Archives par étiquette : sida

82é congrès de l’ACFAS: « Les sciences sociales à l’épreuve des nouveaux enjeux de la lutte contre le VIH/sida »

Elhadji Mbaye et Gabriel Girard organisent dans le cadre du prochain congrès de l’Association Francophone pour le Savoir (ACFAS) à Montréal en mai prochain un colloque destiné aux jeunes chercheurs, intitulé : « Les sciences sociales à l’épreuve des nouveaux enjeux de la lutte contre le VIH/sida ».

Cliquer sur ce lien pour télécharger l’appel à communication

Kévin Jean (INSERM): Mise à l’épreuve de la stratégie de prévention du VIH «Tester et Traiter» : l’exemple de la Côte d’Ivoire

Kévin Jean (INSERM) soutiendra sa thèse en Épidémiologie et Santé Publique intitulée :

Mise à l’épreuve de la stratégie de prévention du VIH « Tester et Traiter » :

l’exemple de la Côte d’Ivoire.

Date & lieu :

  • Mercredi 18 décembre, 15h00
  • Salle de conférence du CESP,Hôpital Paul Brousse,  Bât. 15/16, Porte D,16 avenue Paul Vaillant Couturier,94800 Villejuif (Métro 7, arrêt Villejuif-Paul Vaillant-Couturier)
  • La soutenance se fera également en visio-conférence avec l’ISPED (Bordeaux) et le site PAC-CI ANRS (Abidjan)
  • La soutenance sera suivie d’un pot auquel vous êtes chaleureusement invité∙e∙s. Afin de le préparer au mieux, je vous remercie de me confirmer votre présence à kevin.jean@inserm.fr

Le jury sera composé de :

  • Laurence Meyer : INSERM-U1018 CESP, Le Kremlin-Bicêtre (Présidente)
  • Marie-Claude Boily : Imperial College, Londres (Rapporteure)
  • François Dabis : INSERM-U897 ISPED, Bordeaux (Rapporteur)
  • Eugène Messou : Programme PAC-CI/ANRS, Abidjan (Examinateur)
  • Yazdan Yazdanpanah : Hôpital Bichat-Claude Bernard, Paris (Examinateur)
  • France Lert : INSERM-U1018 CESP, Villejuif (Directrice de thèse)
  • Rosemary Dray-Spira : INSERM-U1018 CESP, Villejuif (Co-directrice de thèse)

Résumé :

Depuis plusieurs années, les résultats d’études diverses convergent pour montrer que l’initiation précoce du traitement antirétroviral (ARV) chez les personnes infectées par le VIH pourrait présenter des bénéfices, tant au niveau individuel que populationnel. En conséquence, la stratégie de prévention Tester et Traiter suscite un vif espoir quant à son potentiel à infléchir l’épidémie de VIH, en particulier dans le contexte de l’Afrique subsaharienne. Cette stratégie repose sur un dépistage universel du VIH couplé à une initiation immédiate du traitement ARV pour les personnes diagnostiquées VIH-positives. Elle soulève différents enjeux, en particulier en ce qui concerne ses dimensions socio-comportementales.

À partir de deux études réalisées en Côte d’Ivoire, l’objectif de cette thèse est d’appréhender certains des enjeux socio-comportementaux de l’extension du dépistage VIH et du traitement ARV. Sur la base d’un essai d’intervention d’une part, nous avons étudié l’impact d’un traitement ARV précoce sur les comportements sexuels et le risque de transmission du VIH au sein d’une population d’adultes engagés dans divers types de partenariats sexuels. D’autre part, l’analyse des données d’une enquête représentative à l’échelle nationale nous a permis d’identifier les principales barrières socio-comportementales et contextuelles au dépistage VIH au sein de la population générale ivoirienne.

Les résultats de cette thèse mettent en évidence les bénéfices préventifs importants, à la fois comportementaux et biologiques, d’une entrée précoce dans les soins et d’une initiation précoce du traitement ARV. Les analyses conduites en population générale ont également permis de mesurer les efforts qu’il reste à fournir en termes de dépistage VIH pour potentialiser ces bénéfices. L’ensemble de ce travail permet de mieux appréhender les conditions de succès et l’efficacité en situation réelle de la stratégie Tester et Traiter dans le contexte ouest-africain.

Pierre-Marie David: Le traitement de l’oubli, Epreuve de l’incorporation des antirétroviraux et temporalités des traitements du sida en Centrafrique

Pierre-Marie David soutiendra sa thèse en Sociologie intitulée :

Le traitement de l’oubli: Épreuve de l’incorporation des antirétroviraux et temporalités des traitements du sida en Centrafrique

Date & lieu :

  • Jeudi 5 décembre 2013, 9h00
  • Pavillon Roger Gaudry (salle S-116), Université de Montréal,2900 Boul. Édouard-Montpetit, Montréal
  • vidéoconférence avec une partie du jury à Paris le 5 décembre à 15h: salle J402, bât Jacob au 4ème étage, Cermes, 45 rue des Saints-Pères.

Le jury sera composé de :

  • Président-rapporteur : Anne Calves
  • Directeur : Johanne Collin
  • Codirecteurs: Vinh-Kim Nguyen, François Locher
  • Membre du jury : Frédéric Le Marcis
  • Membre du jury: Tamara Giles-Vernick
  • Examinateur externe : Fred Eboko
  • Représentant du doyen de la FESP : à confirmer

Résumé:

Cette thèse propose une description ethnographique et une analyse sociologique de l’arrivée des traitements antirétroviraux (ARV) à Bangui, c’est-à-dire de cette rencontre singulière entre un programme international à l’ampleur inédite et une société locale durement touchée par l’infection. S’appuyant sur trois années de terrain entre 2005 et 2011, la démarche qualitative vise à répondre à la question suivante : de quoi les antirétroviraux sont-ils vraiment l’incorporation ?

Les programmes d’accès au traitement constituent un pouvoir thérapeutique qui se structure comme une «politique de la vie» s’articulant autour de réseaux mettant en lien des médicaments, des ONG privées, des consultants internationaux et une histoire postcoloniale. L’affirmation de ce pouvoir est majeure et structurante dans un contexte centrafricain de postconflit faisant suite à une décennie de troubles militaro-politiques. Les ressources accompagnant cette prise en charge renforcent une sociabilité et une individuation fondée sur cette différence biologique que représente l’infection à VIH.

Pour rendre des comptes aux contribuables occidentaux et gouverner localement l’intervention, des techniques et pratiques d’inscription sont mises en place (indicateurs de performance, taux de décaissement, mesures biologiques, etc.). Ces «pratiques scriptuaires» contribuent ainsi à réduire la distance entre un pouvoir global et de lointains sujets. Elles constituent le cœur d’une traduction sociale entre le global et le local qui alimente ce que nous appelons, en nous référant à Michel de Certeau, une «économie scriptuaire» qui tient les comptes d’un projet biopolitique global pour satisfaire aux Objectifs du Millénaire.

Une autre distance, celle-là entre les prétentions et les réalités du pouvoir thérapeutique explique les ambivalences ressenties lors de l’incorporation biologique et sociale des ARV. Finalement, le pouvoir thérapeutique dans le contexte social centrafricain se caractériserait alors moins par des formes exclusivement biomédicales de subjectivité, que par un processus d’individuation fragmenté basé sur des pratiques biomédicales souples, démonstratives et oublieuses.

Il apparaît alors plus clairement que les programmes internationaux de traitement de l’infection à VIH contribuent à produire de l’oubli ou plus précisément à écrire l’oubli à partir des «pratiques scriptuaires»: l’oubli des histoires individuelles enchâssées dans des inégalités sociales insurmontables, mais aussi l’oubli d’une Histoire plus longue qui montre que l’infection à VIH est l’incorporation d’un passé colonial.

Finalement, dans cet oubli se jouent plusieurs recommencements en santé publique internationale: celui de venir (et revenir) sauver des vies, de montrer que c’est possible et de proposer un futur qui façonne le présent. Prendre un temps pour reconnaître ces temporalités du traitement paraît alors de plus en plus nécessaire pour construire un présent qui émancipe, plutôt qu’il ne répète.

Gabriel Girard, « Les homosexuels et le risque du sida »

Vient de paraître :

Gabriel Girard, « Les homosexuels et le risque du sida: Individu, communauté et prévention », Presses universitaires de Rennes, Rennes, 2013, 410 p. 20 euros. ISBN: 978-2-7535-2664-8

L’irruption du phénomène bareback dans l’espace public français, en juin 1999 a donné à voir comment se façonne la perception du risque VIH parmi les hommes gais. Cet ouvrage veut apporter un éclairage historique et sociologique sur la fabrication des discours de prévention et sur la manière dont les acteurs de ces débats ont pensé les situations de risque. Gabriel Girard, en s’appuyant sur des points de vue tant théoriques que méthodologiques, développe un éclairage original sur les enjeux contemporains de la santé publique. Avec une préface de Geneviève Harrous-Paicheler.