non dépistés. De même, l’espérance de vie a diminué de 42 ans en 2010. L’impact démographique du sida semble considérable, car entre 2006 et 2010, la tranche d’âge de 20 à 49 ans a connu une surmortalité allant de 73 890 à 79 170 décès, soit 27% chaque année. A cause du sida, le nombre d’orphelins de père et de mère a atteint 950 000, soit une augmentation de 83% d’orphelins. Ce nombre élevé d’orphelins, constitue un sérieux problème dans le pays car, jusque là, l’État peine de mettre en place un réel système de protection sociale en faveur de ces derniers.

En outre, le sida a entraîné un surplus de cas de tuberculose estimés à 42 370 cas en 2006 et 47 220 cas en 2010. La tranche d’âge de 20 à 49 ans est en général la plus touchée, dont chez les femmes de 20 à 29 ans et chez les hommes de 20 à 35 ans. Les modes de contamination du sida les plus observés sont : la transmission sexuelle 87%, la transmission de la mère à l’enfant 8% et la transmission intraveineuse 5%[9].

Depuis, les différents gouvernements qui se sont succédés, ont tenté de combattre cette maladie à travers les structures mises en place. De 1983 à 2004, on a assisté à l’installation du Comité National de Lutte contre le Sida (CNLS), du Projet Sida, du Programme National de Lutte contre le Sida et les infections sexuellement transmissibles et du Programme National Multisectoriel de Lutte contre le Sida (PNMLS).

En dehors de ces structures, les Organisations non-gouvernementales, les collectifs des femmes et des jeunes ainsi que les églises se sont engagés dans cette lutte, mais le fléau n’a pas été combattu efficacement. Aujourd’hui, les patients du sida payent les prix de cette pathologie et ils sont comptés par milieux.

L’absence d’un système de santé efficace et la recrudescence de nouveaux cas du sida dans le pays, ont occasionné des flux migratoires des populations des provinces vers la ville de Kinshasa. Aujourd’hui, cette ville donne toute la mesure de la complexité des difficultés socio-économiques du pays. Estimée à 400 000 habitants en 1950, la population kinoise est passée à 12 millions en 2014. Avec un système de santé hérité de l’époque coloniale, Kinshasa compte 94 hôpitaux, presque tous mal équipés. Signalons également que, les ressources financières allouées au secteur de la santé sont continuellement réduites, les ressources humaines sont insuffisantes et inadaptées, la participation communautaire est inexistante, et le secteur hospitalier privé est mal organisé. Le niveau de la couverture sanitaire a sensiblement diminué. Ceci se traduit par des taux élevés de mortalité constatés dans les groupes pauvres et vulnérables que sont les populations suburbaines, les femmes en âge de procréer et les enfants de moins de 5 ans.

On note également la détérioration des principaux indicateurs de l’état de santé (espérance de vie à la naissance, mortalité maternelle, taux de séropositivité de l’infection à VIH/Sida) et la persistance de fortes disparités dans la répartition géographique des ressources sanitaires. Les soins de santé sont financés à 70% par la population. La prévalence du sida est évaluée entre 3,2% et 3,8% chez les femmes enceintes. On compte 95 000 cas de séropositifs à Kinshasa.[10]

Kinshasa, est de nos jours une ville qui expose des milliers de vies humaines aux affections socio-sanitaires, en l’occurrence le VIH/Sida. Cette mégalopole fait face à une double crise : la dégradation avancée et le sous-équipement des infrastructures sanitaires, nourries à la fois, par une précarisation des services publics urbains, la modicité des revenus chez les citadins et une explosion démographique non contrôlée.

A Kinshasa, la thérapie antirétrovirale et d’autres traitements contre le VIH constituent un obstacle, le coût est évalué à 100$, par contre le revenu moyen d’activité s’élève à 45$. Et nombreux sont des malades du sida, qui ne savent pas qu’une prise en charge médicale existe pour cette pathologie. Ils peinent de soigner les infections opportunistes, mais sans attaquer le VIH.

Pollak note à cet effet que « l’investissement médical et scientifique massif autour du sida en fait aussi une « maladie d’aujourd’hui » par excellence. Sa prise en charge n’est pourtant pas sans problèmes : le sida a révélé les limites de l’efficacité de la médecine mais aussi les difficultés de la décision en matière de santé publique et il a mis en évidence certaines insuffisances de notre système de soins. Néanmoins, il a été l’objet, au niveau national et international, d’une mobilisation considérable, montrant l’ampleur des capacités de réaction des sociétés développées. En revanche, les ressources financières, sanitaires et sociales manquent cruellement pour faire face à la maladie dans les pays du tiers-monde. Le sida est donc également révélateur de l’importance des inégalités entre nations riches et pauvres et entre continents »[11].

Par conséquent, comme on peut le voir dans les bulletins épidémiologiques du Programme des Nations-Unies au Développement (PNUD), les infrastructures sanitaires sont jugées inaccessibles physiquement aux ménages de Kinshasa. En revanche, le centre de santé est l’infrastructure de santé la plus utilisée (67,5%), contrairement aux hôpitaux qui sont les moins fréquentés (36,6%) du fait de leur éloignement. On compte un médecin pour 4.865 habitants contre les prévisions de l’OMS (un médecin pour 10.000 habitants). Malgré la proximité géographique des services de santé, deux tiers des femmes de Kinshasa déclarent avoir rencontré des problèmes pour accéder aux soins ; 52,7% des femmes évoquent les problèmes financiers, tandis que 23,5% affirment avoir eu des problèmes de transport. Contre toute attente, le problème semble toucher certaines femmes ; 10,5% révèlent avoir vu refuser la permission d’aller se soigner.[12]

A propos, Pollak pense que le trait marquant de la réponse à cette nouvelle maladie est sans doute la part considérable qu’y jouent les associations d’aide aux malades […] A travers les associations créées autour du sida, le point de vue des malades et de la société globale pèse d’un poids inhabituel face au point de vue des médecins. La maladie est donc l’affaire de groupes et pas seulement d’individus ; elle se manifeste dans l’espace public.[13]

  1. Absence d’un pouvoir politique fort et organisé

Il serait erroné de se laisser submerger par les événements les plus récents dans l’analyse des problèmes qui affectent la RDC et surtout la ville de Kinshasa, sans toucher effectivement du doigt le leitmotiv d’une telle situation dégradante. C’est en juillet 1960 qu’il faut fixer le départ quand il s’agit de parler de l’instabilité politique en RDC. La crise politique provoquée par la révocation mutuelle entre le premier ministre lUMUMBA et le président KASAVUBU, avait préparé le lit des guerres et rébellions successives qui endeuillèrent le pays jusqu’en 1965. Et l’année 1970 constitue également le moment crucial d’instabilité politique par le fait que, la violation de l’article 4 de la constitution de 1967 et l’institutionnalisation du « monopartisme » avait brisé l’élan démocratique engagé le 30 juin 1960, pour aboutir à une dictature atroce. Durant les 32 ans du règne du président Mobutu, le paysage politique congolais était marqué par le népotisme, la corruption institutionnalisée, la kléptocratie et j’en passe.

Cette image n’a jamais été élaguée jusqu’à nos jours, les deux régimes qui suivirent celui du président Mobutu, entendu ici : le régime de Kabila Laurent et Kabila Joseph, ont emboité les pas. Aujourd’hui, la RDC est classée parmi les pays moins engagés dans la lutte contre le VIH/SIDA au monde, selon l’indice Ibrahim de la gouvernance africaine[14].

Ainsi, la dictature qui avait endeuillé le Zaïre hier, s’est resurgit encore aujourd’hui avec un bilan macabre de 12 millions des morts entre 1997 et 2014, surtout dans la partie Est du Congo. Les ressources naturelles du sous-sol congolais, sont l’objet d’une convoitise internationale. Ngbanda Honoré note à cet effet : les multinationales canadiennes, américaines, chinoises et autres, exploitent sans ménagement les ressources naturelles du Congo par l’entremise du Rwanda et de l’Ouganda. Les villages entiers sont incendiés par des milices à la solde de ces deux pays voisins. Les terres des villageois sont occupées par les populations rwandaises et ougandaises. Les populations autochtones (des tribus Nande, Bafulero, Bashi, Babembe) sont décimées par milieux sous l’indifférence totale de la communauté internationale. Chaque jour dans les régions de l’Ituri, de Beni, de Goma et de Bukavu, de centaines des femmes et des filles sont violées, et massacrées sous le regard complaisant des casques blues des Nations-Unies. Malgré leurs effectifs pittoresques de 20 000 hommes, les 15 années totalisées au Congo et un budget d’un milliard de dollars américains alloué chaque année à cette mission, les casques blues n’ont jamais mis fin à la guerre qui sévit à l’Est de la RDC. Le Congo n’est plus à mesure de sécuriser ses populations, avec une armée mal payée et entrainée, et constituée en partie des militaires rwandais, il se contente des appuis de la brigade d’intervention mise en place par les Nations-Unies et des casques blues[15].

Cependant, la loi fondamentale de 1960 avait le défaut capital de n’avoir prévu aucun dispositif de sortir des équivoques constitutionnelles éventuelles. Bien que les articles 226 et 236 prévoyaient une cour constitutionnelle, mais la compétence de cette dernière ne se limitait qu’à l’expression d’un avis sur la comptabilité des mesures législatives avec la loi fondamentale et sur la légalité des actes administratifs dans le cas où aucun recours n’existait.

Aujourd’hui, la même impasse resurgit dans la mesure où, bien que certains articles sont verrouillés, à l’exemple de l’article 220, limitant les mandants du chef de l’Etat à deux, la classe politique et la société civile se sont livrées une bataille contre le parti au pouvoir, qui depuis l’an 2013. La majorité présidentielle ne cesse de tenter une éventuelle modification de la constitution ou simplement le changement de cette dernière. Ce face à face a fini par provoquer un soulèvement de la population entre les 19, 20 et 21 janvier 2015, avec un bilan lourd de plus au moins 42 tués à balles réelles par les militaires et policiers à Kinshasa et dans certaines villes du Congo. Malgré l’accalmie observée depuis un moment, la communauté internationale par le biais des envoyés spéciaux du Secrétaire Général des Nations-Unies (Jhon kerry, Russ Feingol), quelques personnalités de l’Union Européenne et les ministres belges des Affaires Etrangères et de Développement, n’ont cessé de conseiller le pouvoir du Congo au respect de la constitution actuelle. Ce ballet diplomatique intervient au moment où le Congo s’apprête à organiser les élections générales en 2016.

Signalons encore le fait que, le pouvoir de Kinshasa est disqualifié par les organisations de droit de l’homme. Il a excellé dans les arrestations des opposants politiques, les cas de Diomi Ndongala, Christopher Ngoy, Jean Claude Muyambo, Vano Kiboko sont commentés chaque fois par la presse internationale, le parlement de l’Union Européenne, Human Right Watch et le Bureau de la Mission des Nations-Unies pour les droits de l’homme au Congo, dont son responsable en la personne de Mr Campbell a vu son mandat retiré par le gouvernement congolais.

Ce climat des tensions perpétuelles au sein des institutions politiques congolaises et de la population, crée une fracture entre le peuple et ses gouvernants, fragilise davantage le pouvoir politique et prépare le lit des guerres et autres troubles dans un avenir proche, si l’élite congolaise et la communauté internationale n’y prêtent pas attention. Une telle configuration, a plus encouragé la perte des leviers aux gouvernants et désarticule le pouvoir politique au fur et à mesure que les jours avancent.

Il y a plus de dix ans, Jean Marc ELA écrivait : « Si l’Afrique est de plus en plus à la dérive, c’est parce qu’un autre impératif règne et gouverne à la place des élites africaines : l’argent, un vrai dictateur »[16].

Pourquoi le flux migratoire converge toujours vers Kinshasa ? Pourquoi le VIH/SIDA est omniprésent dans cette mégapole de 12 millions d’habitants ? Pourquoi le pouvoir politique est si fragile au Congo-Kinshasa ? La réponse est simple ; Kinshasa est semble-t-il le lieu par excellence où l’on peut facilement obtenir une position sociale et politique confortable, une promotion dans l’administration publique, un travail rémunéré. C’est à Kinshasa où le circuit bancaire est encore opérationnel à cause notamment de la corruption, c’est aussi la seule ville du Congo où l’on peut se soigner malgré la précarité des soins de santé, Kinshasa est le centre névralgique du Congo, tout passe par elle : décisions politiques, administratives, validation des contrats, nomination des cadres, etc.

A l’issue de notre analyse sur les questions posées dans notre introduction, nous osons croire que, la réponse à ce malaise social viendrait de la responsabilité de l’homme congolais. Le peuple doit se saisir de cette crise multiforme pour baliser un nouveau chemin par la prise de conscience, il doit éviter de céder sa souveraineté à une élite compradore. L’élite congolaise doit lire les signes de temps ; le monde bouge, rien ne demeure, la globalisation embarque tout le monde, personne ne peut y résister, la lutte contre le VIH/SIDA est engloutie dans un cet iceberg, où personne n’ose risquer sa vie. Les puissances capitalistes écrasent sans état d’âme.

 BIBLIOGRAPHIE

-ELA Jean-Marc, Afrique : d’irruption des pauvres, société contre ingérence, pouvoir et argent, Paris, Harmattan, 1994.

-Déclaration du Sénateur Vincent lunda bululu au sénat congolais, 2013.

-Discours du Président Joseph Kabila, lors de la promulgation de la Constitution de la troisième République, Kinshasa, février 2006.

-Indice Ibrahim de la gouvernance africaine et des performances de la politique publique contre le VIH/SIDA, 2011.

-Joron Philippe, Notes de cours de changement social, Master2, Département de sociologie UFR 5, Université Paul Valéry, Montpellier, 2012.

-Journal Africa Liberté n°29, parution du 24 novembre 2007.

-NGBANDA ZAMBO Honoré (dir), Stratégies du chaos et du mensonge : poker menteur en Afrique des Grands Lacs, Paris, éditions de l’Erablière, 2014.

-ONUSIDA, rapport annuel 2013, Congo-Kinshasa.

-Pollak Martine, les homosexuels et le sida, Paris, A.M, Métailié, 1988.

-Programme des Nations-Unies pour le Développement, la pauvreté et les conditions de vie des ménages de Kinshasa, mars 2009, Kinshasa/RDC.

-RIBAUCOURT Jean-Marie, Evêque d’une transition, René Toussaint, Kinshasa, Baobab, 1997.

-VERHAEGEN Benoît (dir), Kisangani 1876-1976, Histoire d’une ville, Kinshasa, PUZ, 1975.

[1] J.M Ribaucourt, Evêque d’une transition, René Toussaint, Kinshasa, Baobab, 1997, p.206.

[2] B. Verhaegen (dir) et al, Kisangani 1876-1976, Histoire d’une ville, Kinshasa, PUZ, 1975, p.17-18.

[3] J.M, Ribaucourt, op.cit, p.206.

[4] B. Verhaegen, op.cit, p.18.

[5] P. Joron, Notes de cours de changement social, Master2, département de sociologie UF5, Université Paul Valéry, 2012, p.15.

[6] Discours du président Kabila lors de la promulgation de la constitution de la 3 éme République, à Kinshasa, le 18 février 2006.

[7] Déclaration du sénateur Vincent Lunda Bululu  au Sénat congolais, 2008.

[8] B. Verahegen, op.cit, p.20.

[9] Rapport annuel de l’Onusida, Congo-Kinshasa, 2013, p.25.

[10] ONUSIDA, rapport annuel 2013 Congo-Kinshasa.

 

[11] M. Pollak, Les Homosexuels et le sida, Paris, A.M, Métailié, 1988, p.15

[12] La pauvreté et les conditions de vie des ménages de Kinshasa, (Mars 2009) Rapport du PNUD, pp.12-13

[13] Pollak M, op cit, p.22.

[14] Indice Ibrahim de la gouvernance africaine et des performances de la politique publique contre le VIH/SIDA, 2011.

[15] H. NGBANDA (dir), Stratégies du chaos et du mensonge : poker menteur en Afrique des Grands Lacs, Paris, éditions de l’Erablière, 2014.

[16] Jean Marc ELA, Afrique : d’irruption des pauvres, société contre ingérence, pouvoir et argent, Paris, Harmattan, 1994, p.472.


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.