Archives par étiquette : VIH/sida

AIDS 2016 : Calling for abstracts

Dear researchers and colleagues,

We are reaching out to invite you to present your science at the upcoming 21st International AIDS Conference (AIDS 2016) in Durban, South Africa. This conference will play a pivotal role in bringing top science to the global stage at a critical time for the global AIDS response. As we finalize the scientific programme, we are seeking abstracts in the following categories:

 

Basic and Translational Research
Clinical Research
Epidemiology and Prevention Science
Social and Political Research
Implementation Science
Abstract submissions must be received by 4 February 2016. All accepted oral abstracts and poster-discussions will be published in the Journal of the International AIDS Society.

We look forward to seeing you in Durban.

Best,

Chris Beyrer
AIDS 2016 International Co-chair
Olive Shisana
AIDS 2016 Local Co-chair

Save the Date! Journées scientifiques du réseau. Appel à Com

Journées scientifiques du Réseau du 30 septembre au 1er octobre 2015 à Paris.

Thème:

« Ruptures et continuités des recherches en sciences sociales sur le VIH/sida : renouvellement thématique, approches innovantes et nouveaux enjeux »

Présentation

Les avancées biomédicales et les innovations pharmaceutiques en matière de traitement et de prévention du VIH nourrissent un réel optimisme sur la « fin de l’épidémie ». Bien que des inégalités d’accès aux soins demeurent, notamment pour les populations des pays à revenus limités et pour certains groupes spécifiques comme les Hommes ayant des rapports sexuels avec d’autres hommes (HSH), les travailleur.e.s du sexe ou les personnes incarcérées, la fin de l’épidémie de sida apparaît comme une perspective possible. Cette perspective est d’autant plus répandue, notamment avec le développement des outils prophylactiques puissants, qu’elle relativise l’intérêt pour l’analyse des déterminants sociaux, politiques, économiques, voire culturels qui influencent la dynamique de l’épidémie. Pourtant, la baisse des financements consacrés à la lutte a des conséquences négatives sur les mobilisations sociales, et la mise en œuvre des politiques de santé montre de nombreuses limites. Si les thématiques de recherche liées à l’organisation administrative et institutionnelle de la lutte contre le VIH/sida, aux politiques d’accès aux traitements, aux stratégies de prévention ou aux questions de genre, d’identité et d’inégalités demeurent importantes au regard de l’évolution de l’épidémie, elles doivent cependant se renouveler et prendre en compte non seulement les transformations des normes sociales et identitaires produites par les mobilisations autour de l’épidémie, mais aussi de nouveaux outils et de nouveaux objets de recherche.

Ces journées scientifiques visent à donner la parole aux jeunes chercheur.e.s travaillant sur le VIH/sida. Plus de trois décennies après la découverte du VIH, à quoi s’intéressent les jeunes chercheur.e.s en sciences sociales aujourd’hui ? Quelles approches sont privilégiées et dans quels contextes ? Qu’est-ce qui caractérise la recherche en sciences sociales sur le VIH aujourd’hui des recherches d’il y a dix, vingt, trente ans ? Volontairement large, l’objectif des journées scientifiques est d’emmener les jeunes chercheur.e.s à parler de leurs travaux respectifs, des avancées ou des impasses dans lesquelles ils se trouvent au plan théorique, empirique ou pratique. Un « détour » par d’autres pathologies (Tuberculose, Ebola, Hépatites, paludisme, etc.) pour nourrir la réflexion est encouragé. Quels liens peut-on établir entre la recherche en sciences sociales sur le VIH/sida et la recherche sur les autres pathologies ?

Nous souhaitons, au terme de ces journées, parvenir à circonscrire les champs d’intérêt des différents membres du réseau et créer des groupes thématique, de réflexion ou de relecture qui pourraient aboutir à la construction de projets collectifs (publications, activités scientifiques, demandes de financement, etc.)

Consignes

Toutes les personnes intéressées sont invitées à soumettre leur proposition de communication (résumé de 300 à 500 mots) au plus tard le 8 août 2015, accompagnée de leurs coordonnées détaillées (Nom et prénom, fonction et institution de rattachement).

Les propositions doivent être envoyées par courrier électronique à jeune.chercheur.sida@gmail.com, veuillez indiquer comme objet du mail résumé+nom, et nommer votre fichier de la même manière.

Les journées scientifiques se dérouleront du 30 septembre au 1er octobre 2015 à Paris. La durée des communications sera de 20 minutes, suivies d’une discussion. Un remboursement des frais est prévu sous certaines conditions.

larissakojoue

Diplômée en science politique de Sciences Po Bordeaux
Post doctorante à l’UdeM, Faculté de pharmacie

More Posts

Follow Me:
LinkedIn

Soutenance de thèse Anne Bekelynck

Anne Bekelynck soutien sa thèse de sociologie, le vendredi 13 mars 2015 à 14 h, intitulée

« Les entreprises privées dans l’action publique de lutte contre le VIH/sida en Côte d’Ivoire : un acteur comme les autres ? »

 

Elle aura lieu à :

Université Paris Descartes – Salle des conférences R.229
45, rue des Saints-Pères
Bâtiment Principal 2ème étage
75006 PARIS

 

Le jury sera composé de :

Dominique DARBON, professeur à Sciences Po Bordeaux (LAM), rapporteur
Annabel DESGRÉES DU LOÛ, directrice de recherche à l’IRD (Ceped), directrice de thèse
Fred EBOKO, chargé de recherche à l’IRD (Ceped), co-directeur de thèse
Mamoudou GAZIBO, professeur à l’Université de Montréal, président
Laurent VIDAL, directeur de recherche à l’IRD (Sesstim), rapporteur

 

Résumé. A la fin des années 1990, en Afrique subsaharienne, des grandes entreprises privées mettent en œuvre des programmes pionniers d’accès aux antirétroviraux (ARV) pour leurs employés. A partir des années 2000, elles sont invitées à poursuivre leurs efforts et à devenir des partenaires de cette action publique, de la prévention et de la prise en charge thérapeutique. Dans ce contexte, elles interviennent aux côtés d’autres acteurs : Etats, organisations internationales, organisations non gouvernementales (ONG), réseaux de professionnels de santé et associations. Ces initiatives des entreprises privées sont communément relatées comme des stratégies rationnelles de préservation du « capital humain » et de la productivité des entreprises. Cette thèse de sociologie politique vise à explorer l’articulation des logiques bioéconomiques, politiques, sociales et symboliques qui ont été au cœur de la mobilisation du secteur privé dans la lutte contre le VIH/sida en Côte d’Ivoire. Les modalités et les effets de cette « publicisation » inédite d’un acteur privé lucratif au sein d’une action publique de santé sont explorés à un niveau local. Cette recherche s’appuie sur une enquête qualitative conduite en Côte d’Ivoire auprès des acteurs de 30 entreprises privées. Des entretiens ont été réalisés avec des membres du personnel médical des entreprises, des cadres, des employés vivant avec le VIH, des responsables de politiques publiques, professionnels de santé et acteurs associatifs. Une comparaison asymétrique avec le Cameroun a également été opérée afin de confirmer et de nuancer les hypothèses de recherche. La mobilisation des entreprises privées dans la lutte contre le VIH/sida est portée par une rhétorique mondiale, laquelle promeut  la synergie des partenariats public-privés. En proposant une sociologie politique de l’action publique au prisme des entreprises privées, cette recherche met en évidence les paradoxes des politiques multisectorielles. Elle montre la manière dont la politisation d’une action publique tend à « dé-différencier » les entreprises privées des autres acteurs, c’est-à-dire à gommer leurs spécificités (rôle de modèle, lieu de production de vulnérabilités, accès à la santé différencié).