Archives de l’auteur : Hejoaka

À propos Hejoaka

renseignements biographiques

La santé globale existe-elle ? Santé, science et politique aux Suds

  • Appel à contribution de la revue électronique Face À Face jusqu’au 10 décembre 2011

    Extrait de la présentation en ligne :

    “Le numéro 12 de la revue électronique internationale Face À Face. Regards sur la santé sera consacré aux dynamiques économiques, politiques, sociales et thérapeutiques qui caractérisent ce monde de la santé, à la croisée des chemins entre espoirs et crise économique. Les articles devront proposer une analyse sectorielle de politiques de santé ; documenter les combinatoires entre recherches scientifiques et les aléas de leur mise en œuvre dans des contextes particuliers, géographiques, sociaux ou politiques ; interroger le poids des nouveaux réseaux d’acteurs ou institutions et la diversité des réponses que ces acteurs apportent aux questions de santé. Les contributions attendues peuvent provenir de toutes les disciplines des sciences sociales et de tous les pays. Elles doivent être rédigées en français ou en anglais.”

Hejoaka

renseignements biographiques

More Posts

Objectif zéro choisi comme thème de la Journée mondiale de lutte contre le sida

« Objectif zéro » est le thème choisi par la Campagne mondiale contre le sida (WAC) pour célébrer la Journée mondiale de lutte contre le sida le 1er décembre. Le nouveau thème, qui sera utilisé jusqu’en 2015, fait écho à la vision de l’ONUSIDA de « Zéro nouvelle infection au VIH. Zéro discrimination. Zéro décès dû au sida. »

La décision de choisir « Objectif zéro » comme thème est le fruit de consultations approfondies avec des personnes vivant avec le VIH, des activistes pour la santé et des organisations de la société civile.

« Le potentiel d’une campagne créative, connectée et riche de sens est extrêmement excitante », a déclaré la directrice de la Campagne mondiale contre le sida en Afrique, Linda Mafu. « Notre organisation s’axera sur l’objectif Zéro décès dû au sida, mais tout le monde aura la possibilité de choisir un zéro différent ou bien les trois. Il est temps d’utiliser notre imagination et de faire entendre au monde que l’Objectif zéro est une nécessité », a-t-elle ajouté.

Le fait de permettre aux régions, aux pays et aux organismes de se concentrer sur l’un ou les trois Zéros les plus pertinents dans leur contexte était central dans la décision de la WAC, une approche pleinement soutenue par l’ONUSIDA. « L’objectif zéro est l’ordre du jour général pour riposter contre le VIH dans les cinq prochaines années, mais la priorité peut être l’objectif de zéro discrimination dans certaines régions du monde et de zéro décès dû au sida dans d’autres régions. Il est important que cette connexion reste liée aux réalités locales », a indiqué Djibril Diallo, directeur de la sensibilisation internationale à l’ONUSIDA.

Cette année, la Journée mondiale de lutte contre le sida devrait afficher un regain d’activisme de la part de la société civile puisque le 1er décembre 2011 tombe seulement 6 mois avant la Conférence internationale sur le sida qui se déroulera à Washington DC. Cette année marque également le 30e triste anniversaire du premier cas de sida signalé. La Journée mondiale de lutte contre le sida sera une plateforme pour rendre hommage aux premiers acteurs de la riposte.

Observée dans le monde le 1er décembre depuis 1998, la Journée mondiale de lutte contre le sida est le moment de l’année où des millions de personnes se rassemblent dans le monde pour commémorer ceux qui ont perdu la vie à cause du VIH, célébrer les progrès accomplis dans la riposte à l’épidémie et se réengager pour mettre fin à l’épidémie.

Hejoaka

renseignements biographiques

More Posts

Quelques “ficelles” à l’usage des jeunes chercheurs : rencontre avec Howard S. Becker

Sur le site les Aspects concrets de la thèse

Howard Becker (“Howie”) est intervenu le 4 novembre dernier à l’EHESS à l’occasion de l’inauguration du séminaire 2011-2012 des Aspects Concrets de la Thèse. Il a répondu aux questions des doctorants avec la sympathie et la simplicité qu’on lui connaît. Qu’il en soit ici remercié ! En voici les meilleurs moments en vidéo.Cliquer ici pour voir les vidéos.

Hejoaka

renseignements biographiques

More Posts

Les Suds face au sida

Fred Eboko, Frédéric Bourdier, Christophe Broqua (Eds), Les suds face au sida ?. Quand la société civile se mobilise, coll. Objectifs Suds, Montpellier, IRD Édition, 2011, 978-2-7099-1706-3

La pandémie de sida, qui a constitué l’un des défis majeurs dans le champ de la santé à la fin du XXe siècle, a donné lieu à une importante mobilisation de la société civile, au Nord dans un premier temps, relayée et incarnée ensuite dans les pays du Sud. Pour la première fois, un ouvrage est consacré aux mobilisations collectives face au sida, en Afrique, en Asie, en Amérique latine. Il décrit comment émergent et s’organisent ces mobilisations à la fois au niveau local et global, et rend compte également des mutations sociologiques qu’elles induisent. Les auteurs décryptent le mouvement social transnational de lutte, et en particulier les positions spécifiques des associations dans les pays non occidentaux. Ils mettent en valeur les dynamiques de cette mobilisation et les formes de la solidarité entre associations du Sud et du Nord, avec leurs succès et leurs contradictions. Ils présentent également les arguments économiques pour améliorer l’accès aux traitements pour les populations du Sud ainsi que les positions contrastées des associations du Nord face à la complexité des situations au Sud. À travers ce prisme des mobilisations et le large éventail des situations géographiques, sociales et politiques présentées, l’ouvrage est révélateur du bouleversement global qui traverse nos sociétés contemporaines, face à une maladie qui constitue à la fois un marqueur des inégalités mais également de la solidarité de la société civile à l’échelle mondiale.

Sommaire

Préface
Claude Raynaut

Introduction
Cap aux Suds. Une orientation globale de la mobilisation contre le sida ?
Fred Eboko, Frédéric Bourdier, Christophe Broqua

Chapitre 1
Entre gouvernement et agences internationales. La part d’autonomie des ONG brésiliennes dans la lutte contre le sida
Frédéric Bourdier

Chapitre 2
Le réveil de la société civile. Mobilisations profanes et religieuses contre le sida au Cambodge
Yuvany Gnep, Frédéric Bourdier

Chapitre 3
Taïwan à l’épreuve du VIH/sida. Réponses nationales et transnationales des ONG taïwanaises
Vincent Rollet

Chapitre 4
Nouvelles formes de mobilisation collective contre le sida en Chine. Dynamiques locales, solidarités transnationales et processus de normalisation internationale Évelyne Micollier

Chapitre 5
Prendre en charge les enfants affectés par le VIH/sida en Inde du Sud. Recommandations internationales et pratiques locales
Marion Delpeu

Chapitre 6
ONG et associations de lutte contre le sida en Afrique. Incitations transnationales et ruptures locales au Cameroun
Fred Eboko, Yves Paul Mandjem

Chapitre 7
Les Suds du Nord ; Mobilisations de personnes originaires du Maghreb

face à l’épidémie de sida en France
Sandrine Musso

Chapitre 8
Le glissement de l’association Solidarité Sida vers l’international. Entre évidence et jeux de position
Cécile Chartrain

Chapitre 9
Sida et politiques postcoloniales ; Act Up face à la science et à l’idéologie universaliste en France
Michael J. Bosia

Chapitre 10
Lutte contre le sida, mobilisations politiques et changements de paradigme. L’exemple de l’économie de la santé dans les pays en développement
Jean-Paul Moatti

Postface
Celles par qui le changement arrive
Didier Fassin

Hejoaka

renseignements biographiques

More Posts

Publier et communiquer en sciences sociales de la santé

13 décembre 2011

Journée d’études
Université Paris 13 – Bobigny, Amphithéâtre Robert Escarpit, mardi 13 décembre 2011

Organisateurs

  • Le Réseau des jeunes chercheurs Santé & Société, le Réseau des Jeunes Chercheurs Sciences Sociales et Sida et la Mission Sciences sociales de Sidaction, en partenariat avec nonfiction.fr

  • Coordination : Vincent Douris (Sidaction), David Michels (EHESS), Veronica Noseda (Sidaction) et Florian Voros (EHESS / Iris)

Publier et communiquer les résultats de sa recherche sont une part importante de l’activité scientifique. Mais les jeunes chercheurs-ses sont parfois en difficulté dans ce domaine. Un premier ordre de difficultés touche à l’écriture elle-même et à ses techniques ainsi qu’à la maîtrise des langues étrangères, et plus spécialement de l’anglais. Bien que l’écriture soit au cœur de la pratique scientifique en sciences sociales, elle ne fait que très rarement l’objet d’une attention spécifique lors de la formation du/de la jeune chercheur-se. Chacun-e en fait l’apprentissage « sur le tas ». Cet aspect est très souvent l’objet de bien des discussions entre le directeur de thèse et son/sa doctorant-e. C’est dans ce contexte que la question de l’écriture commence à faire l’objet d’initiatives de la part de doctorant-e-s, de formations doctorales, plus rarement de laboratoires, qui prennent souvent la forme d’ateliers visant à dédramatiser sa pratique et à aborder ses techniques concrètes. La maîtrise de l’anglais quant à elle est une compétence très inégalement répartie parmi les jeunes chercheurs-ses et, à leur décharge, de très nombreux chercheurs-ses « séniors » maîtrisent mal l’anglais eux-mêmes.

Mais au-delà des questions relatives à l’écriture et de celles touchant aux compétences linguistiques, les jeunes chercheurs-ses ne sont pas toujours armé-e-s pour mettre en place la « stratégie » de communication et de publication la plus adéquate. Stratégie inévitable dans un contexte de raréfaction des postes académiques en France, de montée en puissance de l’évaluation quantitative, d’une demande sociale de justification plus forte concernant l’ « utilité » des recherches en sciences humaines et sociales et enfin d’internationalisation des recherches et des problèmes sur lesquels elles portent. En sciences sociales de la santé, le/la jeune chercheur(-se) est par ailleurs amené-e à côtoyer des collègues issus des sciences biomédicales et de l’épidémiologie, disciplines qui s’appuient sur une autre épistémologie et dont les pratiques en matière de publication et de communication sont assez différentes: généralisation de l’anglais comme langue d’échange scientifique, valorisation des articles par rapport aux livres, plan prédéterminé de démonstration (objectifs / méthode / résultats / discussion-conclusion), importance du facteur d’impact des revues, culture du « powerpoint » ou du « poster » lors des conférences, etc. Enfin, si les recherches en sciences sociales de la santé bénéficient, peut-être plus que d’autres, de nombreuses possibilités de financements, les institutions, fondations ou associations qui financent les recherches ont des attentes spécifiques. Les enjeux autour de la vulgarisation, de la restitution, du transfert de connaissances voire de la traduction en termes opérationnels des résultats pèsent d’autant plus fortement.

Dans ce contexte, le/la jeune chercheur-se en sciences sociales de la santé peut avoir, à juste titre, l’impression qu’il doit faire face à des injonctions contradictoires. Soucieux-se d’être reconnu-e dans le champ de sa spécialisation thématique (cancer, vih, addiction, etc.), il/elle souhaite tout autant une reconnaissance disciplinaire par ses pair-e-s. Conscient-e de l’importance, pour un recrutement en France, de développer un réseau national, il/elle sait qu’il/elle doit également promouvoir ses recherches à l’étranger…

Laissant de côté la question de l’écriture et celle de la maîtrise de l’anglais, cette journée, organisée autour de quatre tables rondes, voudrait explorer sous divers angles les questions posées par la publication des recherches en sciences sociales de la santé en laissant une large place aux échanges entre intervenants et participants.

Programme

9h30-9h45 : Accueil des participants (Amphithéâtre R. Escarpit)

9h45-10h : Introduction

  • Marc Bessin, sociologue, directeur du Réseau des Jeunes Chercheurs Santé et Société

10h-11h20 : Table-Ronde n°1 « Publier sa thèse : pourquoi ? comment ? pour qui ? »

Le contexte international et les réformes institutionnelles tendent à valoriser les articles plutôt que les livres mais, dans le même temps, la publication de sa thèse constitue l’ultime étape du parcours doctoral et s’avère souvent décisive au moment des recrutements. Mais le livre ne remplit pas les mêmes fonctions et ne vise pas le même public que le mémoire de thèse. Comment trouver un éditeur ? Quels sont les exigences des maisons d’éditions ? Quelles difficultés spécifiques rencontre-t-on au moment de remanier le manuscrit ?

  • Anne Paillet et Muriel Darmon, sociologues, co-directrices de la collection ‘Coprs, santé, société’ aux Editions La Dispute, Paris

  • Pierre Aïach, sociologue, co-directeur (avec D. Fassin) de la collection ‘Sociologiques’ aux Editions Economica/Anthropos, Paris

  • Benoît Eyraud, sociologue, en train de remanier son manuscrit de thèse en vue de sa publication

  • Animateur : David Michels

11h40-13h : Table-Ronde n°2 « La publication d’articles : erreurs à éviter et stratégie(s) à adopter »

Publish or perish. L’expression rend parfaitement compte des exigences actuellement en cours dans le monde académique. L’envoi spontané ou la réponse à un appel à proposition, le choix de la revue, la gestion des refus ou des échecs, etc. sont quelques-unes des difficultés, parmi d’autres, à surmonter en même temps souvent que celles relatives à la rédaction de la thèse. Comment organiser une stratégie de publication ? Quelles sont les principales erreurs à ne pas commettre ?

  • Janine Pierret, sociologue, membre du comité de rédaction de Sciences sociales et santé

  • Sylvie Fainzang, anthropologue, membre du comité de rédaction de Sciences sociales et santé et rédactrice en chef de Anthropologie et santé

  • Nicolas Henckes, sociologue, retour d’expérience sur la valorisation de ses travaux sous forme d’articles après son doctorat

  • Animatrice : Véronica Noseda

13h00-14h30 : Déjeuner – Campus des métiers

14h30-15h20 : Table-Ronde n°3 « Participer aux grandes conférences internationales »

Que cela soit parce qu’ils/elles sont peu à l’aise avec l’anglais, parce qu’ils/elles pensent qu’il vaut mieux développer ses réseaux nationaux dans un contexte où les recrutements à l’université sont marqués par un très fort localisme, parce qu’ils/elles ne sont pas pris-es en charge par leurs laboratoires, ou encore parce qu’ils/elles pensent que ces manifestations sont de trop « grosses machines », etc. un certain nombre de doctorant-e-s hésitent à se rendre dans les grandes conférences internationales disciplinaires ou thématiques. Pourtant les conférences internationales sont l’occasion de découvrir d’autres perspectives sur sa recherche, de nouer des contacts en vue de collaborations, etc. Que peut-on en attendre réellement ? Quelles sont les spécificités des conférences thématiques ?

  • Claire Beaudevin, anthropologue, co-coordinatrice avec S. Huschke du réseau Medical Anthropology Young Scholars de l’Association européenne des anthropologues sociaux

  • Meoïn Hagège, doctorante en sociologie, retour d’expérience de l’International HIV Social Science and Humanities Conference, Durban, juin 2011

  • Animateur : Vincent Douris

15h20-16h00 : Focus « L’évaluation bibliométrique : la commande de Sidaction à l’Inserm »

Dans le cadre de l’évaluation de ses programmes scientifiques, Sidaction avait demandé à l’Inserm de mener une étude bibliométrique sur les travaux de recherche financés par l’Association.

  • Nicole Haeffner Cavaillon, immunologiste, respondable de la cellule bibliométrie à l’Inserm, a émaboré la réponse à Sidaction.

  • Animatrice : Sandrine Perrin

16h00-16h15 : Pause

16h15-17h30 : Table-Ronde n°4 « Publications et communications : comment sont-elles appréhendées au moment des recrutements à des postes académiques ? »

Les publications, leur type, leur nombre, leur qualité, sont l’un des éléments les plus importants au moment des recrutements. Elles permettent aux personnes qui examinent les dossiers de dresser un « profil » scientifique du/de la candidat-e. Comment est-ce que les membres des différents comités de sélection ou des sections du Cnrs appréhendent-ils la question des publications et des communications au moment de recruter ?

  • Marie Ménoret, sociologue, a participé à plusieurs comités de sélection universitaires

  • Sophie Houdart, anthropologue, membre de la Section 38 du CNRS

  • Baptiste Coulmont, sociologue, initiateur du Wiki audition de la Section 19, a participé à plusieurs comités de sélection universitaires

  • Animateur : Florian Voros

17h30-17h45 : Clôture de la journée

Présentation du site Internet du Réseau des Jeunes Chercheurs Santé et Société et du site nonfiction.fr

Informations pratiques :

Hejoaka

renseignements biographiques

More Posts