Archives de catégorie : Non classé

Recherche en sciences sociales sur la prophylaxie pré-exposition

Le Réseau des Jeunes Chercheur.e.s en sciences sociales sur le VIH et les Hépatites remercie chaleureusement tou.te.s les participant.e.s à la journée d’étude organisée le 07 juin dernier dans les locaux de la Région Île-de-France, au 33 Rue Barbet de Jouy, Paris VII. Cet événement a reçu le soutien de l’Agence Nationale de la Recherche contre le Sida (ANRS) et de la Région Île-de-France.

Cette journée a été l’occasion pour les chercheur.re.s travaillant sur la PrEP en sciences sociales de venir présenter des travaux en cours ou déjà partiellement aboutis et d’en discuter au cours de moments d’échanges qui se sont révélés riches et constructifs. Le succès a pu se mesurer tout au long de la journée avec un auditoire d’une quarantaine de personnes au cours de l’après-midi, ce qui témoigne de l’intérêt porté à une approche par les sciences sociales d’un objet jusqu’ici majoritairement étudié au prisme de l’épidémiologie, des sciences exactes et expérimentales

Le comité de coordination du Réseau : Liam Balan, CyriacBouchet-Mayer, Lara Mahi, Isaora Rivierez, Théo Sabadel, Marina Silva Duarte.

 

Le Réseau des Jeunes ChercheurEs en Sciences Sociales sur le VIH/SIDA organise une journée d’études intitulée :

“La recherche en sciences sociales sur la prophylaxie pré-exposition au VIH (PrEP)”

Le 7 juin 2019 à la région Île-de-France, 33 rue Barbet de Jouy, PARIS 7ème.

La journée s’intéressera aux différents modes d’appropriations et d’usage de la PrEP au VIH, ainsi qu’aux modalités de diffusion à l’ensemble des populations clés, tout en laissant une place aux contre-discours sur cet outil de prévention.

Le pré-programme est disponible au téléchargement via le lien ci-dessous ou accessible directement en ligne ci-après

Les inscriptions sont gratuites mais obligatoires, sont à réaliser en complétant le formulaire d’inscription ou par retour de mail à l’adresse : jeunechercheursida@gmail.com

Merci de diffuser dans vos réseaux !

kej

—————————-

jen

Préprogramme de la journée d’études

“La recherche en sciences sociales sur la prophylaxie pré-exposition au VIH (PrEP)”

7 juin 2019

Hôtel Barbet de Jouy- Région Île-de-France,

33 rue Barbet de Jouy, Paris 7ème.

9h30 – Accueil

9h45 : Discours d’ouverture par un.e représentant.e de la région Ile-de-France

Session 1 : La PrEP pour les HSH, diffusion d’un outil ‘communautaire’. Modération : Davids Michels (AIDES) (sous réserve).

10h00 : Stéphane Morel (AIDES) : « Inclusion de “communautaires” dans le montage et la mise en oeuvre d’études interventionnelles : les exemples d’Ipergay et Prévenir »

10h30 : Gwenaël Domenech-Dorca (RSSP/AP-HP), « Sexualité entre hommes et PrEP: de la peur de l’exposition à la santé sexuelle et au bien-être »

11h00 : Xavier Mabire (GREPS), « Communautés PrEP. Les stratégies d’identification des participants d’Ipergay »

12h30-13h30 : Pause déjeuner

Session 2 : La PrEP à destination d’autres populations clés : ‘migrant.es’ et travailleurs.es du sexe. Modération : Laure Hadj (CURAPP-ESS) (sous réserve)

13h30 : Joseph Larmarange (IRD), « De PrEP-CI à PRINCESSE… construction d’une offre en santé sexuelle et reproductive à destination des travailleuses du sexe en Côte d’Ivoire »

14h00 : Séverine Carillon (Ceped), « Médicamenter ou accueillir : L’approche de la PrEP pour les migrant.e.s en France est-elle pertinente ? »

14h30 : Théo Sabadel (Triangle), « Penser le déploiement de la PrEP auprès des travailleurs-euses du sexe à Cayenne : problématiques et enjeux »

15h00-15h30: Pause

Session 3 : PrEP : La place des contre-discours.Modération : Mélanie Perez (INED) (sous réserve)

15h30 : Cécile Loriato (CEDITEC), « Les contre-discours sur la PrEP au sein du groupe Facebook PrEP’Dial»

16h00 : Adrien Inoubli (LSHTM), « Comment les HSH opposés (ou ayant des réserves) à la PrEP expliquent leur position : entretiens semi-directifs en France »

16h30 : Perrine Galmiche (Centre d’éthique clinique, Cochin), « Les PrEPeurs s’interrogent ! Discours de patients HSH sur les rapports entre PrEP et sexualité »

17h00 : Discours de clôture de la journée : Yoann Allier (ANRS)

Avec le soutien de

“Actualité de la recherche en sciences sociales sur la prophylaxie pré-exposition au VIH (PrEP)”

Le Réseau des Jeunes ChercheurEs en Sciences Sociales sur le VIH/SIDA organise une journée d’étude “Actualité de la recherche en sciences sociales sur la prophylaxie pré-exposition au VIH (PrEP)”, le 7 juin 2019 à Paris.

Face à la stratégie des « 3×90 » (90% des personnes vivant avec le VIH connaissant leur statut sérologique, 90% des personnes infectées dépistées recevant un traitement anti rétroviral, 90% des personnes sous traitement ayant une charge virale indétectable) initiée par l’ONUSIDA, quelle peut-être la place de la prophylaxie préexposition (PrEP) dans la stratégie de réduction des risques sexuels ?

La PrEP permet à tout individu sous traitement de bénéficier d’une protection efficace au regard du risque d’infection par le VIH lors de rapports sexuels (Molina et al., 2018). Autorisée depuis 2012 aux Etats-Unis, elle a d’abord fait l’objet d’une diffusion à titre expérimental en France au sein de l’essai Ipergay (Molina et al., 2017) et elle bénéficie désormais d’une autorisation et d’un remboursement total par la Sécurité sociale.

Dans un contexte caractérisé par un moindre recours à la prévention traditionnelle et une action associative devenue moins lisible (Girard, 2014), quel est le rôle et la place de la PrEP comparativement aux stratégies préventives préexistantes et eu égard aux objectifs précités ? Représente-t-elle une solution pour réduire significativement les risques sexuels ? A quelle(s) stratégie(s) cette innovation médicale obéit-elle ? Quels sont ses effets socio-politiques ?

Cette journée d’études propose de réfléchir à cette actualité socio-politique et médicale à travers cinq axes principaux :

  • Le déploiement de la PrEP au prisme de l’analyse sociologique/ épidémiologique ;
  • La PrEP dans une perspective Nord/Sud et selon une configuration post-coloniale ;
  • La PrEP face à la catégorisation ;
  • Le rôle des associations dans la (re)médicalisation de la prévention ;
  • La PrEP, une panacée enfin trouvée ? La place des contre-discours.

L’appel à communication est ouvert aux chercheuses et chercheurs en sciences sociales (anthropologie, démographie, histoire, santé publique, sociologie…) et aux professionnelles et professionnels de la recherche interventionnelle (associations communautaires de santé par exemple).

Les propositions de communication (une page maximum) préciseront les noms, fonctions et
coordonnées de leurs auteur.e.s, ainsi que la méthodologie et le contexte de la recherche. Elles devront être adressées par mail au plus tard le 12 mai 2019 : jeunechercheursida@gmail.com

L’inscription pour les participants (hors-interventions) est obligatoire : cliquez ici

L’argumentaire intégral ainsi que la bibliographie indicative sont disponibles ci-dessous:

Retour sur la journée montage de projet 2019

Pour publication sur le carnet du réseau :

La journée montage de projet, rendez-vous annuel du Réseau Jeunes ChercheurEs en sciences sociales sur le VIH/sida, a réuni une vingtaine de participants, le 18 janvier 2019, au sein des locaux de l’ANRS.

Au cours de la matinée consacrée aux financements doctoraux, certains intervenants ont présenté les possibilités offertes par l’ANRS et Sidaction et d’autres ont partagés leurs expériences de la cotutelle internationale, des conventions industrielles de financement par la recherche (Cifre), de l’autofinancement et du post-doctorat. L’après-midi était consacrée à “l’après-thèse” avec plusieurs présentations sur les concours et les options possibles à l’intérieur et hors champ académique.

A l’année prochaine !

Assemblée générale 2018 du Réseau des Jeunes chercheur.e.s en sciences sociales sur le VIH/sida et les Hépatites

Lieu : Vendredi 18 Janvier 2019 – Siège de l’ANRS (101, Rue de Tolbiac, 75013 Paris).

Personnes présentes :Jasna Medvedovic,Lara Mahi,Liam Balhan,Isaora Rivierez,Marina Silva Duarte,Romain Amaro,Thierry Tiendrebeogo,Théo Sabadel,Cyriac Bouchet-Mayer

Personnes Excusées : Maxime Inghels

Personnes invitées : Yoann Allier

Bilan sur l’activité 2018 

Cyriac et Théo rappellent que l’année 2018 a été un peu particulière puisqu’ils ont repris le réseau tout en étant en master 2. Le réseau n’a pas eu d’autre activité concrète que la journée « Montage de projet » organisée en février 2018 qui s’est déroulée au siège de Sidaction, la mise à jour partielle du site internet et la création d’un annuaire des membres du réseau par Cyriac.

Des rencontres avec V. Douris (Sidaction) et V. Doré et Y. Allier (ANRS) se sont tenues à l’automne 2018 dans l’optique de se rencontrer et de discuter des projets envisagés pour 2019 et des axes de financement envisageables. Il a par ailleurs été convenu que le réseau soit informé des évènements scientifiques ou Appels à Projets (AAP) organisés afin de les relayer ses informations via la liste de diffusion et le site internet. Le réseau et l’intérêt de s’y investir seront également présentés aux personnes nouvellement financées dans le cadre d’un projet de recherche afin qu’elles puissent s’y investir si elles le souhaitent.

Les projets pour 2019 soutenus par l’ANRS

La traditionnelle journée « Montage de projet » organisée le 18 janvier 2019, qui vise à présenter la diversité des financements et parcours possible dans la recherche sur le VIH/Sida et les hépatites quel que soit le niveau d’étude.

Le réseau compte aussi organiser une journée d’étude sur la PrEP avant l’été 2019. Cet événement aurait pour principal objectif de donner l’opportunité aux doctorant.e.s, post-doctorant.e.s et chercheur.e.s travaillant sur la PrEP de détailler l’avancée de leurs travaux et de mutualiser les connaissances que nous avons de ce traitement préventif en sciences sociales. Il s’agit également de créer un espace d’échange et de rencontre pour envisager d’éventuelles collaborations. Le lieu reste à définir par le comité de coordination

Bilan de la journée « Montage de projet »

Organisée le 18 janvier 2019 dans les locaux de l’ANRS, la journée « Montage de projet » à réunit 12 intervenants (programme consultable dans le fil d’actualité du site) et une quinzaine de participants comprenant des étudiants en master, doctorat, post-doctorat. Le bilan s’avère plutôt positif, tant du côté des contenus d’interventions proposés par des intervenants aux parcours hétérogènes, que du côté des participants qui ont pu demander de nombreux éclaircissements (Cf. Compte rendu dans le fil d’actualité.)

Idées pour l’année à venir et pistes envisagées lors des échanges

Le comité de coordination pourrait organiser une retraite scientifique avec des ateliers d’écriture et pour apprendre à se connaitre.

Afin de répertorier des membres actifs, l’annuaire des membres du réseau sera relancer

Renouvellement du comité de coordination

Le réseau de jeunes chercheurs en sciences sociales sur le VIH/Sida remercie Thierry et Romain pour leur contribution lors de cette année 2018, et est heureux de vous annoncer l’investissement dans le comité de coordination de Lara, Marina, Isaora et Liam.

Sortants : Thierry Tiendrebeogo et Romain Amaro

Entrants: Lara Mahi, Marina Silva Duarte, Isaora Rivierez, Liam Balhan.

L’occasion pour vous rappeler qu’il n’est pas nécessaire de faire partie du comité de coordination pour participer à l’organisation des évènements présentés ci-avant, ou proposer l’organisation d’autres évènements.

N’hésitez surtout pas à nous contacter pour prendre part ou étendre l’activité du réseau.


Journée “Montage de Projet”

Date : 18 janvier 2019

Lieu : Salle Dominique Dormont dans les locaux de l’ANRS : 101 rue de Tolbiac, 75013, Paris.

Les membres du bureau du “Réseau des jeunes chercheur-e-s en sciences sociales sur le VIH/Sida” vous invitent à la traditionnelle journée “Montage de projet” qui se tiendra le vendredi 18 janvier 2019 dans les locaux de l’ANRS à Paris (101 rue de Tolbiac, 75013). 

Cette journée vise à réunir les membres du réseau : masterants, doctorants, post-doctorants, ATER, enseignants, chercheurs, professionnels et principaux pourvoyeurs de fonds dans le domaine de la recherche en sciences sociales sur le VIH/sida et les hépatites.

Il s’agira d’échanger à propos des opportunités de financements de la recherche, des attentes des jurys et de la diversité des parcours professionnels envisageables à la suite du doctorat.

Dans l’attente du programme définitif qui vous sera transmis dans les jours à venir avec l’intégralité des intervenants, la journée s’organisera en deux temps :

  • La matinée sera consacrée à présenter les principaux financeurs de la recherche (ANRS et Sidaction)  en sciences sociale sur le VIH/Sida. Cette première demi-journée sera avant tout dédiée aux futurs doctorants et post-doctorants.
  • L’après-midi s’organisera autour de témoignages visant à présenter les parcours professionnels envisageables à la suite d’un doctorat en sciences sociales sur le VIH/Sida. 

Il est d’ores et déjà possible de vous inscrire via le formulaire suivant : https://goo.gl/forms/GNAgwTZiXaTen8yO2. Merci d’indiquer si vous souhaitez manger sur place, le repas étant pris en charge par le réseau. Pour les personnes résidant en dehors de la région parisienne, merci de nous contacter si vous souhaitez que vos frais de transport soient pris en charge. 

En espérant vous compter parmi nous lors de cette journée,

Cyriac Bouchet-Mayer (cyriac.bouchet@laposte.net)

Théo Sabadel (theo.sabadel@ens-lyon.fr


Compte rendu de l’AG 2017

Date : 16 février 2018

Personnes présentes :

  • Théo Sabadel (ENS de Lyon)
  • Romain Amaro (Cermes 3, Paris XI)
  • Cyriac Bouchet (Université de Montpellier)
  • Thierry Tiendrebeogo (ISPED, Université de Bordeaux) – membre du comité 2016-2017
  • Mélanie Plazy (ISPED, Université de Bordeaux) – membre du comité 2016-2017
  • Maxime Inghels (Ceped, université Paris Descartes, IRD) – membre du comité 2016-2017

Personnes excusées :

  • CéciliaSantilli (SESSTIM, AMU) – membre du comité 2016-2017
  • FrancescaMininel (IDEMEC, AMU) – membre du comité 2016-2017

 

I. Bilan des projets 2016-2017

  • Journée Montage de projets

La journée a eu lieu le 27janvier 2017 dans les locaux de l’ANRS. Ce fut une réussite : de par le nombre de participants et aussi du fait du programme qui répond toujours aussi bien aux interrogations des participant.e.s. Ces derniers ont pu bénéficier d’un temps d’échange autour de la professionnalisation des jeunes docteurs et/ou post-doctorants. Des membres du jury des appels d’offre de Sidaction et de l’ANRS étaient présents pour répondre aux nombreuses questions. La journée Montage de projets du réseau, demeure de loin, l’action qui perdure dans le temps et semble susciter un réel intérêt. Par ailleurs, c’est une des journées qui fait l’identité et la reconnaissance du réseau. Toutes les personnes présentes valident la nécessité et l’envie de la maintenir dans les années à venir.

  • Journées Com’Doc

Une sur les trois journées Com’Doca été organisée pour l’année universitaire 2016-2017. La deuxième n’a pas été réalisée suite à un nombre de personne insuffisant. Devant le peu d’intérêt pour ces journées, surement causé par leur multiplicité cette année, la troisième n’a pas été organisée non plus et le reliquat a été mis sur l’atelier d’écriture à Abidjan.

  • Journée thématique sur la pluridisciplinarité dans les recherches sur le VIH/Sida, affiliée à la conférence IAS en 2017 à Paris

Cette journée a eu lieu le27 juillet à Paris, réunissant une vingtaine de jeunes chercheur.e.s et sept intervenants, pour échanger sur les enjeux et défis de la recherche pluridisciplinaire sur le VIH/Sida. Après une introduction générale de Vincent Douris et Mélanie Plazy, Valentine Becquet a présenté le rôle des sciences sociales pour orienter un projet de recherche à l’origine biomédical vers un projet plus interventionnel de prévention VIH et santé globale auprès des professionnelles du sexe à Abidjan en Côte d’Ivoire (PreP-CI/PRINCESSE), Luis Sagaon-Teyssier a présenté un exemple de recherche multidisciplinaire, plus particulièrement l’évaluation d’un programme d’accès aux ARV au Cameroun(EVOLCAM), Karl Stefic a présenté comment ses travaux en virologie sur la sensibilité et la spécificité des tests diagnostiques suite à un traitement précoce en primo infection pouvait entrainer des questions en sciences sociales, et Joseph Larmarange a présenté comment des chercheurs de différentes disciplines ont collaborer lors d’un essai de dépistage et traitement universel en Afrique du Sud (TasP). Enfin, nous avons pu échanger sur les avantages et les difficultés de la pluridisciplinarité, que ce soit dans nos projets de recherche ou lors de la construction des carrières des jeunes chercheur.e.s,lors d’une table ronde introduite par Constance Delaugerre.

  • Atelier d’écriture à Abidjan en octobre2017

Il a réuni 18 participants aux profils variés : doctorants, post-doctorants et jeunes enseignants-chercheurs, venus du Burkina Faso, du Cameroun, de Côte d’Ivoire, de France, du Niger et du Sénégal. Cette semaine s’est articulée entre des sessions de formation en « plénière », animées par Fanny Chabrol (IRD/Ceped), Gadou Dakouri (UFBH/IES), Maëlle de Sèze, Annabel Desgrées du Loû (IRD/Ceped), Divine Fuh (Codesria), Joseph Larmarange (IRD/Ceped), Philippe Msellati (IRD/UMI TransVIHMI) et Khoudia Sow (CRCF) ; et des ateliers de relectures croisées en petits groupes (4-5 personnes). Les attentes étaient nombreuses et cette journée a permis de revenir sur le processus même de l’écriture, les difficultés de soumission aux revues scientifiques, les aspects techniques de l’écriture, le difficile positionnement des sciences sociales dans un environnement de santé publique et la reconnaissance en tant que chercheur.
Cette journée a été un franc succès, il est d’ailleurs prévu d’organiser de nouvelles éditions de cet atelier d’écriture pour les prochaines années, voire de créer une Université d’été « jeunes chercheurs en sciences sociales et maladies infectieuses en Afrique subsaharienne ».

  

II. Projets prévus en 2018

  • Journée Montage de projets

La journée Atelier Montage de projet s’est organisée le 16 février 2018 en amont de l’Assemblée générale du réseau au sein des locaux de Sidaction. Cette journée s’est déroulée avec le même intérêt que les années précédentes.

  • Séminaire interdisciplinaire : Éthique et recherche transnationale en Santé Publique

Ce séminaire, organisé en partenariat avec les doctorants du réseau doctoral de l’EHESP se tiendra le 27 mars 2017. Il vise à explorer la prise en compte des questions éthiques dans la recherche en santé publique et mettre en lumière les défis rencontrés par les chercheurs dans le cadre de projets de recherches transnationaux. Il vise plus particulièrement à explorer les défis rencontrés dans le cadre de partenariats de recherche Nord-Sud. Au travers du regard de chercheurs impliqués dans ces partenariats mais aussi de retours d’expérience d’acteurs de terrain, ce séminaire propose de formuler des pistes de réflexion pour la formation des jeunes chercheurs.

  • Annuaire

Le réseau a le projet depuis plusieurs années de créer un annuaire répertoriant tous ses membres, dans l’idée de savoir facilement, via le site Internet, qui travaille sur quoi ? Où … ? Il a été proposé de faire quelque chose finalement rapidement en utilisant un « Google form » et en demandant aux membres du réseau de le compléter.

  • Carnet Hypothèses

Le carnet Hypothèses du réseau n’est pas très actif. Il reste néanmoins une vitrine pour le réseau. Cyriac propose de s’en occuper pour le rendre plus actif.

  • Refonte du logo du réseau

Il a été discuté le fait de recréer un logo du réseau qui prendrait en compte les thématiques liées aux hépatites virales mais aussi permettant de faire mieux apparaitre l’ANRS qui est le principal soutien financier du réseau.

 

III. Budget

La gestion du budget reste sur une enveloppe budgétaire allouée par an que nous sommes libres de répartir sur nos différents projets après validation de la liste par l’ANRS.

 

IV. Renouvellement du bureau

Présentation des rôles et tâches des membres du bureau (comptabilité, gestion de la mailing-list, Carnet Hypothèses, répartition dans l’organisation des différents événements).

Il est précisé qu’il n’est pas nécessaire de faire partie du bureau pour participer à l’organisation d’un événement en particulier.


Composition du nouveau bureau : Thierry Tiendrebeogo, Cyriac Bouchet, Romain Amaro et Théo Sabadel.

Départ de Mélanie Plazy, Maxime Inghels, Francesca Mininel et Cécilia Santilli.

Anciens membre du comité en soutient durant l’année de passation : Mélanie Plazy et Maxime Inghels

Le Programme PAC-CI (site ANRS de Côte d’Ivoire), en collaboration avec le Réseau jeunes chercheurEs sciences sociales et VIH/sida (ANRS) et l’Institut de Recherche et Développement (IRD) – a organisé un atelier d’écriture à Abidjan, du 9 au 13 octobre 2017.

Il a réuni 18 participants aux profils variés : doctorants, post-doctorants et jeunes enseignants-chercheurs, venus du Burkina Faso, du Cameroun, de Côte d’Ivoire, de France, du Niger et du Sénégal.
Cette semaine s’est articulée entre des sessions de formation en « plénière », animées par Fanny Chabrol (IRD/Ceped), Gadou Dakouri (UFBH/IES), Maëlle de Sèze, Annabel Desgrées du Loû (IRD/Ceped), Divine Fuh (Codesria), Joseph Larmarange (IRD/Ceped), Philippe Msellati (IRD/UMI TransVIHMI) et Khoudia Sow (CRCF) ; et des ateliers de relectures croisées en petits groupes (4-5 personnes) (cf programme)

Les présentations des intervenants sont disponibles ici : https://shsvih.hypotheses.org/ressources-documentaires/supports-de-formation/atelier-decriture-abidjan-2017

Au début de l’atelier, les attentes étaient nombreuses, sur :

  • le processus même de l’écriture (Je me rends compte que j’ai vraiment du mal à écrire, j’ai fait des communications, mais quand il s’agit d’écrire c’est vraiment difficile)
  • les difficultés de soumission aux revues scientifiques (Je suis profane en article scientifique, je voudrais avoir un article scientifique en mon nom, mais c’est toujours rejeté ; Où soumettre ? Comment reconnaître les revues cotées ?)
  • les aspects techniques de l’écriture (C’est la confusion dans ma tête, quelle est la structure d’un article scientifique ? ; Comment rédiger un bon résumé ?  quelles sont les différentes composantes ? ; Comment trouver un titre sexy ? ; Comment transformer un chapitre de thèse en article ? ; Comment publier sa thèse ?) 
  • le difficile positionnement des sciences sociales dans un environnement de santé publique (Moi je suis anthropologue mais quand je publie on dit que c’est santé publique et en anthropologie on dit que je n’apporte rien à l’anthropologie)
  • la reconnaissance en tant que chercheur (Je n’arrive pas à produire un article, donc je suis un faux docteur ? ; Je souhaite apprendre à voler de mes propres ailes)

 Du côté des encadrants, les objectifs étaient clairs : évacuer les complexes face au processus d’écriture, développer une approche très pragmatique, repositionner l’écriture comme le fruit d’un travail et non comme une activité existentielle.

A la fin de l’atelier…des attentes remplies !

  • Une formation enthousiasmante (Je repars toute heureuse ! ; J’aimerais que cet atelier soit immortalisé et pérenne ! Ça donne envie d’être chercheur, ça donne envie de continuer sur sa thèse ! ; Mon article qui était en souffrance depuis un moment a pu être ‘ressuscité’ !)
  • Un apprentissage collectif, constructif et bienveillant, sans différence de statuts ni d’horizons (Je suis professeur mais je me mets à l’école, j’apprends toujours… Peu importe le grade, j’ai appris beaucoup, et l’esprit d’ouverture ici, ivoiriens, sénégalais, français…c’était un milieu cosmopolite, avec des échanges et des possibilités de collaboration future… je suis dans une famille ! ; C’est la convivialité, on s’appelait par son prénom, on ne m’appelle pas ma chérie, mademoiselle)
  • Un apprentissage tant complémentaire des formations académiques, que nécessaire (Ce sont des questions que l’on n’aborde pas avec nos directeurs de thèse)
  • Des outils techniques et des recettes pratiques (Au-delà de l’écriture, c’est vraiment des ficelles qui nous ont été données)
  • La transmission d’un positionnement professionnel face au processus d’écriture scientifique (Toutes les petites recettes de cuisine pour nous dire comment on écrit…ça permet de ‘désémotionnaliser’ l’écriture… On sait où on va… On doit juste apprendre à faire notre travail !)
  • …Pour propager ces connaissances acquises auprès de collègues (Je souhaite faire bénéficier mon expérience à mes collègues ; Je serai point focal de Zotero dans ma zone et je vais former mon équipe)
  • Et du point de vue des encadrants, un retour au cœur de métier (Ça nous donne l’occasion de faire le cœur de notre métier, qu’on n’a pas tant le temps de faire : transmettre un savoir, faire de l’écriture, former des plus jeunes)

Afin de pérenniser cette expérience fructueuse, il est prévu d’organiser de nouvelles éditions de cet atelier d’écriture pour les prochaines années, voire de créer une Université d’été “jeunes chercheurs en sciences sociales et maladies infectieuses en Afrique subsaharienne”.

 

Quelques billets de blog…

L’atelier d’écriture scientifique jeunes chercheurs en sciences sociales et santé vu par un participant,

Par Joël Djaha, étudiant à l’Université Félix Houphouët-Boigny et participant

Étudiant en fin de cycle de Master de recherche en Sociologie, Option : santé et vieillissement, à l’université Félix Houphouët Boigny de Cocody, j’ai pris part à l’atelier d’écriture scientifique ‘jeunes chercheurs en sciences sociales’. Cet atelier a duré Cinq (5) jours ; cinq jours au cours desquels j’ai appris des choses extraordinaires, au Programme PAC-CI (Site ANRS de Côte d’Ivoire) et qui faciliteront, sans doute aucun, la rédaction de ma future thèse. Je suis ravi de partager avec vous, à travers ces quelques lignes, cette expérience oh combien de fois mémorable et enrichissante.

Auprès de jeunes chercheurs…les mêmes maux 

« J’accuse un retard important dans l’écriture de ma thèse » ou « J’ai bien peur de ne pouvoir achever la rédaction de ma thèse à temps ». C’est bien là des propos qu’on a l’habitude d’entendre et venant de thésards ; des propos qui m’ont conduit sans retard à accorder une importance particulière à l’écriture des travaux de recherche académiques et universitaires (le mémoire de Master et ensuite la thèse). Participer à cet atelier revêtait une importance toute particulière pour moi ; une aubaine de rêve pour éviter l’expérience cauchemardesque à laquelle sont confrontés bon nombre de jeunes chercheurs. La présence et l’engouement des participant(e)s à cet atelier exprime une double vérité indéniable : vaincre la peur de mal rédiger et surtout bien rédiger. En nous offrant l’opportunité, nous, participant(e)s d’entrée de jeu, de nous présenter et d’exposer les difficultés auxquelles nous sommes confronté(e)s dans la rédaction de nos travaux de recherche nous a permis de nous fondre dans la masse. Mes préoccupations, j’ai eu l’occasion de le constater, sont en effet pareilles à celles de la plupart des participants.

Remarque capitale : la configuration de l’espace social

Inversement à l’espace universitaire que j’ai pour habitude de fréquenter, j’ai été agréablement surpris et marqué par la configuration de l’espace social lors de cet atelier au cours duquel les participants s’adressaient aux organisateurs et échangeaient avec eux sans avoir à les désigner par leurs titres académiques respectifs, mais aussi et surtout, en les tutoyant, et ce dans une ambiance cordiale et décontractée, loin de la solennité qu’impose l’alma mater. Ainsi, organisatrices, participant(e)s, intervenant(e)s, tous, autour d’une même table. Statuts, titres académiques (Professeur, Docteur(e)s, Doctorant(e)s) rangés de côté, on pouvait entendre d’un étudiant s’adressant aux intervenants ; des éminences universitaires pour la plupart : « Annabel, peut-on véritablement appliquer… afin d’écrire simplement ? » ; « Peux-tu m’expliquer…. ?» ; « Pourquoi ne mettrais tu pas cet argument… ? » Les interactions fructueuses entre participants et intervenants avec en fond de toile une atmosphère décontractée, sont autant de caractéristiques sociales qui m’a accroché durant cet atelier où je me suis senti, à la fois, loin du stress du cadre universitaire et surtout comme en famille.

Des rencontres à pérenniser

De l’avis des participants interrogés, cet atelier est le bienvenu. Il leur permettra une avancée considérable durant la phase rédactionnelle de leurs différents travaux de recherche. Le contexte et la justification de l’atelier trouvent ici un écho favorable auprès des différents participants qui ont tous évoqué des contraintes multiformes qui les éloignaient d’un temps « sacré » : la rédaction de leurs travaux de recherche. Durant ces cinq (05) jours d’échanges, les participants étaient tous concentrés prises de notes, enregistrements… Bref, ils n’ont pas lésiné sur les moyens pour garder une bonne traçabilité des riches échanges et interventions observés au cours de l’atelier.

Un grand merci à…

Je finirai par adresser mes remerciements infinis aux coordinatrices, aux intervenant(e)s et participant(e)s, qui, ensemble ont contribué à la production d’un inestimable capital-connaissance.

« Inutile d’avoir peur de mal rédiger ou de rédiger des choses sans intérêt, dans le

sens où l’on peut, et même où l’on doit, faire l’effort de rédiger à nouveau pour parvenir à un résultat plus satisfaisant » (Becker cité par Zaki, 2006)

 

Recherche bibliographique : Zotero 5.0 désormais démystifié pour les jeunes chercheurs

Par Joël Djaha, étudiant à l’Université Félix Houphouët-Boigny et participant

Au second jour de l’atelier d’écriture jeunes chercheurs et sciences sociales, Joseph Larmarange, Démographe s’est prêté à un exercice fort apprécié : Une présentation pratique du logiciel Zotero. Revivons les points forts de cette présentation qui s’est tenue au programme PAC-CI (Site ANRS de Côte d’Ivoire).

Démographe…

Docteur en Démographie, Joseph Larmarange est chargé de recherche à l’IRD (Institut de recherche et de développement), membre au Ceped, Centre Population & Développement (UMR 196 • Paris Descartes – IRD). Egalement chercheur associé à l’Africa Centre for Population Health. Les participants étaient curieux de savoir comment se prêterait un Démographe à un exercice de TICs.

Mais…

Dans le style Steve Jobs, l’auditeur se trouvait face à un auditoire tout ouï. Difficile de croire qu’il s’agisse d’un démographe, on aurait dit un développeur venu tout droit de la Silicon Valley. Utilisant des concepts informatiques, Joseph a, durant deux (02) heures, sublimé l’assistance. Grâce aux moyens dont lui seul détient certainement les secrets, il a fait un focus sur l’utilisation de Zotero, un logiciel de gestion bibliographique en ligne. L’étape tant redoutée de compilation de la bibliographie de la thèse venait subitement d’être démystifiée ! Exercice très apprécié par les participants qui n’ont pas manqué de demander une seconde séance de mise en pratique. Pour rappel, Joseph n’est pas un novice en la matière. Selon le blog Zotero francophone, le démographe a développé deux (02) plug-ins : ZotSPIP et Bibliographie AERES. Le premier permet de récupérer des informations d’un site web, de même, d’autres sites web pourront récupérer les éléments de votre bibliographie. Le second, grâce à Zotero et ZotSPIP notamment, permet de formater une bibliographie en ligne au format AERES.

…La vie simplifiée

S’exprimant sans apprêt, Joseph après un bref résumé de l’importance de l’utilisation du logiciel Zotero, a mis un focus sur l’utilisation pratique du logiciel. Ce logiciel est gratuit, libre et open source. Il permet entre autres, de collecter, citer, gérer, synchroniser et partager les documents et leurs sources. Petit bémol, une fois sa capacité de stockage en ligne atteinte, Zotero vous offre la possibilité d’obtenir une capacité plus grande, mais payante. Face aux exigences propres à chaque style bibliographique en sciences humaines et sociales, Zotero rassemble un ensemble de styles bibliographiques. Adapter un article à une revue devient ainsi chose aisée pour des chercheurs qui n’y voyaient que du bleu ! En outre, Zotero permet le partage de fichiers aux autres chercheurs inscrits dans un même groupe.

S’engager ?

Fini les citations de références bibliographiques du temps de Mathusalem. Etre chercheur c’est également être flexible et expérimenter certaines innovations. Vous pourrez suivre plusieurs tutoriels de Joseph à l’adresse suivante : http://joseph.larmarange.net/?Zotero-docs-trucs-et-astuces

 

Retour sur la session “Rédiger un abstract SHS pour une revue biomédicale” (Annabel Desgrées du Loû)

Par Philippe Msellati, chercheur IRD/PAC-CI, superviseur

Le quatrième jour de l’atelier d’écriture scientifique « jeunes chercheurs en sciences sociales et santé », Annabel Desgrées du Loû, directrice de recherche en démographie au CEPED nous a fait un cours intitulé « Rédiger un abstract SHS (Sciences Humaines et Sociales) pour une revue biomédicale » d’une durée prévue d’une heure. Il s’agissait d’une présentation synthétique en Power Point de six diapositives et d’un exercice tiré des didacticiels d’une conférence de l’International AIDS Society, AIDS 2014.

Cet exercice a été conduit de main de maitre par Annabel, avec son esprit de synthèse et ses qualités pédagogiques bien connues.

Il est à noter que le résumé, objet obligatoire mais très peu considéré le plus souvent, rédigé rapidement, toujours au dernier moment avant la date (voire l’heure) limite d’envoi, méritait nettement plus d’attention et qu’Annabel a su mettre en évidence ce travail à élaborer et les manières de l’approcher.

L’utilisation du didacticiel a permis de mieux comprendre les limites d’un résumé mal écrit et ses faiblesses, ses manques.

Heure de plaisir intellectuel, un peu comme quand on contemple une analyse bien conduite ou une phrase un peu définitive que l’on trouve bien tournée !

 

Compte rendu de l’AG 2016

08 NOVEMBRE 2016

Lieu: ANRS – Paris

  1. Bilan des projets 2016
  • Journée Montage de projets

La journée a eu lieu le 15 janvier 2016 dans les locaux de l’ANRS. Ce fut une réussite : de par le nombre de participants (17) et aussi du fait d’un programme mieux adapté, qui répondait davantage aux interrogations des participant.e.s. Cette nouvelle formule a permis aux participant.e.s de bénéficier d’un temps d’échange autour de la professionnalisation des jeunes docteurs et/ou post-doctorants. Des membres du jury des appels d’offre de Sidaction et de l’ANRS étaient présents pour répondre aux nombreuses questions. La journée Montage de projets du réseau, demeure de loin, l’action qui perdure dans le temps et semble susciter un réel intérêt. Par ailleurs, c’est une des journées qui fait l’identité et la reconnaissance du réseau. Toutes les personnes présentes valident la nécessité et l’envie de la maintenir dans les années à venir.

  • Journée Hépatites

Cette journée qui s’est déroulée à la Sorbonne fut riche. Elle a conduit à de nombreux échanges entre la cinquantaine de participant.es présent.e.s. Un projet de publication est prévu dans la revue Santé Publique.  Le réseau des Jeunes chercheur.e.s en sciences sociales sur le VIH/sida a permis, d’une part, à l’équipe des organisateur.trice.s de se rencontrer, c’est aussi un des avantages du réseau (socialisation) et a, d’autre part, apporté un soutien logistique et financier.

Plusieurs autres projets étaient prévus durant l’année 2015-2016 mais le déblocage tardif des financements, en juin 2016, nous a conduit a les reporter pour l’année suivante.

  1. Projets prévus en 2017
  • Journées COM DOC

Trois journées COM DOC sont prévues pour l’année universitaire. Les deux restantes s’organiseront d’ici juin 2017. Dans l’objectif de délocaliser les activités du réseau, de permettre aux jeunes chercheur.e.s de se rencontrer et de casser leur isolement, les membres du comité d’organisation ont pensé organiser les deux journées restantes en province. Après discussion, les choix sont pour le moment portés sur Bordeaux et Lyon.

Il a aussi été discuté que la prochaine journée COM DOC pourrait porter sur l’écriture d’articles (comparaison selon les différentes disciplines) et sur les étapes de publication (choix de journal, soumission manuscrit, reviewing, proofs).

  • Journée Montage de projets

Proposition d’organiser la prochaine journée le 13 janvier 2017. Un groupe se forme pour l’organisation de la journée. La date, le lieu et le contenu de la journée seront précisés dans le courant du mois de novembre.

  • Atelier satellite « jeunes chercheur.e.s », colloque « Sciences sociales et VIH/sida en Afrique sub-saharienne, 12-14 décembre 2016, Abidjan

Une rencontre « jeunes chercheur.e.s » sera organisée au cours du colloque, le lundi 12 décembre entre 13h15 et 14h. L’objectif de cette rencontre est de favoriser les échanges et rencontres entre les jeunes chercheur.e.s (doctorants, post-doctorants) qui seront présent.e.s lors de l’événement.

  • Journée scientifique thématique : Politiques publiques VIH/Hépatites/migrants

Il a été mentionné par plusieurs jeunes chercheur.e.s la volonté d’organiser ou de participer à des journées thématiques permettant de présenter des travaux de recherche sur différentes disciplines (santé publique, droit, sociologie, anthropologie…) afin de pouvoir discuter de la complémentarité et des différences de nos approches et méthodologies.

Dans ce cadre, une journée « Migration, VIH/Hépatites/IST et politiques publiques en Europe » est prévue pour le mois de juin 2017. L’objectif de la Journée d’Étude est de rassembler jeunes chercheur.e.s en sciences sociales, chercheur.e.s confirmé.e.s, acteurs associatifs et soignant.e.s afin qu’ils-elles puissent échanger autour de la construction et de la mise en œuvre des politiques publiques européennes en direction des populations immigrantes exposées au VIH, aux Hépatites et aux autres IST au cours de leur trajectoire migratoire. Cette journée d’étude se veut transversale et ouverte à toutes les disciplines des sciences sociales comme aux différent.e.s intervenant.e.s de terrain. L’idée étant de réfléchir ensemble aux effets de ces politiques publiques dans une perspective de comparaison européenne.

  • Atelier d’écriture à Abidjan en mars 2017

Cette activité est pensée comme un atelier de formation à l’écriture en sciences sociales et aussi comme un espace de discussion et d’échange sur les objets communs autour des thématiques de santé, VIH/sida, hépatites, inspiré de l’atelier qui a eu lieu à Montréal en 2014, ou des ateliers proposés par le LASDEL. Peu d’offres d’atelier de ce style ont lieu en Afrique de l’Ouest.

L’équipe d’organisation travaille actuellement à sa mise en place ; nous devrions avoir plus de détail dans les mois à venir.

  • Participation du réseau à la conférence IAS en 2017 à Paris

Il nous paraît important que le réseau participe à la conférence IAS 2017 ou organise un événement autour du colloque. Cela part, entre autres, des difficultés qu’ont les jeunes chercheur.e.s en sciences sociales à se rendre visible (abstracts) et à avoir accès à ce genre d’événement.

Une des possibilités serait d’organiser une session satellite « jeunes chercheur.e.s » pour promouvoir la recherche des jeunes chercheur.e.s en sciences sociales notamment en France.

Plusieurs contacts ont été pris avec des membres du comité d’organisation du colloque de l’ANRS à ce propos, ainsi qu’avec des représentants de Sidaction.

La priorité est donc de former un groupe de travail sur ce projet et de définir ensemble ce que l’on veut vraiment faire ? S’agirait-il que les membres du réseau qui participent au colloque publient des résumés des interventions auxquelles ils ont assisté sur le site du réseau par exemple afin de permettre à un plus grand nombre d’avoir accès au contenu du colloque ? Si nous organisons une rencontre serait-elle spécifiquement entre francophones ou avec des anglophones ? S’agit-il de promouvoir la recherche des jeunes chercheur.e.s en France ou partout ? Tout dépendra des besoins.

Il est donc décidé de former un groupe de réflexion à ce sujet et dans un deuxième temps d’envoyer un mail sur le Google group du réseau afin de recueillir les besoins de ses membres.

  • Annuaire

Le réseau a le projet depuis plusieurs années de créer un annuaire répertoriant tous ses membres, dans l’idée de savoir facilement, via le site Internet, qui travaille sur quoi ? Où … ? Le réseau Santé Société mène un projet similaire et notre annuaire pourrait s’intégrer à celui-ci. L’AG du réseau Santé Société aura lieu courant décembre. Un vote sera fait à ce moment-là sur le fait d’allouer ou non un budget pour la refonte du site internet du réseau Santé Société incluant un annuaire global de l’ensemble des groupes qui le compose.

  • Carnet Hypothèses

Le carnet Hypothèses du réseau n’est pas très actif. La question est soulevée de son utilité. Nous tombons d’accord sur le fait que cela reste une vitrine pour le réseau, que c’est une bonne manière malgré tout de nous rendre visible. Il pourrait être mieux valorisé en publiant plus systématiquement les CR des réunions ou les articles des uns et des autres. Pour cela il est nécessaire qu’une personne soit en charge de faire vivre le carnet.

III. Budget

Le financement des deux journées de l’année 2015-2016 (journées Montage de projets et Hépatites) se sont fait sur les reliquats des années précédentes dû à l’arrivée tardive des financements du réseau.

  1. Autres propositions

Des questions sont soulevées autour de l’identité du réseau : réseau de « jeunes chercheur.e.s » (qu’est-ce qu’on entend par là), qui participe ? Qu’est-ce que ça renvoie ? A qui ça renvoie ? Question du poste ? de la légitimité ? de la reconnaissance ? des publications ?

  1. Renouvellement du bureau

Présentation des rôles et tâches des membres du bureau (comptabilité, gestion de la mailing-liste, Carnet Hypothèses, répartition dans l’organisation des différents événements).

Il est précisé qu’il n’est pas nécessaire de faire partie du bureau pour participer à l’organisation d’un événement en particulier.

Composition du nouveau bureau : Mélanie Plazy, Cécilia Santilli, Thierry Tiendrebeogo, Maxime Inghels, Guéda Gadio, Francesca Mininel

Départ de Lucille Gallardo, Anne Bekelynck et Larissa Kojoué.

Save the date! Journée Aide au montage de projet, le 16 janvier 2015

Vous souhaitez faire une recherche sur une thématique liée au VIH/sida? La journée Aide au montage de projet(s) est faite pour vous. Elle aura lieu le 16 janvier 2015 à la Maison des Sciences de l’Homme (MSH) de Paris Nord. Des experts et des professionnels de la recherche interviendront sur différentes questions:

1. La qualité du projet (en fonction du niveau de recherche pré doctorat, post doc)

2. Les financements (les différents organismes financeurs en France et à l’étranger, les types de financements)

3. Le choix des équipes d’accueil

Au cours de cette journée, on travaillera aussi en petits groupes sur des aspects concrets de la rédaction d’un projet de recherche. Ce sera également l’occasion d’un retour d’expériences des personnes ayant reçu un financement pour leur travail de recherche.

Les billets de train seront remboursés, les pauses cafés et le déjeuner sont pris en charge par le réseau.

Vous pouvez déjà vous inscrire en envoyant un mail à jeune.chercheur.sida@gmail.com

Au plaisir de vous voir nombreux le 16 janvier 2015!

larissakojoue

Diplômée en science politique de Sciences Po Bordeaux
Post doctorante à l'UdeM, Faculté de pharmacie

More Posts

Follow Me:
LinkedIn