Archives de catégorie : Publication

VIH/sida : anciennes approches, nouveaux regards

Un dossier de la Revue Genre, Sexualité et Société coordonnée par trois membres du réseau (Cécile Chartrain, Gabriel Girard et Elise Marsicano) et deux militants de sidaction (Vincent Douris et Véronica Noseda)

 

Ce numéro thématique présente une série de textes marquants sur le sida, tous écrits avant le tournant thérapeutique lié à la généralisation, dans les pays industrialisés, des trithérapies antirétrovirales1. Publiés dans une situation d’alerte et d’urgence, pour certains quelques années seulement après la découverte des premiers cas de sida, ils sont écrits par des chercheur-e-s américains qui développent une approche critique sur trois plans principaux : la production scientifique, la représentation médiatique et la gestion politique de l’épidémie. Plus de vingt ans après leur parution initiale, ils sont ici commentés par des chercheur-e-s francophones d’une plus jeune génération.

La suite ici:  http://gss.revues.org/2891

larissakojoue

Diplômée en science politique de Sciences Po Bordeaux Post doctorante à l'UdeM, Faculté de pharmacie

More Posts

Follow Me:
LinkedIn

Flux migratoire et VIH/SIDA à Kinshasa en RDC

« Flux migratoire et VIH/SIDA à Kinshasa en RDC : analyse de la crise congolaise ».

Par KWILU LANDUNDU Hubert, Doctorant en sociologie

Laboratoire d’Etudes et de Recherches en Sociologie et en Ethnologie de Montpellier (LERSEM), Composante : Institut de Recherche Sociologiques et Anthropologiques – Centre de Recherches sur l’Imaginaire (IRSA/CRI)

Université Paul Valéry (UM3), Route de Mende 34199 Montpellier

Cedex 5, Téléphone : 04 67 14 20 92, 046714 26 67

INTRODUCTION

Le phénomène d’urbanisation des villes africaines lié à la colonisation s’est substitué à l’ancienne configuration de ces dernières, notamment avec l’apparition de nouvelles agglomérations caractérisées par une diversité des fonctions à savoir : politiques, économiques, religieuses et intellectuelles.

Ces villes ont crée en outre une coupure à la fois ethnique et culturelle, car elles sont habitées en majorité d’une part par des étrangers et d’autres part ; la portion des africains qui rode tout autour de la ville, mais ils ne s’intègrent pas facilement. Cette dernière est soit repoussée par le manque d’occupation ou encore par les mesures drastiques héritées de l’administration coloniale.

Cependant, dans ces villes coloniales africaines, le besoin de main-d’œuvre et de personnel subalterne pour un certain nombre des tâches s’est fait sentir. Il avait pour effet d’ouvrir progressivement ces centres urbains aux africains. Et comme les travailleurs urbains ont bénéficié en ville d’un réseau étoffé de services (écoles, hôpitaux, etc.), un phénomène d’immigration urbaine s’est amorcé avec une ville « qui apparaît comme synonyme de promotion ».

Ce phénomène migratoire est resté une des caractéristiques particulières des villes africaines depuis l’indépendance jusqu’à nos jours. Ainsi, Kinshasa n’est pas épargnée par ce phénomène. Pour souligner cet aspect de fait, Jean-Marie Ribaucourt déclare : « la population de Léopoldville va doubler en quelques années : le renouvellement du pouvoir colonial met fin aux restrictions à l’immigration dans la capitale et le reste du pays. Mais curieusement, de 1961 à 1967, la capitale ne connaîtra quasiment pas d’extension en superficie[1]».

De ce qui précède, l’objectif poursuivi est, en effet, celui de poser de manière aussi objective que possible un certain nombre de questions, pour mieux saisir l’ampleur souvent insoupçonnée et pour mettre en lumière la complexité de flux migratoire, ainsi que ses corollaires : le VIH/SIDA et la désorganisation du pouvoir politique.

Dans la collecte des informations relatives à cette étude, nous avons recouru à la littérature existante sur les villes africaines et quelques interviews organisées auprès de 20 personnes, qui représentent notre échantillon d’enquête.

Ainsi, l’utilisation de toutes ces techniques a été soutenue par l’approche analytique, qui en tant que phase et moment de la recherche, assouplie par la présentation des données ainsi que leur agencement tout au long de cette étude.

Nous osons croire qu’on ne peut appliquer des remèdes appropriés et efficaces au flux migratoire sans élaborer d’abord un diagnostic correct qui tient compte aussi de l’état de ce phénomène. Une sémiologie superficielle comme une fausse étiologie, entraîneraient forcément une thérapie inadaptée et proposent des remèdes souvent pires que le mal, l’expérience nous l’apprend.

La présente étude est organisée en cinq points. D’abord, le premier porte sur ; la ville, un phénomène social total, ensuite le second traite les origines des migrations internes au Congo-Kinshasa, le troisième parle du risque d’implosion à Kinshasa. Enfin, le quatrième et le dernier sont axés respectivement sur le VIH/SIDA à Kinshasa et au Congo et l’absence d’un pouvoir politique fort et organisé.

Continuer la lecture

Revue « Genre, sexualité & société » n°9

Le numéro « VIH/sida » coordonné par Cécile Chartrain, Vincent Douris, Gabriel Girard, Elise Marsicano et Veronica Noseda, tou-te-s membres ou partenaires du Réseau, vient de paraître en ligne, à l’adresse suivante : http://gss.revues.org/2728

Crédits : Grand Fury / New Museum, New York

Dossier:

  • Cécile Chartrain, Vincent Douris, Gabriel Girard, Elise Marsicano et Veronica Noseda : VIH/sida : anciennes approches, nouveaux regards
  • Dennis Altman: Sida : la politisation d’une épidémie [1984]
  • Michael Voegtli: La politisation d’une épidémie : les mécanismes de construction d’une cause
  •  Paula Treichler: Le sida, l’homophobie et le discours biomédical : une épidémie de signification [1987]
  • Guillaume Lachenal: Donner sens au sida
  • Paul Farmer: « Envoyer la maladie ». Entre sorcellerie et politique, l’évolution des conceptions du sida dans les zones rurales d’Haïti [1990]
  • Dolorès Pourette: Paul Farmer : élaboration d’une représentation collective du sida en zone rurale d’Haïti au prisme du contexte historique et géopolitique haïtien (1983-1990)

Varia:

  • Randall M. Packard et Paul Epstein: Les épidémiologistes, les chercheurs en sciences sociales et l’organisation de la recherche médicale sur le sida en Afrique [1991]
  •  Frédéric Le Marcis: Permanence des impensés de la lutte contre le sida et nécessité d’une pensée critique
  • Cindy Patton: L’industrie des services sida : la construction des « victimes », des « volontaires » et des « experts » [1990]
  •  Sandrine Musso et Vinh-Kim Nguyen: D’une industrie… l’autre ?
  • Francis Dupuis-Déri: Les anarchistes et la prostitution : perspectives historiques
  •  Milena Jakšić: La souffrance faite cause. L’entrée de la traite des êtres humains dans l’arène publique

Gabriel Girard, « Les homosexuels et le risque du sida »

Vient de paraître :

Gabriel Girard, « Les homosexuels et le risque du sida: Individu, communauté et prévention », Presses universitaires de Rennes, Rennes, 2013, 410 p. 20 euros. ISBN: 978-2-7535-2664-8

L’irruption du phénomène bareback dans l’espace public français, en juin 1999 a donné à voir comment se façonne la perception du risque VIH parmi les hommes gais. Cet ouvrage veut apporter un éclairage historique et sociologique sur la fabrication des discours de prévention et sur la manière dont les acteurs de ces débats ont pensé les situations de risque. Gabriel Girard, en s’appuyant sur des points de vue tant théoriques que méthodologiques, développe un éclairage original sur les enjeux contemporains de la santé publique. Avec une préface de Geneviève Harrous-Paicheler.