Le Programme PAC-CI (site ANRS de Côte d’Ivoire), en collaboration avec le Réseau jeunes chercheurEs sciences sociales et VIH/sida (ANRS) et l’Institut de Recherche et Développement (IRD) – a organisé un atelier d’écriture à Abidjan, du 9 au 13 octobre 2017.

Il a réuni 18 participants aux profils variés : doctorants, post-doctorants et jeunes enseignants-chercheurs, venus du Burkina Faso, du Cameroun, de Côte d’Ivoire, de France, du Niger et du Sénégal.
Cette semaine s’est articulée entre des sessions de formation en « plénière », animées par Fanny Chabrol (IRD/Ceped), Gadou Dakouri (UFBH/IES), Maëlle de Sèze, Annabel Desgrées du Loû (IRD/Ceped), Divine Fuh (Codesria), Joseph Larmarange (IRD/Ceped), Philippe Msellati (IRD/UMI TransVIHMI) et Khoudia Sow (CRCF) ; et des ateliers de relectures croisées en petits groupes (4-5 personnes) (cf programme)

Les présentations des intervenants sont disponibles ici : https://shsvih.hypotheses.org/ressources-documentaires/supports-de-formation/atelier-decriture-abidjan-2017

Au début de l’atelier, les attentes étaient nombreuses, sur :

  • le processus même de l’écriture (Je me rends compte que j’ai vraiment du mal à écrire, j’ai fait des communications, mais quand il s’agit d’écrire c’est vraiment difficile)
  • les difficultés de soumission aux revues scientifiques (Je suis profane en article scientifique, je voudrais avoir un article scientifique en mon nom, mais c’est toujours rejeté ; Où soumettre ? Comment reconnaître les revues cotées ?)
  • les aspects techniques de l’écriture (C’est la confusion dans ma tête, quelle est la structure d’un article scientifique ? ; Comment rédiger un bon résumé ?  quelles sont les différentes composantes ? ; Comment trouver un titre sexy ? ; Comment transformer un chapitre de thèse en article ? ; Comment publier sa thèse ?) 
  • le difficile positionnement des sciences sociales dans un environnement de santé publique (Moi je suis anthropologue mais quand je publie on dit que c’est santé publique et en anthropologie on dit que je n’apporte rien à l’anthropologie)
  • la reconnaissance en tant que chercheur (Je n’arrive pas à produire un article, donc je suis un faux docteur ? ; Je souhaite apprendre à voler de mes propres ailes)

 Du côté des encadrants, les objectifs étaient clairs : évacuer les complexes face au processus d’écriture, développer une approche très pragmatique, repositionner l’écriture comme le fruit d’un travail et non comme une activité existentielle.

A la fin de l’atelier…des attentes remplies !

  • Une formation enthousiasmante (Je repars toute heureuse ! ; J’aimerais que cet atelier soit immortalisé et pérenne ! Ça donne envie d’être chercheur, ça donne envie de continuer sur sa thèse ! ; Mon article qui était en souffrance depuis un moment a pu être ‘ressuscité’ !)
  • Un apprentissage collectif, constructif et bienveillant, sans différence de statuts ni d’horizons (Je suis professeur mais je me mets à l’école, j’apprends toujours… Peu importe le grade, j’ai appris beaucoup, et l’esprit d’ouverture ici, ivoiriens, sénégalais, français…c’était un milieu cosmopolite, avec des échanges et des possibilités de collaboration future… je suis dans une famille ! ; C’est la convivialité, on s’appelait par son prénom, on ne m’appelle pas ma chérie, mademoiselle)
  • Un apprentissage tant complémentaire des formations académiques, que nécessaire (Ce sont des questions que l’on n’aborde pas avec nos directeurs de thèse)
  • Des outils techniques et des recettes pratiques (Au-delà de l’écriture, c’est vraiment des ficelles qui nous ont été données)
  • La transmission d’un positionnement professionnel face au processus d’écriture scientifique (Toutes les petites recettes de cuisine pour nous dire comment on écrit…ça permet de ‘désémotionnaliser’ l’écriture… On sait où on va… On doit juste apprendre à faire notre travail !)
  • …Pour propager ces connaissances acquises auprès de collègues (Je souhaite faire bénéficier mon expérience à mes collègues ; Je serai point focal de Zotero dans ma zone et je vais former mon équipe)
  • Et du point de vue des encadrants, un retour au cœur de métier (Ça nous donne l’occasion de faire le cœur de notre métier, qu’on n’a pas tant le temps de faire : transmettre un savoir, faire de l’écriture, former des plus jeunes)

Afin de pérenniser cette expérience fructueuse, il est prévu d’organiser de nouvelles éditions de cet atelier d’écriture pour les prochaines années, voire de créer une Université d’été « jeunes chercheurs en sciences sociales et maladies infectieuses en Afrique subsaharienne ».

 

Quelques billets de blog…

L’atelier d’écriture scientifique jeunes chercheurs en sciences sociales et santé vu par un participant,

Par Joël Djaha, étudiant à l’Université Félix Houphouët-Boigny et participant

Étudiant en fin de cycle de Master de recherche en Sociologie, Option : santé et vieillissement, à l’université Félix Houphouët Boigny de Cocody, j’ai pris part à l’atelier d’écriture scientifique ‘jeunes chercheurs en sciences sociales’. Cet atelier a duré Cinq (5) jours ; cinq jours au cours desquels j’ai appris des choses extraordinaires, au Programme PAC-CI (Site ANRS de Côte d’Ivoire) et qui faciliteront, sans doute aucun, la rédaction de ma future thèse. Je suis ravi de partager avec vous, à travers ces quelques lignes, cette expérience oh combien de fois mémorable et enrichissante.

Auprès de jeunes chercheurs…les mêmes maux 

« J’accuse un retard important dans l’écriture de ma thèse » ou « J’ai bien peur de ne pouvoir achever la rédaction de ma thèse à temps ». C’est bien là des propos qu’on a l’habitude d’entendre et venant de thésards ; des propos qui m’ont conduit sans retard à accorder une importance particulière à l’écriture des travaux de recherche académiques et universitaires (le mémoire de Master et ensuite la thèse). Participer à cet atelier revêtait une importance toute particulière pour moi ; une aubaine de rêve pour éviter l’expérience cauchemardesque à laquelle sont confrontés bon nombre de jeunes chercheurs. La présence et l’engouement des participant(e)s à cet atelier exprime une double vérité indéniable : vaincre la peur de mal rédiger et surtout bien rédiger. En nous offrant l’opportunité, nous, participant(e)s d’entrée de jeu, de nous présenter et d’exposer les difficultés auxquelles nous sommes confronté(e)s dans la rédaction de nos travaux de recherche nous a permis de nous fondre dans la masse. Mes préoccupations, j’ai eu l’occasion de le constater, sont en effet pareilles à celles de la plupart des participants.

Remarque capitale : la configuration de l’espace social

Inversement à l’espace universitaire que j’ai pour habitude de fréquenter, j’ai été agréablement surpris et marqué par la configuration de l’espace social lors de cet atelier au cours duquel les participants s’adressaient aux organisateurs et échangeaient avec eux sans avoir à les désigner par leurs titres académiques respectifs, mais aussi et surtout, en les tutoyant, et ce dans une ambiance cordiale et décontractée, loin de la solennité qu’impose l’alma mater. Ainsi, organisatrices, participant(e)s, intervenant(e)s, tous, autour d’une même table. Statuts, titres académiques (Professeur, Docteur(e)s, Doctorant(e)s) rangés de côté, on pouvait entendre d’un étudiant s’adressant aux intervenants ; des éminences universitaires pour la plupart : « Annabel, peut-on véritablement appliquer… afin d’écrire simplement ? » ; « Peux-tu m’expliquer…. ?» ; « Pourquoi ne mettrais tu pas cet argument… ? » Les interactions fructueuses entre participants et intervenants avec en fond de toile une atmosphère décontractée, sont autant de caractéristiques sociales qui m’a accroché durant cet atelier où je me suis senti, à la fois, loin du stress du cadre universitaire et surtout comme en famille.

Des rencontres à pérenniser

De l’avis des participants interrogés, cet atelier est le bienvenu. Il leur permettra une avancée considérable durant la phase rédactionnelle de leurs différents travaux de recherche. Le contexte et la justification de l’atelier trouvent ici un écho favorable auprès des différents participants qui ont tous évoqué des contraintes multiformes qui les éloignaient d’un temps « sacré » : la rédaction de leurs travaux de recherche. Durant ces cinq (05) jours d’échanges, les participants étaient tous concentrés prises de notes, enregistrements… Bref, ils n’ont pas lésiné sur les moyens pour garder une bonne traçabilité des riches échanges et interventions observés au cours de l’atelier.

Un grand merci à…

Je finirai par adresser mes remerciements infinis aux coordinatrices, aux intervenant(e)s et participant(e)s, qui, ensemble ont contribué à la production d’un inestimable capital-connaissance.

« Inutile d’avoir peur de mal rédiger ou de rédiger des choses sans intérêt, dans le

sens où l’on peut, et même où l’on doit, faire l’effort de rédiger à nouveau pour parvenir à un résultat plus satisfaisant » (Becker cité par Zaki, 2006)

 

Recherche bibliographique : Zotero 5.0 désormais démystifié pour les jeunes chercheurs

Par Joël Djaha, étudiant à l’Université Félix Houphouët-Boigny et participant

Au second jour de l’atelier d’écriture jeunes chercheurs et sciences sociales, Joseph Larmarange, Démographe s’est prêté à un exercice fort apprécié : Une présentation pratique du logiciel Zotero. Revivons les points forts de cette présentation qui s’est tenue au programme PAC-CI (Site ANRS de Côte d’Ivoire).

Démographe…

Docteur en Démographie, Joseph Larmarange est chargé de recherche à l’IRD (Institut de recherche et de développement), membre au Ceped, Centre Population & Développement (UMR 196 • Paris Descartes – IRD). Egalement chercheur associé à l’Africa Centre for Population Health. Les participants étaient curieux de savoir comment se prêterait un Démographe à un exercice de TICs.

Mais…

Dans le style Steve Jobs, l’auditeur se trouvait face à un auditoire tout ouï. Difficile de croire qu’il s’agisse d’un démographe, on aurait dit un développeur venu tout droit de la Silicon Valley. Utilisant des concepts informatiques, Joseph a, durant deux (02) heures, sublimé l’assistance. Grâce aux moyens dont lui seul détient certainement les secrets, il a fait un focus sur l’utilisation de Zotero, un logiciel de gestion bibliographique en ligne. L’étape tant redoutée de compilation de la bibliographie de la thèse venait subitement d’être démystifiée ! Exercice très apprécié par les participants qui n’ont pas manqué de demander une seconde séance de mise en pratique. Pour rappel, Joseph n’est pas un novice en la matière. Selon le blog Zotero francophone, le démographe a développé deux (02) plug-ins : ZotSPIP et Bibliographie AERES. Le premier permet de récupérer des informations d’un site web, de même, d’autres sites web pourront récupérer les éléments de votre bibliographie. Le second, grâce à Zotero et ZotSPIP notamment, permet de formater une bibliographie en ligne au format AERES.

…La vie simplifiée

S’exprimant sans apprêt, Joseph après un bref résumé de l’importance de l’utilisation du logiciel Zotero, a mis un focus sur l’utilisation pratique du logiciel. Ce logiciel est gratuit, libre et open source. Il permet entre autres, de collecter, citer, gérer, synchroniser et partager les documents et leurs sources. Petit bémol, une fois sa capacité de stockage en ligne atteinte, Zotero vous offre la possibilité d’obtenir une capacité plus grande, mais payante. Face aux exigences propres à chaque style bibliographique en sciences humaines et sociales, Zotero rassemble un ensemble de styles bibliographiques. Adapter un article à une revue devient ainsi chose aisée pour des chercheurs qui n’y voyaient que du bleu ! En outre, Zotero permet le partage de fichiers aux autres chercheurs inscrits dans un même groupe.

S’engager ?

Fini les citations de références bibliographiques du temps de Mathusalem. Etre chercheur c’est également être flexible et expérimenter certaines innovations. Vous pourrez suivre plusieurs tutoriels de Joseph à l’adresse suivante : http://joseph.larmarange.net/?Zotero-docs-trucs-et-astuces

 

Retour sur la session « Rédiger un abstract SHS pour une revue biomédicale » (Annabel Desgrées du Loû)

Par Philippe Msellati, chercheur IRD/PAC-CI, superviseur

Le quatrième jour de l’atelier d’écriture scientifique « jeunes chercheurs en sciences sociales et santé », Annabel Desgrées du Loû, directrice de recherche en démographie au CEPED nous a fait un cours intitulé « Rédiger un abstract SHS (Sciences Humaines et Sociales) pour une revue biomédicale » d’une durée prévue d’une heure. Il s’agissait d’une présentation synthétique en Power Point de six diapositives et d’un exercice tiré des didacticiels d’une conférence de l’International AIDS Society, AIDS 2014.

Cet exercice a été conduit de main de maitre par Annabel, avec son esprit de synthèse et ses qualités pédagogiques bien connues.

Il est à noter que le résumé, objet obligatoire mais très peu considéré le plus souvent, rédigé rapidement, toujours au dernier moment avant la date (voire l’heure) limite d’envoi, méritait nettement plus d’attention et qu’Annabel a su mettre en évidence ce travail à élaborer et les manières de l’approcher.

L’utilisation du didacticiel a permis de mieux comprendre les limites d’un résumé mal écrit et ses faiblesses, ses manques.

Heure de plaisir intellectuel, un peu comme quand on contemple une analyse bien conduite ou une phrase un peu définitive que l’on trouve bien tournée !

 


Laisser un commentaire