VIH/SIDA: représentations, croyances et mythes en RDC

Par Kwilu landundu Hubert, Doctorant en Sociologie, Laboratoire d’Etudes et de Recherche en Sociologie et en Ethnologie de Montpellier (LERSEM)/Composante : Institut de Recherches Sociologiques et Anthropologiques – Centre de Recherches sur l’Imaginaire (IRSA/CRI)

Chacun de nous sait ce que c’est qu’être malade : nous avons tous été alités par la grippe ; nous connaissons tous des personnes atteintes de maladies graves, un diabète, une maladie cardiaque, un cancer par exemple ; nous avons tous lu les statistiques rendant compte de l’évolution de l’épidémie de sida ou tenté de comprendre les explications médicales concernant les maladies génétiques. A partir de ces expériences, la notion de maladie semble claire : c’est un état affectant le corps d’un individu.

Ainsi, la culture, est la manière d’être spécifique d’hommes, d’une société, consiste en modèle (patterns), explicites et implicites, appartenant à des comportements acquis et transmis par des symboles qui constituent l’accomplissement spécifique des groupements humains, y compris leur concrétisation en artefacts spécifiques ; son noyau essentiel consiste en idées traditionnelles (c’est-à-dire historiquement dérivées et choisies) et, spécifiquement, en valeurs qui y sont attachées[1].

Tout compte fait, la maladie en tant que fait culturel et social, est liée aux cultures, aux croyances, aux représentations et aux mœurs des populations, elle est également conçue comme produit de l’imaginaire social d’une communauté. La culture et la maladie, n’échappent plus à l’interprétation anthropologique des communautés, et c’est encore la hantise des épidémies qui, à la fin du siècle dernier, a poussé les grandes nations à coopérer dans le domaine sanitaire, pour comprendre la façon de penser des peuples sur la maladie et leur état de santé. La problématique de la santé devient à cet effet, une jonction entre la culture, les mythes et les représentations des peuples. Lucien Sebag note, le mythe répond à certains besoins, remplit dans une société dominée par des fonctions déterminées. Il rattache le devenir de la communauté humaine à une histoire primordiale que la vie profane ne fera que répéter, il permet à chaque acte humain, à chaque geste, à chaque parole de s’inscrire dans un ordre symbolique qui leur donne un sens. Le mythe double l’ordre laïc d’un ordre sacré qui le fonde et inscrit la société dans une continuité qui outrepasse chacun des moments particuliers de son existence[2].

Qu’en est-il du mythe qui touche les hommes si profondément qu’il leur permet de les traiter comme sacré ? Nous osons croire que cette question est liée au fait que les mythes effectuent plusieurs fonctions rattachées, qu’ils contiennent des niveaux de signification qui accomplissent une cohérence, expérimentée de manière intuitive. D’autre part, ils abordent simultanément ce qui est significatif sur les plans social et psychologique, par ce qu’ils se servent de ce qui est perçu et disponible et le rattache au sens primordial d’une réalité plus profonde. Etant donné toutes ces qualités, ils ont la puissance que nous attribuons effectivement à certaines sociétés.

Cette problématique de l’apparition du VIH/SIDA est teintée de diverses interprétations dans la société congolaise. Le sida est non seulement une maladie, mais il est surtout une infortune due au mauvais sort, selon certains discours populaires au Congo.

De ce qui précède, cette étude a été menée en RD Congo. La ville exacte dans laquelle, nous avons mené notre enquête en 2012-2014, est Kinshasa. L’objectif poursuivi est, en effet, celui de poser de manière aussi objective que possible, un certain nombre de questions, pour mieux comprendre la manière de penser des congolais sur le sida, son origine et sa guérison.

Dans la collecte des informations relatives à cette étude, nous avons recouru à la méthode qualitative et à la littérature existante sur les croyances des peuples du Congo et d’Afrique, sur le sida en particulier et sur les maladies en général. Quelques interviews et entretiens ont été réalisés auprès de 34 séropositifs, qui représentent notre échantillon d’enquête. Ceux de nos enquêtés qui ont hésité de rejoindre nos équipes de travail sur le terrain, nous avons pris soin d’administrer un questionnaire en leur faveur.

Ainsi, l’analyse des représentations et des croyances sur le sida, doit s’inscrire dans un cadre théorique qui prend en compte le symbolique de ce phénomène, car la façon de penser d’un peuple n’est pas aléatoire, elle est tributaire d’un héritage culturel de long processus.

La présente étude est organisée en trois points. Le premier aborde les « représentations et croyances des populations sur le sida en RD Congo », le second porte sur les « discours des patients sur du sida en RD Congo », et le dernier traite les « itinéraires thérapeutiques des patients du sida en RD Congo ».

  1. Représentations et croyances des populations sur le sida en RDC

Quelques séropositifs avec lesquels nous nous sommes entretenus, ont décrit leur maladie comme quelque chose d’ « étranger » étant venu un jour perturber leur santé initiale. Selon eux, les causes du sida sont massivement reportées à une agression exogène et, subsidiairement, à des facteurs endogènes. A propos, Laplantine note : le cadre de référence exogène connaît aujourd’hui assurément un très net recul par rapport à ce qu’il était il y a une vingtaine d’années seulement. Il n’empêche que la plupart des médecins procèdent toujours à une extériorisation préférentiellement spatiale et secondairement temporelle (déplacement de l’étiologie exogène sur la lignée familiale) de la maladie. Ils vont rarement à l’idée que c’est le malade lui-même qui fabrique ses propres maladies, et ils font leur cette idée, ils sortent alors, du cadre de ce qu’ils ont appris au cour de leur formation hospitalo-universitaire[3].

En effet, que la maladie soit appréhendée comme hasard ou comme nécessité, comme innée ou accidentelle, elle est toujours extérieure à l’individu lui-même. Elle engage vraiment le sujet dans son intégralité, dans son rapport au groupe à travers les stigmates et les exclusions. Ce processus de détermination de plus en plus précis du « siège » de la maladie, ainsi que la recherche et surtout la découverte de pathogénies de plus en plus différenciées, ont entrainé diverses interprétations au sein des populations.

Ainsi, la maladie est appréhendée par la majorité des membres de la société congolaise comme une « entité » susceptible d’être isolée et jugulée, ce n’est pas parce que cette représentation serait plus fondée scientifiquement qu’une autre, mais en raison de la totale légitimation sociale sur laquelle elle peut sans cesse s’appuyer pour se développer. Selon cette opinion, la maladie vient d’ailleurs, elle est causée par une force extérieure, une personne étrangère, dans le but de nuire, c’est-à-dire la maladie est considérée comme une altérité ou une altération, elle exprime le fait d’être autre par rapport aux normes en vigueur dans une société.

En effet, la société congolaise fonctionne selon deux registres culturels : un registre traditionnel et un registre culturel moderne. Nous entendons par registre culturel ici, un ensemble de valeurs, de normes, de modèles, de rôles, de manière d’agir et de réagir à partir desquels les acteurs sociaux orientent leurs habitudes comportementales, leur vécu quotidien[4]. A la lumière de ces deux registres, la maladie et la guérison sont vécues et pensées par les congolais de façon traditionnelle et moderne. D’abord, il faut dire que ces deux registres s’imbriquent dans l’imaginaire du congolais et c’est la notion de temps qui fait passer d’un registre à un autre.

Généralement dans les centres urbains de la RD Congo ou dans les localités ayant des dispensaires, un individu malade consulte un médecin parce qu’il se représente la maladie comme étant une entité intérieure à lui : un microbe, un virus. Si cet individu est guéri, c’est-à-dire si son bio-physique est signé, il s’arrête à cette forme de médecine.

Selon la bio-médecine, la maladie est un désordre biophysique causé par une entité impersonnelle, organique intérieur à l’homme et la guérison est un palliatif à ce désordre. Mais si la bio-médecine tarde à guérir un individu, il fait recours à une autre forme de médecine religieuse. Ici, on se représente la maladie comme étant une sanction venue de Dieu. C’est à cause du péché que l’individu est tombé malade, il faut donc soigner la relation avec Dieu pour prétendre guérir. Cette relation est soignée en changeant le comportement (en faisant du bien) et c’est par rapport aux prescriptions de la religion chrétienne. On est guéri si, psychologiquement on ne se sent plus persécuté, plus malade.

Dans le registre culturel moderne, registre dans lequel nous incluons la bio-médecine et revendique le monopole du corps bio-physique, la religion (chrétienne) revendique le monopole du corps psychique. Dans la société congolaise, un individu qui sent une fièvre et qui fait recours à l’hôpital là où le paludisme est diagnostiqué, a une représentation moderne de la maladie, parce que pour lui, la maladie signifie que quelque chose ne va pas dans son corps qui est guéri. Mais si la maladie persiste, il tombe dans la religion qui a aussi sa représentation de la maladie (maladie, résultat du péché), c’est son comportement qui est soigné, c’est-à-dire son psychologique.

Si à ces deux niveaux, l’individu ne trouve pas la guérison, il fait recours au registre traditionnel. Dans ce registre, la représentation de la maladie prend en compte les trois dimensions : bio-physique, psychologique et socioculturel. Ici l’individu est malade parce qu’il y a dans son corps quelque chose d’anormal, parce qu’il s’est mal comporté ou parce qu’il est victime d’une agression sorcière. Le guérisseur traditionnel commence par effectuer un diagnostique qui porte à la fois sur l’observation physique, sur les comportements et les relations conjugales, professionnelles, sociales, familiales, etc., ensuite, il prescrit un traitement.

A propos de la représentation de la maladie et de la guérison dans le registre culturel traditionnel, ZEMPLEM, nous en dit plus lorsqu’il souligne : en contraste global avec la médecine moderne, les arts de guérison des sociétés sans écritures tendent vers des conceptions extériorisantes de la maladie, à laquelle, ils confèrent bien souvent un sens social. Le rapport du malade à son milieu social, l’état même de ce milieu et la disposition des agents humains ou extra-humains qui l’habitent y sont essentiels. Ces médecines tentent à privilégier l’agent (le qui ou le quoi) et l’origine (le pourquoi spécifique de la maladie). Les agents sont souvent anthropomorphes ou zoomorphes et les origines de nature sociale. C’est au diagnostique étiologique et notamment divinatoire de les identifier et de prescrire au malade avec son milieu social, car le traitement des états des corps propres des individus passe par le traitement approprié des états des corps sociaux auxquels ils appartiennent[5].

En RD Congo, les individus pensent que les génies, les divinités, les esprits, les morts, la sorcellerie, peuvent rendre malade, de même, une cause unique telle que la sorcellerie peut provoquer la mort d’un parent, la mort du bétail, la stérilité d’un couple, les échecs dans divers domaines de la vie. Ainsi, seules les maladies fréquentes et sans gravité, liées à des agents pathogènes bien connus ou à des âges de vie (diarrhées banales des enfants, parasitoses intestinales, rougeole, paludisme) sont considérées comme des affections naturelles relevant des simples traitements médicaux dans les structures médicales ou chez le guérisseur-herboriste. Mais des pathologies graves comme le sida, le cancer et autres maladies rares et celles réfractaires aux traitements modernes, sont considérées comme étant d’origine surnaturelle, et relevant d’une thérapie appropriée, capable de traiter non seulement les symptômes mais aussi la cause profonde du mal.

L’interprétation des causes est placée au centre même du processus de guérison : le mal ne frappe pas au hasard, il est déclenché selon un mode surnaturel. Cette action ne peut s’exercer que selon les lois et la hiérarchie de l’ordre lignager. C’est la force détenue par les ancêtres et transmise à leurs descendants chefs de famille qui apporte santé et prospérité au clan et à tous ses membres.

La croyance à la sorcellerie est au centre de l’origine du VIH/SIDA en RD Congo, la prise des antirétroviraux est considérée comme un palliatif, les patients du sida pensent que la cause de leur maladie se trouve ailleurs, comme nous le verrons dans les différents discours dans les pages qui suivent.

  1. Discours des patients du sida sur l’origine de la maladie

Toute maladie suspecte comme le sida, peut donc être interprétée en termes de relation persécutrice. Pour la soigner, il ne suffit pas de faire disparaître les symptômes. C’est la cause qu’il faut traiter, et pour cela, il faut chercher l’agresseur, déterminer son mobile. Il y a trois sortes de motifs d’agression : le pur besoin de s’approprier la force vitale d’autrui pour accroître la sienne, la jalousie matérielle ou le mécontentement des membres imminents du lignage.

La croyance au sorcier est au centre de la notion de sorcellerie, même si ce terme englobe une gamme plus vaste de croyances et de pratiques surnaturelles et magiques. Le sorcier (ndoki) est une personne vivante qui a reçu ou acquis une puissance dynamique, appelée kindoki, qui lui permet d’agir sur les autres, de se dédoubler, et de pénétrer dans le monde invisible et nocturne des esprits. Il est aliéné par la force magique qu’il porte en lui, qui a toujours faim et qui pousse à s’emparer de la force vitale d’autrui, provoquant ainsi la maladie, la folie et la mort de ses victimes. En agissant sur des victimes choisies au sein du lignage maternel ou paternel, le sorcier renforce la puissance de son kindoki nuisible, qu’il utilise dans des desseins individuels, maléfiques et antisociaux.

Nous avons à propos recueilli les discours de quelques patients du sida en rapport avec l’origine de leur séropositivité.

Quelle est selon vous l’origine ou la cause de votre maladie ?

Patient n°1

Ma maladie je l’ai vu dans un songe, je dormais un jour, j’ai vu un serpent me piquer, et je me suis levé. Quelques semaines après ce songe, j’ai commencé à faire de fortes fièvres, quand je suis allé me faire examiner, on a trouvé le sida dans mon sang. Avant cela, mon frère venait aussi de mourir du sida. Je pense que ce serpent est à la base de nos malheurs. Ma mère de son vivant, nous disait que, nos ancêtres nous ont laissé un serpent pour assurer la protection des membres du clan, et qu’il doit être nourri chaque jour, s’il ne mange pas bien, il risque de piquer les individus et ils deviendront malades. Je crois que ma mère avait raison, les choses qu’elle nous a dites se confirment aujourd’hui.

Patient n°2

Si je suis malade aujourd’hui, c’est à cause des paroles prononcées par ma grand-mère. Un jour, suite à l’inconduite de ma mère, la grand-mère lui a dit que les enfants qu’elle aura, vont beaucoup souffrir, ils n’atteindront jamais l’âge adulte. Depuis que ces paroles ont été prononcées, notre famille souffre, nous sommes chaque fois malades, nous n’avons pas du travail. Je pense que ces paroles peuvent disparaitre que par des prières de délivrance. C’est pourquoi, je me rends chaque jour à la prière dans notre église pour chercher ma guérison. Les antirétroviraux que l’on donne ne peuvent pas guérir le sida, c’est seulement par la prière que l’on peut le guérir. Le sida selon moi est une maladie diabolique, une maladie qui vient des ancêtres et des esprits.

Patient n°3

Un jour mon grand-père est venu nous rendre visite, j’avais 30 ans à l’époque. Il m’a posé la question suivante, pourquoi je ne marie pas ? Je lui ai répondu que je n’ai pas encore trouvé un mari. Mon grand-père m’a dit que si je ne trouve pas un homme, c’est parce que, mes parents ne lui ont jamais donné une chèvre pour mettre fin à l’union qui a été scellée entre nous deux, c’est-à-dire moi et lui. Ces paroles m’avaient tellement bouleversé, j’ai commencé à lui en gueuler, après cette dispute, le grand-père me dit que, s’il rentre au village deux semaines ne vont passées, je verrai un signe dans ma vie. Effectivement, deux semaines après, j’ai commencé à tousser, et quand je me suis rendue à l’hôpital, le médecin m’a recommandé quelques examens au laboratoire, à la suite de ces examens, on m’a annoncé que j’étais séropositive. Depuis ce jour, j’ai pris l’engagement de me confier à Dieu, parce que l’origine de cette maladie est spirituelle, la médecine ne pourra jamais la guérir.

Patient n°4

Le sida qui est dans mon sang, vient de ma famille. Notre oncle maternel était chasseur au village natal. Il était très réputé dans la contrée à cause de son expérience dans la chasse. Mais chaque fois, notre mère s’inquiétait beaucoup pour son frère. Elle disait souvent que la réputation dont l’oncle a dans la chasse, est trop suspecte, selon ma mère, elle ne comprenait pas comment dans une savane herbeuse, l’oncle parvient à tuer les buffles et les sangliers, les animaux qui selon elle, sont rares dans cette espèce de végétation ! Elle disait également que l’oncle doit avoir le pouvoir des ancêtres et il a été aussi initié par les sorciers pour chasser les gibiers dans la forêt. Selon ma mère, pareil pouvoir exige des sacrifices humains. Au bout de quelques années, ma petite sœur et mon petit frère, tous âgés de 25 ans sont morts, leur décès était mystérieux. Une année après, mes deux nièces sont encore décédées. Le conseil de famille s’est réuni pour examiner cette situation. Les membres de la famille ont pris l’option d’aller consulter un féticheur. L’oncle maternel chasseur de renom n’a pas voulu accompagner les autres. Après la consultation, le féticheur l’a dévoilé, il a dit aux membres de la famille que, les ancêtres ont laissé un pouvoir à l’un des membres de la famille qui n’est pas présent ici, c’est lui qui sacrifie les gens à cause de son activité lucrative. Du retour à la maison, le conseil a convoqué l’oncle, qui n’a pas hésité d’avouer sa sorcellerie. Mais malgré ses aveux, je suis toujours malade, il n’a pas le pouvoir de guérir le sida qu’il m’avait infligé.

La victimisation causale, pour laquelle les congolais ont résolument opté, crée sans cesse l’illusion que l’on a enfin de l’origine du sida. La seule origine possible du sida ainsi que son traitement, sont le sorcier et la prière. Les interprétations pathogéniques de même que les itinéraires thérapeutiques, sont aussi des choix sociaux qui appartiennent à l’histoire, à la culture et même, au sein de la famille et de l’environnement immédiat du patient. Il en va de même des traitements que l’on tient chaque fois comme inefficaces. Les patients ont dans leur imaginaire, des stéréotypes qui vont jusqu’à changer les thérapeutes et à multiplier les itinéraires thérapeutiques.

  1. Itinéraires thérapeutiques des patients du sida en RD Congo

Il est difficile de dégager une vision globale des relations entre les diverses pratiques thérapeutiques en RD Congo en se contentant d’observer les spécialistes qui les appliquent. C’est l’étude de la façon dont elles sont évaluées et utilisées par la clientèle qui constitue la meilleure voie d’accès aux relations entre thérapies alternées. Un observateur attentif remarque très rapidement la présence constante de la « famille » autour du malade. Tantôt ses membres nourrissent le malade, tantôt ils bavardent avec lui ou sont assis auprès de lui ; il leur arrive à laver ses linges. Si sa santé se détériore, ils commencent à le pleurer. Cependant ils ne sont jamais absents, à la consternation souvent du personnel de l’hôpital formé à l’occidentale qui estime que le patient devrait être laissé seul « pour se reposer et se rétablir. » Le choix de la thérapie relève largement de la responsabilité des membres de la parenté et c’est à eux qu’il faut s’intéresser pour découvrir les relations mutuelles entre les thérapies alternatives en RD Congo.

L’organisation de la maladie et de la thérapie par un ensemble des parents proches constitue un aspect central de la scène médicale en Afrique centrale. De tels parents ou leurs représentants constituent ce que nous appelons le « groupe organisateur de la thérapie » (therapy managing group). Sa ténacité confère une continuité aux institutions médicales modernes en RD Congo. Chaque fois qu’un individu ou groupe d’individus est malade et se trouve confronté à des problèmes qui le dépassent, un groupe organisateur de la thérapie se constitue. Différents parents maternels et paternels, et éventuellement leurs amis et leurs associés, s’unissent dans le but d’examiner minutieusement les informations, d’apporter leur support moral, de prendre les décisions qui s’imposent et de mettre au point les détails de la consultation thérapeutique.

Le groupe organisateur de la thérapie exerce ainsi une fonction d’intermédiaire entre le patient et le spécialiste, que ce soit pour l’opération d’une hernie par un médecin occidental ou pour une cure à base de plantes auprès d’un praticien traditionnel pour le traitement de la stérilité.

Deux autres procédés thérapeutiques pour effectuer le diagnostic de parenté impliquent d’une part, l’engagement d’orateurs payés pour un débat public de résolution de conflit, afin de « terminer la palabre » (nsanga) et d’autre part la consultation d’un devin-prophète (ngunza). Ces procédés peuvent être réunis en seul événement ou intervenir séparément.

Le passage de la réunion ou conseil de famille au diagnostic implique différentes stratégies. Les membres du conseil suggèrent quelques itinéraires thérapeutiques pour rechercher à coup sûr la guérison de leur frère ou sœur malade. Ils peuvent commencer par consulter le guérisseur, le féticheur, le médecin moderne et le pasteur. Ces étapes peuvent changer à tout moment, elles ne sont pas linéaires, elles varient selon les cas. En RD Congo, la majorité des cas finit par demeurer longtemps chez le pasteur, à cause notamment de sa position face à la guérison et de témoignages des malades ayant été guéris par la prière.

Conclusion

La légitimation des arts traditionnels en matière de guérison est une réalité en RD Congo. Les populations estiment que la maladie doit être soignée selon sa gravité et sa nature. Selon leurs discours, la maladie vient d’ailleurs, elle est extérieure, étrangère à la victime. La maladie est causée par un esprit, un génie, une divinité ou la sorcellerie. Cette vision ne rencontre pas la position de SOURNINA, qui estime que croire que la maladie est inséparable de l’homme et qu’il faut l’éviter, c’est penser comme un enfant[6].

Les représentations, les croyances et les mythes autour de la maladie, laissent entrevoir le socle d’une culture pour un peuple. Ils contribuent également, si on les considère, au progrès de la médecine et facilitent la prise en charge médicale des patients suivant les époques et les maladies. Les itinéraires thérapeutiques empruntés par les malades, sont aussi une voix devant servir aux experts de la question de santé, de penser autrement sur la façon d’intervenir sur le terrain, pour lutter contre certaines maladies.

Les congolais ont montré à travers leur imaginaire que le sida est une maladie d’origine mystérieuse. Ils ne croient pas à l’agent pathogène qui est le VIH. Ces discours devront immédiatement faire l’objet d’une recherche sérieuse, car ils entravent toute initiative de prise en charge et les associations engagées dans cette lutte, semblent être désarmées.

Bibliographie

-Dictionnaire de sociologie, Librairie Larousse, Paris, 1976, p.75.

-Laplantine François, Anthropologie de la maladie : Etude ethnologique des systèmes de représentations étiologiques et thérapeutiques dans la société occidentale contemporaine, Paris, Payot, 1992, p.280.

-Lucien SEBAG, Marxisme et structuralisme, Paris, Payot, 1964, p.267

-MOUKILOU Maurice Barnès, La gestion de la maladie par le recours aux églises pentecôtistes en République du Congo, le cas de Brazzaville, mémoire de Master1 de sociologie, Département de sociologie, Université Toulouse Le MIRAIL, 2006.

-SOURNINA Jean-Charles, Utopie de la santé, Paris, Flammarion, 1992.

-JANZEN Jhon M., La quête de la thérapie dans le Bas-Zaïre, Paris, Karthala, 1995.

-ZEMPLEM Andras, La maladie et ses causes, Ethnographie 1985, N°96-97, société d’ethnographie, Paris, pp.12-14

[1] Dictionnaire de sociologie, Librairie Larousse, Paris, 1976, p.75.

[2] Lucien SEBAG, Marxisme et structuralisme, Paris, Payot, 1964, p.267.

[3] Laplantine François, Anthropologie de la maladie : Etude ethnologique des systèmes de représentations étiologiques et thérapeutiques dans la société occidentale contemporaine, Paris, Payot, 1992, p.280.

[4] MOUKILOU Maurice Barnès, La gestion de la maladie par le recours aux églises pentecôtistes en République du Congo, le cas de Brazzaville, mémoire de Master1 de sociologie, Département de sociologie, Université Toulouse Le MIRAIL, 2006.

[5] ZEMPLEM Andras, La maladie et ses causes, Ethnographie 1985, N°96-97, société d’ethnographie, Paris, pp.12-14.

[6] SOURNINA Jean-Charles, Utopie de la santé, Paris, Flammarion, 1992.


larissakojoue

Diplômée en science politique de Sciences Po Bordeaux Post doctorante à l'UdeM, Faculté de pharmacie

More Posts

Follow Me:
LinkedIn

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.